La vie zine du vizir Mauricio Amarante, photographe

DSC00552
© Mauricio Amarante

Il a la grâce des fanzines dont on ne sait rien, qui arrivent vers nous par des canaux mystérieux, et qui savent ne pas peser quand il y a partout tant de pavés.

Ce sont des oiseaux s’envolant de la poche arrière du pantalon, ou du sac à main négligemment ouvert.

Faits avec les moyens du bord, beaucoup d’inventivité et trois euros six sous, ils invitent au sourire, à la grâce, à la jeunesse.

DSC00542
© Mauricio Amarante
DSC00567
© Mauricio Amarante

Ainsi le petit dernier des éditions Primitive de Joseph Charroy, Low battery, de l’Argentin Mauricio Amarante, dont l’éditeur bruxellois avait déjà publié le très beau Buenos Aires XXMIII.

Composé d’images produites de façon erratique entre Bordeaux, Marseille et la Belgique, ce petit ouvrage imprimé au laser sur papier mat 130 gr propose des sensations de rues, de visages, souvent féminins, de lumières.

DSC00563
© Mauricio Amarante

Il ne s’agit pas ici de produire de la belle photographie pour catalogue d’histoire de l’art, mais de vivre dans l’urgence et la beauté de l’instant.

Les images sont donc précaires, presque banales parfois, ou même quasiment ratées, ce qui ne veut rien dire quand l’on a compris qu’il n’y a pas de mauvaises herbes.

BL (4)
© Mauricio Amarante

L’appareil va bientôt s’éteindre, quels seront nos derniers mots ?

Nous chutons, quelles seront nos dernières images ?

Je t’aime, quel spectacle du monde t’offrir à toi qui viens de naître ?

DSC00549
© Mauricio Amarante

Tiens, voilà un chat, cet animal totémique des auteurs Primitive.

Tiens, une chevelure, un canard, un bout de visage, des mains, des jeunes en attente.

On ne se raconte pas d’histoire, on est là, simplement, ancrés dans le paysage.

Quel autre travail que celui de vivre et de respirer ?

DSC00560
© Mauricio Amarante

Que celui de se promener et de laisser le quotidien défiler devant soi ?

Voici le chant des jours, une théogonie modeste, des amoureuses fantomatiques.

Voici des images très pixellisées, à la limite de l’effacement, de l’engloutissement, du rien.

Nous sommes avec Mauricio Amarante au pays intermédiaire des limbes, celui des enfants mort-nés et des non-baptisés.

Il se pourrait qu’un jour nous apparaissions vraiment.

En attendant, le désir flotte, et attrape qui il veut.

DSC00543

Mauricio Amarante, Low battery, éditions Primitive, 2019, 40 pages

DSC00588

Editions Primitive

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s