Indochine, fantasme de mots et d’images, par FLORE, photographe

FLORE-4web

© FLORE

Travail photographique réalisé dans le cadre du prix de photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts reçu en 2018, L’odeur de la nuit était celle du jasmin est une plongée introspective dans l’atmosphère indochinoise, telle que vécue, pensée, rêvée et écrite par Marguerite Duras lorsqu’elle était enfant, puis adolescente.

Après Lointains souvenirs (Editions Contrejour, 2016), portrait libre et poétique de la jeunesse indochinoise, FLORE retourne également sur les traces de ses grands-parents, dans un pays qui la hante,  et dont les textes de l’auteure de L’Amant forment avec ses propres photographies la substance d’un mythe.

FLORE-3web

© FLORE

Son livre publié par les éditions Maison CF est superbe : des images virées au thé, une matière graphique très onirique, le noble souffle d’une reliure à la japonaise.

L’odeur de la nuit était celle du jasmin est composé d’images envoûtées, envoûtantes, à la fois altières et intimes.

On est ici du côté de l’immémorial et de la recréation en vérité d’un territoire inventé par des mots ouvrant sur des photographies.

FLORE-8web

© FLORE

Pas de décalque, mais une belle obsession dans la remontée du Mékong comme motif proustien.

Le pays natal repose dans la solitude, il faut l’écrire, le photographier, pour le retrouver, peut-être.

Le passé colonial français peut être honni, dénoncé, vilipendé, notamment pour la pernicieuse emprise mentale du conquérant sur le dominé, mais on peut aussi choisir de témoigner de la beauté de l’ailleurs, et du sublime de paysages à la fois familiers et étranges.

FLORE-5web

© FLORE

Les hurlements muets de FLORE sont d’abord les marques d’un exil intérieur, presque d’une stupeur face aux formes d’une grandeur effondrée.

Tout dort dans un passé que nous ne savons pas voir, et l’art, puissance d’imaginaire, sera cette possibilité de réveil, d’éveil intérieur.

FLORE s’approche d’un pays disparu lové en sa chair, en son esprit, en sa généalogie, qu’il s’agit de retrouver par fragments, par éclats, par cadres de délicatesse, de voyages en voyages, de livres en livres.

FLORE-6web

© FLORE

L’odeur de la nuit était celle du jasmin est une cosa mentale, une ondée d’images douces contenant la violence inhérente à tout acte de création, et d’écriture, fût-elle de lumière.

Dans Ecrire (Gallimard, 1993), Marguerite Duras s’en explique : « Ça rend sauvage l’écriture. On rejoint une sauvagerie d’avant la vie. Et on la reconnaît toujours, c’est celle des forêts, celle ancienne comme le temps. Celle de la peur de tout, distincte et inséparable de la vie même. On est acharné. On ne peut pas écrire sans la force du corps. Il faut être plus fort que soi pour aborder l’écriture, il faut être plus fort que ce qu’on écrit. C’est une drôle de chose, oui. C’est pas seulement l’écriture, l’écrit, c’est les cris de bêtes de la nuit, ceux de tous, ceux de vous et de moi, ceux des chiens. »  

Les photographies de FLORE sont de l’ordre du percept deleuzien, ce sont des blocs de temps tombé d’un passé fantasmé, tel un vaste domaine promis à la déréliction.

FLORE-7web

© FLORE

Le dernier mot sera celui de la jungle, ou des nymphéas poussés sur des peintures provisoires, ces photographies dont la matière est celle du rêve.

Hanoï est un ventilateur tournant à l’infini dans un pavillon de bois verni.

Ici, tout est eau, jusque la montagne appelée à fondre dans les rizières.

FLORE-1web

© FLORE

Tout est mangrove, marécage, marée, et mariage terraqué.

La chaleur déclenche des hallucinations, mais n’est-ce pas le sens même de l’acte photographique ?

FLORE-2web

© FLORE

« Une fois regardées, observe Marguerite Duras, les photos sont rangées avec le linge dans les armoires. »

Le linge est de lin blanc, porté par des images fantômes, rescapées de cendres se mouvant dans les brumes du temps.

recto-FLORE-Jasmin-WEB-1

FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin, graphisme et mise en page Adrian Claret et Nelly Riedel, Maison CF / Galerie Clémentine de la Féronnière, 2020, 144 pages – 2000 exemplaires

FLORE – site officiel

Galerie Clémentine de la Féronnière

Maison CF

logo_light_with_bg

Se procurer L’odeur de la nuit était celle du jasmin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s