Une famille, par Lise Dua, photographe

Je n'écris plus pour moi seule - Lise Dua - 6

©Lise Dua

Je n’écris plus pour moi seule, livre autoédité de Lise Dua, très réussi graphiquement, est une merveille de sensibilité confrontant avec beaucoup de douceur des photographies prises par l’auteure de sa sœur cadette Clara pendant dix ans, et des portraits d’elle-même effectués par son père durant son enfance.

Qui est l’une ? Qui est l’autre ?

Qu’est-ce qu’une famille lancée dans l’aventure du temps ?

A qui appartiennent vraiment les traits de notre visage ?

Je n'écris plus pour moi seule - Lise Dua - 7

©Lise Dua

On peut lire les légendes et chercher à se repérer dans l’arbre généalogique donné par l’artiste, ou simplement s’enchanter de la grande beauté des êtres représentés et des situations de confiance intime.  

Que voit-on ici ?

De la pudeur, l’évidence d’un don, le mystère d’être au monde, en noir & blanc et couleur.

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Pourquoi y a-t-il toi ma sœur, mon autre, mon double ?

Pourquoi les parents se séparent-ils en nous laissant seuls avec notre visage ?

Je n'écris plus pour moi seule - Lise Dua - 5

©Lise Dua

En son bel ouvrage mnémonique, Lise Dua construit des diptyques troublants, recréant l’unité d’une famille par le montage des représentations.

Le père est photographe, sa fille le sera, tous deux ont un charme fou, celui de l’introspection dans le miroir du Rolleiflex.

La reprise des planches-contacts montre des complicités, de l’autodérision, une volonté d’entrer dans l’univers du conte.

On se marie, on se déchire, on se quitte, mais, heureusement, il y a l’art qui est une élévation spirituelle, un hymne à la beauté du hic et nunc, un memento mori donnant de l’énergie.

Je n'écris plus pour moi seule - Lise Dua - 3

©Lise Dua

Je n’écris plus pour moi seule est un livre qui tisse, qui brouille les cartes, recompose des identités en les faisant glisser les unes sur les autres.

L’exercice n’est pas facile, qui pourrait être trop sentimental ou trop nostalgique, mais qui est simplement un hommage à la grâce d’être né, identique et différent, de la même espèce humaine, celle qui entreprend de se regarder dans un boitier de vision pour espérer enfin découvrir qui elle est.

Je-n-ecris-plus-pour-moi-seule--Lise-Dua

Lise Dua, Je n’écris plus pour moi seule, photographies Lise Dua, Michel Dua et Marie Vallet, textes marie Vallet et Lise Dua, conception graphique Lise Dua, conception de la jaquette, de la couverture et des annexes Eleonore Jasseny, 2021, 132 pages – 120 exemplaires

Lise Dua – site

Le-photographe-Michel-entre-1988-et-1990-Lise-Dua-1536x1097

©Lise Dua

Exposition du 16 octobre au 20 novembre à la galerie Le Bleu du ciel (Lyon)

Je n'écris plus pour moi seule - Lise Dua - 4

©Lise Dua

Lise Dua – Le Bleu du ciel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s