Chacun cherche son chat, par Felix the Saiz, collecteur d’images

Cet ouvrage se lit comme un manga, il circulera bientôt sur la planète entière, il est le plus touchant du monde.

On ne connaît pas son auteur, dont le pseudonyme Felix the Saiz laisse présager qu’il est peut-être de race féline.

Felix est le livre à emporter si vous souhaitez accéder au Paradis (des chats).

Il collige des affichettes de portraits de chats perdus montés cut, offrant à l’animal d’être à la fois toujours le même et chaque fois différent.

©Felix the Saiz 

©Felix the Saiz 

Les chats disparaissent, reviennent, se réincarnent.

Avez-vous remarqué comme ils savent pressentir la mort et s’asseoir là près de vous lorsque votre âme commence à vaciller ?

Felix n’est pas un mausolée, mais un Arc de triomphe pour les chats engloutis par la nuit.

Leurs propriétaires pleurent, s’angoissent, les cherchent désespérément.

©Felix the Saiz 

©Felix the Saiz 

Rien de plus authentique qu’une annonce de disparition de notre animal favori placardée dans tout un quartier.

Où se cache-t-il ? A-t-il été écrasé ou enlevé pour quelque expérimentation scientifique atroce ?

L’esprit tourne, les voisins sont alertés, rien n’est devenu plus important que de retrouver la petite boule de poils.  

Le temps a passé, l’image se dégrade, la jolie trogne devient le plus affreux des blobs.

Le contraste entre le regard sauvage et vrai de l’animal avec notre nature humaine si inconstante bouleverse.

Tout est fixe, figé, mort, mais l’impression est que les vibrisses bougent encore.

©Felix the Saiz 

©Felix the Saiz 

Il y en a bien sûr de toutes races, des raretés comme des bandits ordinaires, des tachetés comme des immaculés, des noirs comme des roux.

Les pluies ravagent les affiches, minou craint les orages qui le déchirent.

Felix est un cri muet devenu geste de plasticien, acte d’exorcisme retournant la détresse en appel intérieur convoquant les esprits.

 L’un a perdu un œil, l’autre a la truffe grignotée, un autre encore a la patte abîmée.

Tous ces chats qui nous regardent sont les gardiens malicieux des villes en furie, portiers de nos rêves comme de nos agitations futiles.

Où sont désormais ces souverains impeccables ?

©Felix the Saiz 

Felix est le nom générique d’un royaume peuplé d’yeux et de moustaches qui, l’air de rien, sont en communication avec les mondes astraux.

L’écrivaine Caroline Lamarche conclut, énigmatiquement : « Ces affichettes couturées d’intempéries sont à l’image de la vie de celui qui les a repérées et choisies pour des tirages soigneusement médités, dont l’apparence conservera l’esprit de ces fantomatiques trouvailles. »

Est-ce un avis de recherche ?

Felix the Saiz, Felix, texte Caroline Lamarche, design Studio Dirk, Editions Le Mulet / Le Comptoir du livre, 2022 – 750 exemplaires

https://www.lemulet.com/edition/felix/

Lancement du livre le jeudi 7 juillet, de 17h30 à 18h30, à la table Le Mulet Myop in Arles, cour de l’Archevêché

©Felix the Saiz 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s