Vers l’Est, une errance amoureuse et métaphysique, par Guillaume de Sardes, photographe-écrivain

Je suis très attaché au travail artistique de Guillaume de Sardes, élégant, sensuel, informé, intelligent, présenté régulièrement dans L’Intervalle. Ne cessant d’interroger les liens entre écriture et photographie, son dernier ouvrage, Vers l’Est (Hermann Editeurs), se lit comme une errance amoureuse et métaphysique aux confins de l’Europe soviétique. Il y a dans son classicisme un…

Le voyage marocain, par Francis Kauffmann et Bernard Plossu, photographes

« Loin du monde, je trouve ma place. » (Francis Kauffmann) Du thé et des sourires. C’est le début du monde, c’est la possibilité et le respect de l’autre, c’est la civilisation. C’est aussi le titre d’un livre de photographies de Francis Kauffmann, publié en 2014 chez Médiapop Editions (Mulhouse), épuisé désormais. L’art n’est pas…

Le don de la lumière, par Martin Bogren, photographe

Il est là, depuis quelques semaines sur la table de travail, puissant et tranquille, attendant d’être ouvert pour illuminer le jour. Il me fallait quelques nuits d’insomnie, des rencontres folles, des égarements, beaucoup de travail, pour être à sa hauteur. Italia, du photographe suédois Martin Bogren, est un livre qui donne envie de vivre, d’aimer,…

Méditerranée, un song de Didier Ben Loulou

Homère invoquait Mnémosyne au moment de faire apparaître les héros de son peuple. Des nuées de vers assemblés se levaient, intacts, corps d’airain, les valeureux. Quelques dizaines de siècles plus loin, chantent encore les aveugles, parfois munis de prothèses, ces instruments d’optique faiseurs d’images, riches en mondes, écrins d’illuminations. Ainsi se présente dans son errance…

Tanger, une fable photographique, par Marco Barbon

A Tanger, le photographe Marco Barbon a rencontré une ville multiple, diverse, changeante, et pourtant toujours la même. En ce territoire appelé par William S. Burroughs Interzone, le réel et la fiction se mélangent, s’offrent leurs polarités et ne cessent d’ouvrir leurs propres frontières à la présence de qui décide de ne plus s’appartenir tout…

D’un retour au pays natal, par Jean-Noël Pancrazi, le Sétifien

« Cela faisait plus de cinquante ans que je n’étais pas revenu en Algérie où j’étais né, d’où nous étions partis sans rien. J’avais laissé régulièrement passer les occasions d’y retourner ; ce n’était jamais le bon moment, la bonne manière, la bonne saison. Je ne voulais pas des voyages en forme de pèlerinage, des comités de…

Le tremblement délicat du monde, par Emmanuelle Gabory, photographe

Découvert presque par hasard, le livre d’Emmanuelle Gabory, à Tanger tout va bien… m’a immédiatement ému. Composé de silences, d’images très délicates, tremblées ou pas, construisant un climat envoûtant, cet ouvrage écrit le jour, mais composé pour une grande part la nuit à l’objectif, s’offre comme une succession de seuils, de points de passages, de…

La Méditerranée, espace photosensible, par Guillaume de Sardes, commissaire d’exposition

Guillaume de Sardes est écrivain (L’Eden la nuit), photographe (Retours à Beyrouth) et commissaire de l’édition actuelle du festival Photomed consacré à la photographie méditerranéenne, exposant dans différent lieux d’art de Marseille de nombreux auteurs, pour la plupart jeunes. J’ai souhaité l’interroger pour L’Intervalle sur les principes d’orientation du vaste cycle d’expositions qu’il a imaginé,…

Le roulement du dé parmi les étoiles, par Nicolas Comment

A l’occasion de Reverb, exposition à la Polka Galerie (Paris), le photographe et auteur-compositeur Nicolas Comment a bien voulu me confier quelques images, et les textes qu’elles ont inspirés à André S. Labarthe, Yannick Haenel et Hélène Giannecchini, Gérard Manset, Bernard Noël, Dominique Baqué. Consacrée à ses premières séries photographiques, Reverb donne l’occasion de découvrir…

Jim Jarmusch,le chef de guerre, par Philippe Azoury

Il y a chez le cinéaste américain Jim Jarmusch un art du contretemps très dandy, qui est un déphasage dont on peut supposer cependant qu’il est surtout d’essence gnostique. Le décalage est un art de vivre, mais il est peut-être, au-delà d’une volonté d’esthétiser l’existence, la nature même de tout être ayant quitté l’enfance, et…