Après la catastrophe, par Franck Gérard, photographe

©EnLEtat_FranckGérard

© Franck Gérard

« Voilà plus d’un mois maintenant et, enfin, je suis sorti de ma cage. Je peux me déplacer ; on m’en a donné l’autorisation et je viens d’acheter un appareil photo. »

Voici un livre un peu fou, dont la démesure dit la beauté : rassembler en un work in progress d’environ trois cents photographies les fragments d’Osiris, soit le corps du monde décomposé, éclaté, disséminé en d’infinis fragments de lumières, de formes, de visages et de ciels, dans l’absurde comique, l’incommunicabilité bouffonne et l’idiotie jouissive.

©EnLEtat_FranckGérard_05

© Franck Gérard

Pas de hiérarchie, mais une sensation de vie, d’urgence, dans la conscience du miracle d’être là, ou encore là, parmi les choses et les êtres.

En l’état, que publient les éditions Loco, magnifiquement actives en cette rentrée, est un livre survivant, son auteur, Franck Gérard ayant frôlé la mort le 4 juin 1999, à 27 ans.

Prendre des photographies est dès lors devenu un acte existentiel, quasi compulsif, témoignant de la chance, de la faveur, du miracle, d’avoir échappé au trépas – une chute de plusieurs étages -, chaque nouvelle image célébrant l’inouï de la vie.

©EnLEtat_FranckGérard_06

© Franck Gérard

Le monde est laid, triste, désespérant, mais, quand on a failli le perdre, le voici métamorphosé, vêtu d’or et d’évidence.

Franck Gérard fait plus que le regarder avec émotion, il l’embrasse, l’étreint, le fétichise, généralement avec humour, légèreté, grâce.

©EnLEtat_FranckGérard_09

© Franck Gérard

Rien n’est banal, tout est sacré, l’ordinaire est merveilleux.

Dans un livret détachable de vingt-quatre pages, ses prestigieux amis parlent de lui, de son travail, de son œil – Dominique A, Jean-Christophe Béchet, Julie Corteville, Olivier Delavallade, Raymond Depardon, François Hébel, Jean-Yves Jouannais, Jacques Leenhardt, Laurent Le Bon, David Moinard, Jean-Luc Moulène, Felice Varini.

Le photographe Philippe Bazin évoque son regard empathique et caustique, le directeur artistique Jean Blaise le rapproche de Sempé, la conservatrice de musée Blandine Chavanne pense « haïku » en citant Kerouac (« La nouvelle lune / Est l’ongle de l’orteil / De Dieu »), le jardinier Gilles Clément admire en lui la capacité à saisir « les offres de l’art involontaire », l’écrivain Françoise de Maulde fait du lièvre son jumeau mystique, quand Michel Poivert le rattache au genre prosodique et à la narration de soi.

©EnLEtat_FranckGérard_08

© Franck Gérard

Ronan Bouroullec, designer : « Franck Gérard est un obsédé, il est frappé d’une forme de logorrhée qui aurait substitué les clichés aux mots. »

Mélanie Rio, galeriste : « Franck Gérard régurgite le monde dans toute sa folie, son absurdité, sa beauté. »

Guy Tortosa, critique d’art : « La vérité est que j’ai d’abord pensé à un flow. L’œuvre de Franck Gérard est un fleuve connecté à l’océan, aux nuages et aux égouts. »

©EnLEtat_FranckGérard_07

© Franck Gérard

Pour l’artiste ressuscité, la rue est le plus beau des spectacles, il faut s’y promener sans cesse, y errer, y traîner ses basques, la renifler comme un clébard céleste, les yeux pétillants de malice, l’air allumé, comme à l’issue d’une interminable fête.

Franck Gérard écrit – les premières pages du livre reprennent quelques extraits de son journal -, célèbre son amour (Gwenola) ses amis (Jean-Luc, Alain, Céleste Boursier-Mougenot, Stéphane Lamontagne, un formidable grand-père paternel très inspirant…), ses fils Youenn et Ivi, interroge sa pratique, s’amuse des incongruités de l’existant et de « l’ironie du sort ».

©EnLEtat_FranckGérard_04

© Franck Gérard

On peut le rencontrer à Nantes, souvent, mais aussi à Paris, Marseille, New York, Los Angeles, Liverpool, Hambourg, Cassis, Sao Paulo, Berlin, Poitiers, Reims… à l’occasion d’un déjeuner sur l’herbe, d’une promenade dans un parc, d’un voyage d’agrément.

Il y a du Doisneau chez lui, de l’ordre d’une tendresse sans mièvrerie.

Franck Gérard ne cherche pas à fabriquer de la belle image, mais à révéler l’extraordinaire du vivant, sa drôlerie, sa cocasserie, son rire majeur au-delà du tragique.

©EnLEtat_FranckGérard_01

© Franck Gérard

Rien n’a d’importance et tout en a, nous sommes les acteurs involontaires d’une pièce de théâtre s’improvisant, la surréalité est un état élémentaire de l’être.

Son regard éperdu est aussi un regard d’enfant, comprenant les hasards comme des nécessités, sachant s’extasier de tout, tout en lisant le monde comme un vaste parchemin crypté.

Son livre kaléidoscopique pourrait être dix fois plus volumineux, cet homme a l’œil et la magie de la touche juste.

©EnLEtat_FranckGérard_03

© Franck Gérard

Il est à peu près certain qu’il ne cherche pas les situations étonnantes qu’il photographie, mais que celles-ci lui arrivent en permanence, parce qu’il a traversé la mort et ses serres, parce que sa mission est d’être un enchanteur, alors que de plus en plus le monde se retire, se tait, s’évanouit dans l’insupportable.

En l’état, ou le premier jour du reste de la vie.

Il n’y a plus de temps pour le malheur.

arton1021-909db

Franck Gérard, En l’état, textes de Franck Gérard ainsi que de Dominique A, Philippe Bazin, Jean-Christophe Béchet, Jean Blaise, Ronan Bouroullec, Blandine Chavanne, Gilles Clément, Julie Corteville, Olivier Delavallade, Françoise de Maulde, Raymond Depardon, François Hébel, Jean-Yves Jouannais, Jacques Leenhardt, Laurent Le Bon, David Moinard, Jean-Luc Moulène, Michel Poivert, Mélanie Rio, Guy Tortosa, Felice Varini, direction éditoriale Eric Cez, éditions Loco, 2020, 428 pages + livret de 24 pages

Editions Loco

©EnLEtat_FranckGérard_02

© Franck Gérard

Site de Franck Gérard

Franck Gérard signera son livre à la galerie Melanie Rio Fluency (Nantes) le 25 septembre  2020 à partir de 18h

Galerie Melanie Rio Fluency

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. laotseue dit :

    Jolie , toujours , la rencontre des images et des mots

    J'aime

Répondre à laotseue Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s