Cioran, Tintin de la philosophie, par Patrice Reytier, illustrateur

le

d097836938106c49783693810c8978v_

« Qui n’a pas la chance d’être un monstre, dans n’importe quel domaine, y compris la sainteté, ne mérite pas qu’on le prenne en considération. » (Emil Cioran)

Flâner à Paris avec Cioran, ça vous dit ?

Le voici en dessin (Patrice Reytier) dans un livre de format italien, dans un style ligne claire, marchant et soliloquant.

Voici le pitch : « Se figurer le monologue d’une hyène. »

Trois cases par page, des pensées – des aphorismes inédits comme des petits comprimés d’intelligence vive -, une silhouette, un visage.

Trois cases allant vers le couperet de la chute.

Paris ? « la ville idéale pour rater sa vie ».

Beckett à propos de Cioran : « Dans vos ruines, je me sens à l’abri. »

Cioran à propos de Cioran : « Je passe mon temps à conseiller le suicide par écrit et à la déconseiller par la parole. C’est que dans le premier cas, il s’agit d’une issue philosophique ; dans le second, d’un être, d’une voix, d’une plainte. »

Nous voici au jardin du Luxembourg, ou vers les Tuileries, au Père Lachaise ou du côté de Notre-Dame, sur les quais près des étals des bouquinistes ou devant Le Louvre, avec un piéton de Paris au pessimisme revigorant.

« Est nécessairement vulgaire tout ce qui est exempt d’un rien de funèbre. »

Le ratage, la mort, Satan, le déséquilibre l’emportent sur la grande santé, la réussite, la joie.

L’ennui, l’idiotie, le manque de courage.

Le ridicule, les tourments, le rien.

« Impossible de savoir si le visage d’un mort exprime une victoire ou une défaite. »

A la façon de Gombrowicz : « Ceux qui ignorent les digestions difficiles ne connaîtront jamais les accès de mélancolie et leur charme destructeur. »

La débilité, le désespoir, et l’humour fou.

A la façon de Woody Allen : « Le chemin qu’un spermatozoïde a dû parcourir pour aboutir au Requiem de Mozart. »

Tout pour la musique, tout pour le néant, l’échec cosmique.

A la façon de Cioran himself : « Prostré entre des gémissements et des syllogismes. »

Tout choit, l’idée de destin est une chimère, la haine conserve.

Sur une carte de visite : Emil Cioran, « expert en horreur de la vie… »

Si vous avez besoin d’un coach.  

008966424

On ne peut vivre qu’à Paris, Emil Cioran (textes), Patrice Reytier (illustrations), Chantal Piot (couleurs), Sylvie Jaudeau (préface), édition Lidia Breda & Renaud Paquette, direction artistique Pascale Granger, Editions Rivages / Bibliothèque Rivages, 2021, 96 pages

Bibliothèque Rivages

logo_light_with_bg

Se procurer On ne peut vivre qu’à Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s