La Bocca del Lupo, un amour javanais, par Luca Desienna, photographe

photoq-bookshop-luca-desienna-my-dearest-javanese-concubine-3
©Luca Desienna

« Sometimes, I look at myself and feel beautiful, but sometimes I ask God how he made me this way. » (Tira)

C’est une histoire mythologique, une histoire de corps humains et d’amours monstres.

L’histoire d’une rencontre sacrée entre Tira, transsexuelle de 48 ans ayant subi de multiples opérations de chirurgie plastique, et de son amant Dayang.

MDJC_02
©Luca Desienna

Ils sont de Java, en Indonésie, et ont vécu un coup de foudre mutuel dans la ville musulmane de Yogiarkarta, située au centre de l’île.

Leur amour est considérable, il est de feu et de chair, malgré la mort qui rôde sous la forme du VIH dans le corps de Tira.

Ils se désirent et se dévorent, dans la douceur et la puissance du sexe brut.

my-dearest-javanese-concubine-ltd-signe
©Luca Desienna

Le photographe Luca Desienna est devenu leur ami, partageant leur intimité, leurs exaltations et leurs peines.

Son livre, My Dearest Javanese Concubine, est un écrin, une rareté, une prière à la nuit et aux caresses qui confirment.

04_My_dearest_desienna
©Luca Desienna

Comme toujours chez Blow Up Press (Pologne), la maquette (Aneta Kowalczyk) est somptueuse, parce qu’à une telle relation il fallait un livre définitif, absolu, une comète.

Couverture rose, reliure à la bodonienne, images d’un noir de ténèbres, deux photographies couleur de plus petit format (détachables) insérées entre des attaches plastiques, un cahier miniature présentant les beaux ébats de Tira et Dayang à feuilleter à la façon d’un flip book érotique.

Vous l’avez compris, on est ici bien au-delà de l’imaginable, on est dans le réel à l’état pur, sans tricherie, sans flagornerie, sans fausse monnaie.

outdoor55
©Luca Desienna

On est dans le théâtre de la cruauté artaudien, dans la peste et la grâce, le cri et le cœur, la jouissance et le sang.

On est sur la scène de la vie, en musique, en larmes et en brûlures.

Les corps s’étreignent, ce sont ceux d’acteurs de drames japonais, des intouchables, des demi-dieux.

MDJC_03-1200x798
©Luca Desienna

L’eau qui les lave les bénit, avant qu’ils ne se battent sur un lit de soupirs.

Ils sont tendres et effrayants, se tètent et se détestent, s’embrassent et se détournent.

My dearest Javanese Concubine est un spectacle total, c’est l’opéra intime et bouleversant des gueux de toujours et des réprouvés.

LD_cover_new1_700x

Luca Desienna, My Dearest Javanese Concubine, texts Luca Desienna & Peggy Sue Amison, book design Aneta Kowalczyk, Blow Up Presse (Warsaw, Pologne), 2019 – 300 copies

okladki3_1024x1024

Blow Up Press

spready_rozowe2_1024x1024

Luca Desienna

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s