Les jours de haute solitude, par Tereza Zelenkova, photographe

©Tereza Zelenkova Il y a des livres sur lesquels il me faut écrire immédiatement, parce que l’émotion est trop belle, trop intense, trop violente. Parce que je veux la partager, et que c’est comme si ce qui apparaissait soudain, à peine ouvert, était de l’ordre d’un miracle, ou d’un don très précieux, impensable, magique. Mais,…

Le lied de l’ange de l’histoire, par Alain Keler, photographe

© Alain Keler / M.Y.O.P. « L’histoire n’est qu’un éternel recommencement. C’est l’Est, d’où je viens. Mais c’est peut-être aussi pareil un peu partout. Sauf que l’Est me sensibilise plus, c’est normal. Un traumatisme ne s’efface pas du jour au lendemain, surtout chez les juifs ! » (Alain Keler) Après le rétrospectif Journal d’un photographe (2018), livre retraçant…

Parme, théâtre des souvenirs, par Michèle Lesbre, romancière

« Mon voyage se transformait, le théâtre l’avait envahi. » Il me faut aller en Italie, plusieurs fois par an, par mois, par semaine, par jour. Il me faut des cartes routières, les détails des horaires des trains et des avions, des adresses d’hôtels et d’appartements. Il me faut à chaque instant, c’est le plus simple, la…

Penser la métamorphose avec Kafka, par Léa Veinstein, chercheuse, écrivain

Comprendre comment l’œuvre d’un écrivain tel que Kafka modifie, inquiète, inspire la philosophie, tel est le sujet de réflexion de Léa Veinstein dans Les philosophes lisent Kafka. Benjamin, Arendt, Anders, Adorno (Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme, 2019), qui fut d’abord l’objet d’une thèse soutenue à l’université de Strasbourg. Lisant, avec ferveur, Kafka…

De la Banalyse et de Jean-Pierre Le Goff, par Yves Leroy, Banalyste

C’est dans une conversation à propos de Ralph Rumney, peintre, situationniste, psychogéographe, par Gérard Berréby, patron des éditions Allia, que j’ai entendu pour la première fois le mot « Banalyse ». Il y a quelques jours, lors d’un dîner chez une amie, j’ai rencontré par le plus grand des hasards objectifs un Banalyste authentique, assis à côté…

L’Apesanteur et la disgrâce, une exposition pneumatique, par Gérard Berréby, fondateur des éditions Allia

A l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, situé à Lessines, en Belgique, Gérard Berréby a imaginé une exposition, L’Apesanteur & la disgrâce, s’intéressant aux métamorphoses du corps souffrant, proposant une mise en abyme d’un lieu chargé de douleur et d’apaisement. La Belgique est pour le fondateur des éditions Allia, par ailleurs supporter fervent de l’équipe d’Anderlecht,…

Le détail délicat de la miette près du verre de vin – quand Bohumil Hrabal rencontre Elisée Reclus

Si l’on décernait des prix Nobel de littérature à titre posthume, nul doute que, parmi la cohorte des oubliés de génie, le poète palestinien Mahmoud Darwich (1942-2008), l’ironiste métaphysique Witold Gombrowicz (1904-1969), ou, dans un tout autre registre, Bohumil Hrabal (1914-1997), écrivain tchèque, bon buveur, esprit carnavalesque, seraient les premiers désignés. Un beau petit livre…

Je suis là, c’est tout, ou les poèmes visuels d’Anton Corbijn et Jiri Kylian

Les amateurs du groupe de Manchester Joy Division se souviennent peut-être de Control, film d’âpreté et de noirceur nobles qu’avait consacré en 2007 le photographe néerlandais Anton Corbijn à son leader charismatique, Ian Curtis, mort par suicide à vingt-quatre ans. Les Editions du Sonneur offrent aujourd’hui un volume de nature autobiographique à cet artiste de…

Les jardins d’Armide à minuit – conversation avec Annie Le Brun à propos de Radovan Ivsic (2)

Annie Le Brun, poétesse, essayiste, commissaire d’exposition, lectrice de Sade et des grands irréguliers du langage, incarne un principe de subversion qu’elle n’a cessé d’approfondir dans une œuvre au long cours, écrivant notamment, fidèle à la morale surréaliste, Les pâles fiévreux après-midi des villes (1972), Lâchez tout (1977) ou A distance (1985). On peut lire,…

A Radovan Ivsic, poète – du temps que les surréalistes avaient raison (1)

Jusqu’à son dernier souffle, André Breton rechercha et accueillit les signes d’un ordre secret du monde, mystérieux et évident, dont le surréalisme fut le nom. Mouvement d’une ampleur considérable – tous les continents touchés en quelques décennies – né à l’époque du triomphe de l’asphyxiante raison (la barbarie de la Première Guerre mondiale dans le…