Gabriel, une question de genre, par Mar Sáez, photographe

« Quand j’ai eu mes règles pour la première fois, j’ai fait semblant d’être heureux. » La première image de Gabriel, de la jeune photographe espagnole Mar Sáez, est une victoire, celle du corps d’un homme en short de bain portant de façon christique une serviette sur les épaules. Le torse et le ventre sont…

Jeunesse, prière de déranger, par Aurore Valade, photographe

Aurore Valade conçoit la photographie comme un objet relationnel, une possibilité de rencontre, une expérience de l’ordre d’une performance, une scène. Dans des mises en scène très élaborées, l’artiste photographie ses personnages avec les objets qui les entourent, s’intéressant moins aux visages qu’à l’ensemble des marchandises qui saturent nos existences et nous dévoilent. Les images…

Dessiner le Minotaure, par Jean-Christophe Norman, artiste nomade

Jean-Christophe Norman effectue à l’aide d’une simple craie blanche des « expéditions horizontales », réécrivant lors de traversées urbaines pouvant prendre beaucoup de temps des textes fondateurs, Ulysse de Joyce par exemple. L’un de ses derniers projets prend appui sur le livre de Pierre Daix, La vie de peintre de Pablo Picasso, que l’artiste nomade s’applique à…

We are imperfection, par Duke Ellington, et JM Ramirez-Suassi, photographe

De One eyed Ulysses, de JM Ramirez-Suassi, le lecteur ne saura que ceci : « The photographes of this voyage from the outskirts to the center of the city were made, with few exceptions, in Madrid between 2013 ans 2017. » Se présentant sans aucun autre texte, ce livre superbe, étonnant – en couverture quatre fenêtres percées dans…

Quelques roses pour Zurbarán, par Florence Delay

« Viens ma bien-aimée, ma belle ! La porte du ciel t’est ouverte. » On visite peu la galerie espagnole du Louvre. Il y a bien quelques noms de maîtres, Velázquez, Murillo, Ribera, mais l’impression, relève Florence Delay dans Haute Couture (Gallimard, 2018), est assez décevante. Pourtant, un chef d’œuvre de petite taille (1,34m x 0,67m) nécessite sans…

Une ontologie de Polichinelle, par Giorgio Agamben

La comédie est-elle plus profonde que la tragédie ? Parvenu à l’extrémité de sa vie, un philosophe italien qui enseigna à Venise, et qui pensa/pense en actions autant qu’en paroles, décide de consacrer quelques-unes de ses dernières forces à la figure inattendue de Polichinelle, proposant à travers ce personnage issu de la commedia dell’arte une réflexion…

Je suis le roi du bois, le Zeus, le criminel, par la photographe Anne-Lise Broyer

Anne-Lise Broyer pratique l’acte photographique comme un dessaisissement, une tentative d’éblouissement et de perte. La dramatisation des instants participe chez elle d’une poétique de la voyance, d’une volonté d’opérer une sorte d’archéologie du présent permettant de relier espaces et temps dissemblables, pourtant profondément unis. Passant par la littérature et l’érudition pour interroger notre façon d’être…

Le dessin comme souveraineté, par Françoise Vanneraud

Pour Françoise Vanneraud, le dessin n’est pas une petite affaire personnelle, mais une recherche concernant la structure même du vivant, qui est du mouvant. Produit par la main, il est producteur de réalité, et s’émancipe de qui tient le crayon, force qui va, savoir sans maître. Les dessins de Françoise Vanneraud sont des planètes en…

L’heure du loup, par la photographe Aurélia Frey (1)

Il y a dans la poétique photographique d’Aurélia Frey une recherche d’atemporalité et de solitude très précieuses en notre époque de bavardage continuel et de lumières aveuglantes. Apprendre à voir dans le noir, ne pas craindre de se perdre, accueillir la présence de ce qui approche, sont des attitudes physiques, mais avant tout morales. Aurélia…