L’apaisement, mais follement, par la revue Possession Immédiate

    « … je sortais de la guerre doucement gâteux, peut-être bien, à la manière de ces splendides idiots de village… » La phrase est de Jacques Vaché, mais elle pourrait désigner le projet moral du dernier numéro de la revue Possession Immédiate : sortir de la guerre, peut-être plus idiots, moins idiots, idiots, à la façon…

Les extases sauvages de Didier Gillis, photographe

Didier Gillis est photographe à Liège, spécialisé dans le tirage à la gomme bichromatée. Sur son site, l’artiste explique ce procédé. Voici le début de son texte, très pédagogique, et d’une clarté énigmatique : « L’impression à la gomme bichromatée consiste en un mélange de gomme arabique et de pigments (principalement des terres, des ocres), auquel…

Franck Venaille, Medicine Man, c’est-à-dire poète

Qui n’a jamais lu Franck Venaille et souhaite découvrir l’une des plus belles œuvres poétiques des cinquante dernières années peut tenter de se procurer immédiatement le recueil anthologique (1966-1997) Capitaine de l’angoisse animale, publié conjointement en 1998 par les éditions Obsidiane et Le Temps qu’il fait, puis de lire, dans la même nuit de feu,…

Nos étreintes sont aussi des doutes que nous partageons – une poétique de la fraternité, par Christophe Manon

Christophe Manon conçoit la poésie comme un espace de rencontre, une façon de desserrer les nœuds qui entravent notre respiration et interdisent toute parole véritablement transitive. Fidèle à l’esprit de Villon, comme à celui de Celan, son lyrisme sensible à l’éphémère et à la beauté des gestes obstinés de vie, jusqu’aux échecs éventuels, est un…

La littérature à l’estomac des tordus, naïfs et crétins du Nord

Voici un livre impossible, monstre, rabelaisien, totalement dingue, hilarant et de gai savoir, Cadavre grand m’a raconté, une anthologie de la poésie des fous et des crétins dans le Nord de la France. On t’appelle maintenant, cher Nord dégénéré, Hauts-de-France, le petit doigt sur la couture du pantalon, mais baisse ton froc camarade, détends-toi, et,…