Orient Express, un voyage intérieur, par Sarah Moon, photographe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Sarah Moon

Mannequin et photographe de mode, Sarah Moon est une artiste ayant développé un travail personnel remarquable, travaillant généralement au Polaroïd noir et blanc.

Son dernier livre, publié chez Louis Vuitton dans la collection Fashion Eye, s’intitule Orient Express, hommage à une aventure ferroviaire symbolisant le raffinement et l’audace, voyage à travers l’Europe ayant généré de nombreux fantasmes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Sarah Moon

Orient Express est un ouvrage très noir, très expressionniste, empruntant essentiellement ses codes à ceux du cinéma allemand des années 1920 et aux recherches formelles des avant-gardes du début du siècle des totalitarismes.

Son livre est une rencontre entre images fixes et mouvement, opérant un brouillage très troublant des repères temporels, comme s’il s’agissait d’un long rêve éveillé n’ayant ni début, ni fin.

Des lignes de rails se coupant, des paysages blancs, des ciels, des précipices, des wagons luxueux font de chaque page un instant d’écriture poursuivant une même phrase interrogative et muette.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Sarah Moon

Sarah Moon, loin de toute nostalgie, montre la puissance d’une entreprise ayant nécessité des trésors d’intelligence et d’organisation pour faire advenir, contre les intempéries et les divers obstacles d’une nature indomptée, la possibilité d’un telle équipée.

Orient Express est ainsi un livre extrêmement méditatif, très graphique, dont les images possédant une force visuelle considérable sont parfois à la limite de l’effacement, de l’évanouissement.

Aucun jeu de funambulisme ici, mais un questionnement profond sur ce qu’a pu faire et défaire la civilisation.

Car Orient Express est hanté par l’histoire du XXème siècle, et l’industrialisation de la mort.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Sarah Moon

Il est impossible de le voir sans penser à la politique d’extermination nazie, et à l’emploi des trains dans la logistique de la Solution finale.

La beauté de l’Orient-Express, sa réalité d’élégance extrême, est ainsi l’exact envers d’un cauchemar européen n’en finissant pas de se prolonger çà et là, structurellement.

Dans le train de Sarah Moon, une femme écrit. Ce pourrait être Virginia Woolf, la conscience même d’un continent ambigu, ou simplement l’allégorie de la fiction se déroulant devant nous.

La texture des images est celle d’une vapeur épaisse rappelant Claude Monet à la gare Saint-Lazare, ou le travail de Jean-Luc Godard dans Histoire(s) du cinéma, associant en une même continuité de stupeur les Frères Lumières et Dziga Vertov, le cinéma muet et le Renoir de La Bête humaine, Sergueï Eisenstein et Alain Resnais.

Orient Express est un livre de fantômes et de décalages de plans, laissant advenir l’outrenoir d’un hors-champ aussi beau et fascinant que monstrueux.

C’est peut-être l’ouvrage le plus grave de Sarah Moon, le plus inquiet, et le plus abouti formellement, en ce qu’il donne à voir ensemble la présence et l’absence, la réalité électrique de notre présent et les sombres nuages du passé.

Il a neigé, le froid a gagné tout l’espace.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Sarah Moon

Passage d’un train mythique dans les solitudes glacées du temps arrêté.

Au cœur des Balkans, entre Venise et Constantinople, reposent depuis 1914 les lignes de notre destin, tel un caténaire effondré.

29800

Sarah Moon, Orient Express, texte Anne Maurel, Louis Vuitton Editions, 2019

Editions Louis Vuitton

29800-1

main

Se procurer Orient Express

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s