Jean-Jacques Lequeu, dessinateur en architecture, et enchanteur

« Ce n’est pas notre intention de donner la clef de lecture de l’énigme Lequeu. Nous pouvons seulement affirmer que Jean-Jacques Lequeu « architecte », « assis de bibliothèque » du XVIIIe siècle, existe seulement à l’intérieur des bibliothèques. » Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), architecte visionnaire et « révolutionnaire » n’ayant jamais construit, est en effet une énigme. Issu de l’école gratuite de dessin…

Fleurs du mal en talons aiguilles, par Gilles Berquet, photographe

C’est un livre autour duquel je tourne depuis plusieurs semaines, tant je sais qu’il va me plaire. Recouvert d’une pile d’autres ouvrages, je suis certain qu’il les aimante, les faisant frémir en secret. Il fera peut-être hurler ou exulter les féministes, les père et mères la vertu, je n’en sais rien. Moi, il m’enchante et…

L’image, le mal, le salut peut-être, par Jérôme Ferrari, écrivain

« Il fallait reconnaître que la plupart des instants ne méritaient guère d’être miraculeusement arrachés à leur caducité. C’est seulement quand arriva le mois d’août 1979 qu’elle prit, presque malgré elle, la première photo qu’elle jugea digne d’être conservée. » Il y a dans l’œuvre de Jérôme Ferrari une interrogation permanente sur la force des images et…

Humanité mutante et anus solaire, par la plasticienne Aurélie Dubois

Les chanceux qui pourront se rendre avant le 26 mars à la galerie 24 Beaubourg (Paris) y découvriront une exposition, intitulée Voir peut-il rendre fou ?, parmi les plus exceptionnelles depuis longtemps. Son maître d’œuvre en est la plasticienne Aurélie Dubois, qui y présente dix-sept années de recherches concernant les limites du corps humain, les questions…

Un genre de burlesque pornographique, par le photographe Ren Hang

Le photographe chinois Ren Hang est l’inventeur d’un genre de burlesque pornographique contemporain de très mauvais goût et pourtant absolument réjouissant. Ne reculant devant aucune audace formelle ou sexuelle, Ren Hang met en scène des modèles faisant de leur corps la matière première d’un jeu où les orifices et parties érectiles sont montrés dans toute…

Sur un air de John Dowland, le passage de la nymphe, par James Joyce

Pourquoi la rencontre d’une nymphe bouleverse-t-elle tant ? « Qui ? Un visage pâle cerné de lourdes fourrures odorantes. Ses gestes sont craintifs et nerveux. Elle utilise un face-à-main. Oui. Une brève syllabe. Un rire bref. Un bref battement de paupières. » Vénus à la fourrure (Leopold von Sacher-Masoch), Molly qui s’ignore (oui), la jeune personne de qualité que…