Louis Ducos de Hauron, inventeur de la photographie couleur célébré à Agen

1-Ranchos de Taos N.M 1979

Bernard Plossu, Ranchos de Taos, Nouveau Mexique, 1979, Tirage Fresson, 28 x 18,6 cm ©Bernard Plossu

Cet été en France, la photographie en couleur est à l’honneur.

Parallèlement à l’exposition remarquable ayant lieu au Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac intitulée 1976/1986 – Une décennie de photographie couleur (article dans L’Intervalle du 24 juillet 2021), est présenté à l’Eglise des Jacobins, à Agen, Inventer la couleur, événement célébrant l’inventeur Louis Ducos du Hauron (1837-1920) considéré comme le pionnier de la restitution des couleurs en photographie.

L’Agenais est peu connu, la place dans l’histoire de l’art de ce chercheur curieux de tout, ayant tout sacrifié pour sa passion, devant être encore consolidée.

Lights of New York City, 1972 EH1810001

Ernst Haas, Lights of New York City, 1972, Tirage chromogène posthume, Dim. papier: 40 x 50 cm ©Ernst Haas Estate / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

A travers un choix de cent-cinq œuvres de dix-neuf photographes des années 1970 à aujourd’hui, l’exposition Inventer la couleur, menée sous la direction scientifique de François Saint Pierre, honore – après l’exposition Gérard Fromanger. Annoncer la couleur. Hommage à Louis Ducos de Hauron, été 2016 – ce visionnaire et précurseur génial.

Le commissaire de cet événement curatorial de dimension nationale cite Michel Frizot (Nouvelle histoire de la photographie, Paris, Bordas, 1994) en exergue de son texte, La photographie gagnée par la couleur : « L’arrivée de la couleur en photographie montre bien que le mimétisme photographique n’est qu’illusion et qu’il est dénué de toute automaticité. Trop connotée par le vérisme du noir et blanc, la photographie prend paradoxalement, dans l’adjonction de couleurs, ses distances avec le réel, qu’elle ne peut circonscrire avec une exactitude scientifique. »

On le sait bien désormais, il fallut attendre l’année 1976 et l’exposition conçue par John Szarkowski au MoMa, William Eggleston : Color Photography – certes précédée de celle d’Ernst Haas en ces mêmes lieux en 1962 -, pour que la photographie couleur, qu’inventa en 1869 le Français, accède à la reconnaissance officielle face à l’hégémonie de la photographie noir & blanc dans les institutions muséales.

MANG10

 

John Batho, Manège, 1980-1982, Tirages numériques aux encres pigmentaires, 89 x 118,7 cm ©John Batho

« La remise en lumière du XIXe siècle, précise Adrien Enfedaque, conservateur du patrimoine, directeur du musée des Beaux-Arts d’Agen, avec la création du musée d’Orsay, inauguré en 1986, donne l’occasion de s’intéresser aux pionniers de l’art photographique. Demeuré à l’écart des études réalisées au profit des frères Lumière et de Charles Cros, le travail de Louis Ducos du Hauron, est tiré de l’oubli suite à la redécouverte de la collection du musée d’Agen durant la décennie 2000. »  

La couleur était-elle trop sensualiste, vulgaire, de volupté vénitienne, pour ne pas être soupçonnée de frivolité par les tenants du sérieux dans l’art ?

Les coloristes manqueraient-ils de goût, voire de distinction ?

« En tant qu’hommage à l’expérimentateur qu’était Louis Ducos de Hauron, poursuit François Saint Pierre, l’exposition fait une large place aux recherches artistiques sur la couleur en photographie de trois générations d’artistes. John Batho, qui s’y engage dès 1963, fait figure de précurseur : « La couleur m’a amené à penser la photographie comme sujet et comme objet de mes travaux, et m’a éloigné de sa fonction documentaire. » Sa position est alors d’autant plus originale qu’il est l’un des rares, et sans doute le seul, à s’engager si tôt dans ce type de démarche en France, voire en Europe. »

SP#4

Julien Richaudaud, Solution d’un problème #4, 2021, Sérigraphie sur tirage chromogène, pièce unique, 40 x 30 cm ©Julien Richaudaud

On trouvera donc à Agen un formidable panorama de la photographie couleur depuis une cinquantaine d’années : travaux d’Ernst Haast et de William Eggleston (« choix commun du Dye Transfer, procédé de tirage coûteux, utilisé dans la mode et la publicité pour ses exceptionnelles qualités chromatiques »), photographies de l’Italien Luigi Ghirri, du Français John Batho et de l’Américain Saul Leiter ; expérimentations de Jan Groover, Philippe Durand et Alix Delmas ; recherches contemporaines, que Nathalie Boulouch appelle « pratiques de l’image à l’ère de la post-photographie », de Constance Nouvel, Vincent Ballard, Julien Richaudaud et Laura Tiberghien, artistes « nés avec le numérique » ; usage politique des images par Sammy Baloji, Mazdak, Alix Delmas et John Batho ; recherches de singuliers absolus comme Denis Brihat (adepte des virages métalliques), Pierre et Gilles (colorisation), Paolo Roversi (la couleur comme outre-vie) ; goût du monde en ses enluminures spontanées et sa rudesse (en tirage Fresson) par Bernard Plossu le bel insatiable.

En nos temps douloureux pour le respect des femmes, on pourra regarder avec une attention particulière les photographies de Talibans en noir & blanc, colorisés à la façon d’images pop ou d’icônes indiennes par Mazdak.

B76-01_023

Paolo Roversi, Audrey, Paris, 1996, Tirage Dye transfer d’époque, 50 x 60 cm ©Paolo Roversi. Courtesy galerie Camera Obscura

Avec une douce ironie, les iconoclastes furieux sont renvoyés à leur part féminine insoupçonnée, ce qui permet pour quelques instants de les sauver de la géhenne où les plonge leur intolérance assassine.

En fin d’ouvrage, une note technique inventorie et explique les différents procédés concernant la photographie couleur (Kodachrome, Cibachrome, Développement chromogène / C-Print, Tirage Lambda, Papier baryté, tirage au platine et au palladium…), faisant de ce catalogue publié par Manuella Editions un ouvrage aussi beau artistiquement que riche et précis d’un point de vue documentaire.

0-Inventer_la_couleur-Francois_Saint_Pierre-Musee_Beaux_Arts_Agen-Nathalie_Boulouch-Photographie

Inventer la couleur, avant-propos de Jean Dionis du Séjour, textes de Adrien Enfedaque, François Saint Pierre, Nathalie Boulouch, Musée des Beaux-Arts d’Agen / Manuella Editions, 2021, 128 pages

Musée des Beaux-Arts d’Agen

inventer-la-couleur-1

Exposition Inventer la couleur – du 3 juillet au 3 octobre 2021

1-Santa Fe N.M 1978

Bernard Plossu, Santa Fé N.M, 1978, Tirage Fresson, 28 x 18,6 cm ©Bernard Plossu

Manuella Editions

logo_light_with_bg

Se procurer le catalogue Inventer la couleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s