Le rire majeur de Carlo Emilio Gadda, par Philippe Bordas, écrivain

La casquette de Gadda © Philippe Bordas « Carlo Emilio Gadda est ce passant discret, invisible au piéton français comme aux foules italiennes abandonnées à la stupeur de l’après-Berlusconi. Né en 1893, avant le déferlement des radios, mort en 1973, avant le déchaînement numérique, Gadda a brûlé sa vie à l’élaboration d’un verbe souverain, comme s’en…

Résonance, une révolution musicale, par Hartmut Rosa, philosophe

« La racine anthropologique du capitalisme réside dans le prométhéisme et la non-acceptation des limites. (…) Ultimement, le postcapitalisme ne peut advenir que sur fond de notre finitude anthropologique marquée par la mort. » (Nathanaël Wallenhorst) Dans L’homme pressé (1941), Paul Morand écrit, prophétique, après Paul Valéry et avant Paul Virilio : « La vitesse est la forme moderne…

Sortir de l’âge sombre, par René Guénon, ésotériste

« Maintenant, une question se pose : quelle est la raison d’être d’une période comme celle où nous vivons ? » Nous vivons à bien des égards un temps d’effondrement, de catastrophe, de fin. Bien entendu, c’est aussi un moment de révélation, un dessillement, un éclat de vérité, quand ce qui était caché et profondément enfoui devient enfin visible….

France moisie, je vote Bernanos

J’étais perdu dans notre pays avili, ayant abandonné une grande part de ses valeurs anarcho-chrétiennes. Il me fallait une direction, un guide spirituel, un destin au-delà de la survivance politique à bas coût. Je lisais dans les journaux et les réseaux sociaux des points de vue intelligents, moraux, raisonnables, tenus par des personnalités éminemment respectables…

1937, une année particulière, par Paul Léautaud, écrivain

Je ne sais pas vraiment pourquoi je continue à lire Paul Léautaud. Pour le monument qu’est son journal littéraire (18 tomes, sans compter les contre-allées) ? Pour sa défense inconditionnelle des bêtes, qu’il recueillait volontiers dans son pavillon de Fontenay-aux-roses ? Pour ce qu’il révèle d’un certain esprit français, entre pointes brillantes et bassesses (antisémitisme, attitude pro-allemande…

Tonner et étonner, de l’art de la citation, par Hervé Dumez, écrivain

« Je sors. Je vais m’ennuyer dehors, je m’ennuie trop chez moi. » (Hector Berlioz) La soirée était exquise, les amis formidables, l’alcool sans modération, mais le matin vous manquez de boussole, vous êtes égaré, hagard, hâve. Il faut vous rétablir, vous recentrer, retrouver le cap des phrases essentielles. La déesse Fortune a placé sur votre chemin…

Le temps, l’exil, la présence, par Jean-Jacques Gonzales, photographe

« La photographie ne ferait qu’épaissir le voile qui (me) sépare du monde en le rendant visible ; ce faisant, elle pourrait se donner les moyens de l’outrepasser. » (Jean-Jacques Gonzales) Je ne trouve pas le temps d’écrire sur chacun des volumes des éditions d’art strasbourgeoises L’Atelier contemporain, mais chaque ouvrage devrait être l’objet d’un long article,…

Penser en temps de détresse, Paul Valéry, août 1933

« Les fascisme, bolchevisme et nazisme sont des idolâtries primitives à ingrédients mystiques » (XVI, 814) Dans une époque hideuse politiquement, détruisant méthodiquement le bien commun en soumettant chaque segment de réalité à la pensée calculante, lire à contretemps est une nécessité pour la vie de l’esprit. La publication d’un cahier inédit de Paul Valéry…