Le point d’amour, par Nathalie Léger, écrivain

« Longtemps avant, dans l’évidence de la rencontre, nous nous étions dit : c’est toi, tel, ce que tu es, toi, toi dont chaque détail s’appelle de ton nom. Ce monde en détails. Toi. N’en revenant pas. Tel. Prononcé dans la plénitude. » Suivant l’azur, de Nathalie Léger, est un titre mallarméen. Le poète perdit son fils, Anatole,…

Histoires du petit bossu, par Muriel Pic, écrivain

Karl Blossfeldt « Les timbres ont longtemps été les images que les Etats déposaient dans les chambres des plus petits pour leur raconter l’histoire des gloires et des nations. Maintenant, les enfants la découvrent sur internet. La philatélie n’intéresse plus personne. Les timbres ne sont plus que les restes d’un monde en train de partir, prêt…

L’âge d’or, par Matthieu Venot, photographe

© Matthieu Venot « Là tout n’est qu’ordre et beauté, / Luxe, calme et volupté. » Couverture rigide entoilée,  marquage à chaud et estampage, le dernier-né des éditions Autonomes est déjà superbe et très grand. Intitulé La cité d’angles, cette monographie de Matthieu Venot est un bloc de couleurs pures et de paix, loin du vacarme de…

L’azur, l’air lumineux, l’art, par Yves Klein, plasticien de l’immatériel

« Le bleu n’a pas de dimensions. Il est hors de dimensions, tandis que les autres couleurs elles, en ont. Ce sont des espaces psychologiques. Le rouge, par exemple, présuppose un foyer dégageant de la chaleur. Toutes les couleurs amènent des associations d’idées concrètes, matérielles ou tangibles d’une manière psychologique, tandis que le bleu rappelle tout…

Maurice Blanchot et le chant des sirènes, par Tiphaine Le Gall, écrivain (2)

  La rentrée littéraire est peu exaltante, atone, déprimante, masquée. Heureusement, il y a le premier livre de Tiphaine Le Gall, Une ombre qui marche (éditions de L’Arbre vengeur), dont j »ai écrit hier tout le bien que j’en pense. Pressentant des parentés entre cet ouvrage et Le livre à venir de Maurice Blanchot (1959), j’ai…

Pas encore une image, un inventaire parlé, par Jean Daive, poète, critique

Quel plaisir d’écouter, de lire, de voyager, avec Jean Daive, esprit brillant, poète, critique, traducteur (Paul Celan, Robert Creeley), créateur de revues (fragment, fig., Fin et K.OS.H.K.O.N.O.N.G., depuis 2013), animateur sur France Culture des émissions Nuits magnétiques (avec Alain Veinstein) et Peinture fraîche (1997-2009). Un recueil d’entretiens paru à l’automne aux éditions L’Atelier contemporain, Pas…

Un geste pour rien, par Eric Rondepierre, photographe plasticien et Huron

« Du Possible, sinon j’étouffe ! » (Proust/Eric Rondepierre) Voici enfin, parmi la marée des insignifiances et livres fabriqués sans nécessité, un ouvrage créant un trou dans le trou, parce qu’il fait penser, que sa phrase est subtile sans se rengorger de préciosité, et qu’il a fourbi ses armes dans la méditation ininterrompue des textes…

Fraîcheur d’André du Bouchet, poète andante

« Son expression est d’une lassitude venue de très loin, dans les yeux surtout, cette lassitude qu’on lit parfois sur le visage d’un nouveau-né. Dans le regard il y a en même temps un étonnement. » (Paule du Bouchet) Je devais avoir besoin de beaucoup de silence, pour avoir ce jour-là, à la sortie de l’adolescence, acheté en…

L’Hexaméron d’Italo Calvino, six leçons pour traverser le siècle

Les Anciens, au moment d’inventer leur poème, invoquaient la Muse, cette puissance ordonnatrice, cette gardienne de la Mémoire, parce qu’arracher un fragment au tout racontable nécessitait quelque précaution, quelque protection, quelque force supérieure. Quand tout est devenu arbitraire, il reste aux Modernes la teinte de l’ironie, parfois sublime, comme chez Robert Musil, dont voici l’incipit…