New York sur le vif, par Alain Keler, photographe

72_0147-18X_USA-SV

©Alain Keler

« J’arrive à New York au petit matin du 4 avril 1971 pour les beaux yeux d’une jeune Américaine, rencontrée dans un kibboutz en Israël, lors de mon long périple en Asie et au Moyen-Orient. »

Alain Keler a alors vingt-six ans, le monde s’ouvre à lui, qu’il ne cessera de documenter à la fois dans sa dimension historique – il couvre nombre des conflits importants du dernier demi-siècle, et intime – la vieillesse de ses parents au quotidien -, son regard fraternel sur les Roms incarnant ces deux dimensions.

A New York, muni d’un Leica, ayant en tête Cartier-Bresson et les grands de son temps comme Winogrand, il arpente la ville en tous sens, Little Italy, Bronx, Manhattan, Soho, et surtout Washington Square, poste d’observation privilégié de la comédie humaine à la mode américaine.

71_0102-21a-USA-I-SV2-copie

©Alain Keler

Alain Keler a lu Dos Passos, la ville qu’il rencontre ne le déçoit pas, film noir, jungle urbaine, traffic jam, improvisations jazzées des corps dans l’espace.

Lignes, énergie, réseaux autoroutiers, foule, trépidations, le spectacle est permanent.

Le photographe saisit New York sur le vif, cocasse, inquiète, multiculturelle.

Affairements, pauvreté, mélancolie, tendresse.

Bal, boxe, loto.

Pardessus, chapeaux, sommeil, musique.

75_0307-8-USA-I-SV2

©Alain Keler

« Je ne me suis jamais considéré comme un artiste, écrit l’auteur du livre Un voyage en hiver (Les Editions de Juillet, 2021), relatant une errance de la Slovaquie à Venise. Ma conception de la photographie est différente. Elle doit être au service de ceux qui vivent cachés dans leur monde, ignorés des pouvoirs, ceux dont le quotidien est difficile, qui souffrent et luttent pour exister décemment. Un peu comme mes parents, timides acteurs de ce monde qui, par leur travail acharné, parvinrent à être respectés pour ce qu’ils étaient, de modestes artisans talentueux et honnêtes. »

Lauréat en 1997 du prestigieux prix W. Eugene Smith, Alain Keler, à la faveur du confinement, a découvert dans ses archives beaucoup d’images inédites de son séjour américain et des films développés non contactés, trésor désormais révélé à tous dans le livre New York, beau et dense, empathique envers le peuple, constamment curieux de tout.

La question du regard y est centrale.

Le photographe s’attache à représenter des personnages dont les visages indiquent des directions différentes, nuée de volatiles cherchant en tous sens une pitance pour leurs yeux.

73_0106-29-USA-I-SV2

©Alain Keler

« Mais que regardent-ils ? », telle pourrait être la question essentielle de cet ouvrage fort, doucement ironique, tendre envers l’humain.

Des vieux juifs, des acteurs de polar, des figurants dans un film de Cassavetes, de John Huston ou de Elia Kazan.

On est dans le métro, dans la rue, dans un couloir d’hôtel.

L’œil du frenchie n’est pas que sociologique, happé plutôt par des situations qui l’enchantent, le font sourire ou éveillent son empathie.

72_0152-5-USA-B-Y005

©Alain Keler

Dans un club de billard, dans un restaurant, lors d’une manifestation.

Il photographie la parade de la Saint-Patrick à Manhattan en 1975, une foule munie de pancartes demandant la liberté de circulation pour les juifs en Union Soviétique et au Moyen-Orient, des policiers, des jeunes femmes tenant la hampe du drapeau national.

Alain Keler est attentif à l’ethos de chaque groupe, de chaque rassemblement communautaire, des habitants de quartiers très typés.

Un homme dort sur une voiture, des protestataires lèvent la voix : « C.I.A. : DEATH »  

New York est en ébullition, les policiers sourient, avant de jouer de la matraque.

En réussissant à saisir l’âme d’une ville de grande vitalité, Alain Keler est devenu photographe.

Couv_America77

Alain Keler, New York, America Americas, conception éditoriale Richard Volante et Yves Bigot, photogravure Pascal Jolivet, Les Editions de Juillet, 2021, 160 pages

Les Editions de Juillet

Alain Keler est membre de l’agence MYOP

Agence MYOP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s