Femmes pissantes, par Emma Boudon, photographe no shame

©Emma Boudon

Les érudits et amateurs de curiosités, les zélateurs du décalage et les naturopathes sauvages, ont peut-être encore en tête l’ouvrage étonnant de Jean-Claude Lebensztejn, Figures pissantes 1280-2014 (éditions Macula, 2016), présenté dans L’Intervalle le 26 novembre 2016.

Car ne vous offusquez pas, ne vous cachez pas derrière votre petit doigt ou le premier arbre venu (ce peut être aussi une cylindrée japonaise), ça pisse depuis longtemps dans l’histoire de l’art.

©Emma Boudon

Le corpus du maître rabelaisien s’arrête en 2014, mais, bien entendu, les flots d’urine ne s’arrêtent pas là – comme l’avait suggéré d’ailleurs l’un des pères de la philosophie, le sage Héraclite.

Les plus inspirés, les chanceux, et les mieux informés, trouveront aux Editions Rien ne va plus, un fanzine imprimé en riso couleur d’Emma Boudon, Woman Takes a Leak in Public with no Shame

©Emma Boudon

Le corps est beau, accroupi, cherchant la bonne position, la meilleure flexion pour la miction.

On se cache, mais l’on est quand même vu, on est un peu gêné, mais l’on savoure la liberté, on se tortille mais l’on rit sous cape, alors que les dieux, égrillards comme il se doit du haut de leur supposée Pureté, se rincent l’œil.

©Emma Boudon

Woman Takes a Leak in Public with no Shame propose une véritable chorégraphie de femmes se soulageant, culotte tendue, écartée, ou retirée.

Il y a de la concentration dans ce moment ultime, presque de la sacralité.

La scène est touchante, enfantine, mais aussi quelque peu grotesque dans la surprise par la photographe d’un trouble moment d’extase livré normalement à la nuit de l’oubli.

Les couleurs sont fabuleuses, ce sont celles des enluminures médiévales illustrant des légendes arthuriennes.

©Emma Boudon

Oui, Dame Guenièvre n’est pas qu’un esprit, qu’une beauté diaphane, qu’une figure éthérée de l’amour courtois, non, c’est une femme moderne assumant son corps, ses fonctions et ses désirs.

Mais où partent ces jets d’urine mouillant le sol ?

Dans l’imaginaire, dans l’océan, dans la métamorphose du vivant qui passe en mystère d’autre forme d’existence.

Emma Boudon, Woman Takes a Leak in Public with no Shame, Les Editions Rien ne va plus, 2022

https://www.facebook.com/leseditionsriennevaplus

https://www.rnvp.paris/product/woman-takes-a-leak-emma-boudon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s