Promenades proustiennes, par François-Xavier Bouchart, photographe

11843-20A

 ©François-Xavier Bouchart

« Un de mes autres étonnements fut de voir les « sources de la Vivonne », que je me représentais comme quelque chose d’aussi extra-terrestre que l’entrée des Enfers, et qui n’étaient qu’une espèce de lavoir carré où montaient des bulles. » (Marcel Proust)

Pour arrêter l’ordre du crime, il y a la littérature, les phrases arrivant comme à l’improviste en imposant leur aura de silence et de vérité.

11853-23

 ©François-Xavier Bouchart

Ayant centré son regard sur les lieux fréquentés par Marcel Proust, ou présents dans son œuvre, François-Xavier Bouchart est allé entre 1971 et 1978 sur les pas du génial prosateur.

Les éditions Créaphis republient aujourd’hui son maître livre, Marcel Proust, La figure des pays, ensemble de photographies en noir & blanc accompagnées de citations tirées de la correspondance de l’écrivain, mais aussi de A la recherche du temps perdu, de Jean Santeuil, de Contre Sainte-Beuve et de La Bible d’Amiens de John Ruskin qu’il traduisit, préfaça et annota.

11873-20A

 ©François-Xavier Bouchart

Le format panoramique des images permet une lecture ample, une respiration quiète, dans la restitution d’une vision proche du champ visuel de l’être humain.

« Proust, rappelle dans sa préface Nadine Beauthéac-Bouchart, a pris parti dans le débat public de son époque sur la photographie et, dans sa vie privée, il collectionnait les portraits des personnes aimées ou qu’il admirait. Il fait apparaître des photographies dans des scènes capitales de La Recherche, il multiplie les références à la photographie dans son œuvre et il utilise la pratique photographique comme forme stylistique. La technique d’écriture de Proust, décrivant souvent « des instantanés visuels », passionne François-Xavier. Il admire les jeux d’optique de l’écrivain pouvant aller, se souvient-il, « jusqu’à agrandir une fraise à l’échelle d’une cathédrale » ; ces alternances et cette variété de focales, du microscope au télescope retiennent toute son attention. »

11875-22

 ©François-Xavier Bouchart

On se souvient également peut-être du livre de Brassaï, Marcel Proust sous l’emprise de la photographie, l’artiste hongrois ayant souvent répété qu’il avait appris le français en lisant le célèbre écrivain.    

François-Xavier Bouchart n’est pas un universitaire cherchant un relevé systématique des lieux proustiens, mais un poète allant sur les traces d’un double de lui-même, muni d’une sorte d’’instinct décisif lui permettant d’entrer en symbiose avec son devancier.

11893-7

 ©François-Xavier Bouchart

Amphion-les-Bains, Cabourg, Trouville, Bourges, Rouen, Reims, Venise, Laon, Chartres, Illiers-Combray, Honfleur, Houlgate, Avallon, Thonon-les-Bains, Coucy-le-Château, Coutances, Mont Saint-Michel, Dives, Vézelay, Saint-Leu-d’Esserent, Saint-Loup-de-Naud, Delft. 

Il ne s’agit pas pour le photographe de chercher une correspondance exacte – Proust ayant en outre recréé par le travail de montage et de recomposition des lieux en tel ou tel autre un espace purement littéraire -, mais de faire ressentir une atmosphère, une vibration, une énergie ayant pu toucher au suprême l’écrivain.

11920-25

 ©François-Xavier Bouchart

« J’ai voulu, révélait-il, faire de ce travail photographique une sorte de chef-d’œuvre, à la manière des compagnons, avec des qualités techniques poussées ; c’est pourquoi il me semble que ces images peuvent être appréciées de façon certaine en dehors de leur contexte littéraire. »

De fait, on entre dans son livre comme dans un espace sacré, avec un sentiment d’ordre et de paix.  

Des beautés de pierre des cathédrales monte un grand calme, une grâce, une noblesse, comme des grands hôtels que l’écrivain fréquenta, ou des campagnes qu’il arpenta. 

11907-15

 ©François-Xavier Bouchart

Une forme en convoque une autre, un pavé sur lequel on bute mène à un autre situé bien plus loin géographiquement, la mémoire est un temple où tout consonne.

Le secret des lieux, avant l’ère des massacres industriels, étant de changer moins vite que le visage des hommes, il peut être grisant de chercher la présence des disparus aimés dans celle des paysages.

Marcel Proust, La figure des pays propose ainsi de voyager en ses images, de les explorer longuement, et d’y retrouver peut-être une plénitude de silence bruissant de mots et de figures.

11894-28

 ©François-Xavier Bouchart

On se promène le long de la Vivonne, on lit à la lueur d’une lanterne magique, on marche sur un « dallage rouge et luisant comme du porphyre ».

Des parcs, des allées, des portails.

Une mare, un talus buissonneux, un petit lavoir.

Un château, des gravillons, des prés.

11847-2

 ©François-Xavier Bouchart

La lecture des citations éblouit, comme de contempler des photographies admirablement composées.

Passent les fantômes de M. Verdurin, M. de Charlus, Reynaldo Hahn, Albertine, Odette, Elstir.

Les noms des personnages se mêle à ceux des amis de chair, tout devient rêverie.

Marcel Proust est maintenant à Amiens, conjecturant : « et, au moment où le portail sud m’apparut, je vis devant moi, sur la gauche, à la même place qu’indique Ruskin, les mendiants dont il parle, si vieux d’ailleurs que c’étaient peut-être encore les mêmes. »  

11917-12A

 ©François-Xavier Bouchart

Message à tous les désespérés, dont moi : « Mais c’est quelquefois au moment où tout nous semble perdu que l’avertissement arrive qui peut nous sauver, on a frappé à toutes les portes qui ne donnent sur rien, et la seule par où on peut entrer et qu’on aurait cherchée en vain pendant cent ans, on y heurte sans le savoir, et elle s’ouvre. »

Regarder les photographies de François Xavier-Bouchart allège, comme si quelque chose du monde dans son immuabilité était encore possible.

9782354281762

François-Xavier Bouchart, Marcel Proust, La figure des pays, textes de Nadine Bauthéac-Bouchart et Elyane Dezon-Jones, anthologie des extraits de l’œuvre de Marcel Proust par Elyane Dezon-Jones, réalisation Aude Garnier, concept graphique Pierre Gaudin et Aude Garnier, direction éditoriale Claire Reverchon, Pierre Gaudin et Aude Garnier, Créaphis éditions, 2021, 132 pages

Créaphis éditions

logo_light_with_bg

Se procurer Marcel Proust, La Figure des pays

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s