Qui fist parler les cons, par Aurélie Galois, auteure libertine

foxyady_interieur

© Aurélie Galois

Publié anonymement en 1748, dans une édition clandestine, Les Bijoux indiscrets est un roman libertin de Denis Diderot, dans lequel un anneau magique possède le pouvoir de faire parler le sexe des femmes, dévoilant à trente reprises les secrets inavouables des dames de la cour.

Bijoux indiscrets est aussi le titre d’un livre autopublié avec grand soin par Aurélie Galois, plasticienne, adepte des fessées et des baisers impudiques.

ecarte_ferme

© Aurélie Galois

Entre tendresse et sauvagerie, l’impertinente a imaginé des écrins contenant des petits dessins de volupté érotique, des saynètes obscènes.

« Peinture et érotisme ne vont pas l’une sans l’autre, écrit en préface Aurélie Galois. La chair est la raison pour laquelle la peinture à l’huile a été inventée, a écrit de Kooning, et je ne le détromperais pas. Seuls les glacis et les empâtements de l’huile peuvent rendre la transparence d’un sein veiné de bleu, la moiteur d’une aisselle, l’ombre aux noirs d’un orifice, l’humidité carminée des lèvres – quelles qu’elles soient. »

ecarte_interieur

© Aurélie Galois

Sens du détail des langues tendues et des pieds de l’amante en collant noir caressant le sexe de son aimé aux yeux bandés de blanc.

Sens d’une miction d’or.

Sens d’un french kiss entre deux femmes.

Sens de fesses masculines attendant d’être désirées.

fessee_inter1

© Aurélie Galois

Pour la seconde édition de son ouvrage affolant, la dessinatrice licencieuse a proposé à une vingtaine d’auteurs, essentiellement des femmes, d’écrire à partir des peintures de leur choix.

Le résultat est enthousiasmant, les corps en liberté, délicieusement offerts à la vue, ouvrant les imaginaires.

Un phallus raide pénètre une belle allongée sur le ventre, Peggy Sastre s’enflamme : « … quand je rentre dans ton cul, quand il résiste un peu, quand il se resserre et quand il s’ouvre large, quand je rentre profond, quand mon gland te récure le rectum, quand tu  te tortilles en gueulant. »

breastfeeding_interieur1

© Aurélie Galois

Trois toreros se masturbent de concert, rien de plus naturel finalement que l’énergie des queues astiquées ensemble.

Une femme aspire un téton laiteux, regardant l’effet de sa succion sur le visage de sa maîtresse. L’œuvre intitulée Breastfeeding inspire Flore Cherry.

Julie Beressi  a choisi Foxylady, dont le cul est superbe : « Depuis leur rencontre, le sexe de Jean échouait à pénétrer l’anus de Lou. Son pénis, bombé, n’était pas fuselé par l’orifice serré de Lou. »

IMG_2605

© Aurélie Galois

Les femmes ont la parole, mènent la danse des mots, ne boudent pas leur plaisir, prennent le pouvoir, puis le rendent dans la jouissance partagée.

Chloé Mons, la femme jachère, fait l’amour en poème : « Pour une fois pour mille fois encore / D’accord / Je suis d’accord » 

Lawrence Street élit la main qui dévoile une toison timide, Lydie Salvayre la beauté lubrique d’une cunnilinge, Catherine Robbe-Grillet un sexe féminin glabre livré à une main gantée de noir, Sinziana Ravini le retrait ferme d’une culotte, Anne Vassivière un peignoir violet après un bain de caresses, Olympe de G. une pointe sèche : « L’amour commence ici. / Dans ton propre sexe. / Si, si, juste là. Dans toi. »

lalouee_interieur

© Aurélie Galois

Sophie Bramly : « Pourquoi ce sentiment de puissance devant cette capacité que j’ai, à genoux, de t’accorder un orgasme ? Je ne sais pas. »

Grande connaissance de la fessée ésotérique, la poétesse et philosophe tunisienne Chiraz Chouchane écrit dans un texte ample conçu comme un véritable traité : « De quoi s’agit-il alors dans la fessée ? Il s’agit tout de même d’une prise conceptuelle et non d’une prise sexuelle où les verges aiment battre les fesses. Cette main, en tant que toucher haptique et tentaculaire, est une puissance qui entraîne le corps vers une absence de soi (les yeux fermés de la protagoniste), vers une jouissance, une mort symbolique. » 

Arnaud Vauhallan est impérial : « Il ne la bat pas pour la punir, il la met à l’épreuve, et elle pourrait jouir s’il continuait trop longtemps, elle pourrait jouir comme ça. Il sait ce qu’elle veut, et elle veut qu’il lui  fasse tout ce qu’il désire, qu’il lui fasse mal, elle veut lui appartenir, qu’il soit un bon Maître, qu’il la possède chaque instant, n’être qu’à lui. »

IMG_2593

© Aurélie Galois

Bijoux indiscrets est un hymne à l’amour, dans toutes ses ouvertures, positions, inventions, audaces.

Les auteurs des textes sont journaliste, architecte, étudiant, réalisatrice, docteure en philosophie, romancière, chanteuse, photographe, psychologue, actrice, critique d’art.

L’époque est infernale, masquée, confinée, assassine, étroite, que l’érotisme solaire des contrebandiers du sexe élargit, ridiculise, annihile, dans une féérie masturbatoire, dans un coït profond, dans les larmes de jouissance des amants abandonnés.

Maintenant, chers ami-e-s, retrouvons-nous dès que possible pour former le plus jouissif des phalanstères, dont Aurélie Galois sera la belle conceptrice.

montage livre couverture

Aurélie Galois, Bijoux indiscrets, autopublication, 2020, seconde édition avec textes d’auteurs, 120 pages

Aurélie Galois – site

BIJOUXINDISCRETS_THEMAMOREANKISS

© Aurélie Galois

Pour acheter le livre, passer par le site ou écrire à l’auteure : aureliegalois@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s