Et in Arcadia ego, par Paul Rousteau, photographe

 

paul_rousteau_strawberry_fields_5-copie-1200x895
© Paul Rousteau

L’Arcadie est un lieu difficile d’accès.

Y vivent des bergers, en harmonie avec la nature, écoutant la musique du dieu Pan, joueur de flute.

On y fait l’amour tranquillement, avec qui veut, puisqu’il n’y a pas d’instinct de propriété.

nu#3_45x60cm_MG_4563_1
© Paul Rousteau
_MG_2504 copie_1
© Paul Rousteau

Le photographe Paul Rousteau appelle ainsi Arcadies ses images de paradis.

Ce sont des tableaux mouvants, très pixellisés, faisant songer à la peinture de Pierre Bonnard ou Claude Monet.

Un vent doux s’est levé, on est bien, parmi les nymphes et les oiseaux splendides.

Ici la mort est accueillie, qui comprend vite qu’elle n’a plus de pouvoir.

On se dévêt dans la couleur, on se caresse parmi les fleurs, il y a au loin des cris d’enfants.

eve 2
© Paul Rousteau
_MG_3176 copie
© Paul Rousteau

Tout flotte dans la beauté de grands aplats de lumière.

Tout rêve, les iris comme les tulipes, les demoiselles prenant la pose comme les volatiles échappés des cieux multicolores.

Tout vole, les draps de noces comme les voiles de Madones.

_MG_1277.2
© Paul Rousteau

Le bonheur est possible, un photographe amoureux de peinture vous le prouve.

Ses scènes édéniques sont un éloge du féminin, de la part de douceur en chacun, en chaque chose, en chaque être issu d’un chaos primordial réordonné simplement.

On reconnaît çà et là des univers de peintres, Kees van Dongen, Pablo Picasso, André Derain, Ingres, mais métamorphosés par la troublante puissance de couleurs imposant leur autonomie.

oiseau_MG_2482_1
© Paul Rousteau

On laisse aussi spontanément monter les noms d’Edward Weston et Bill Brandt, dont les nus de femmes s’étirant à l’infini sont si beaux.

Dominique Janvier, dans un texte accompagnant le bel ouvrage de Paul Rousteau publié par les éditions La Pionnière, écrit « jardin des délices », écrit « éden », écrit « brassées de fleurs sauvages », écrit « jamais, jamais de noir ».

Le temps d’un livre, le temps d’un rêve éveillé, nous voici au pays des jouissances les plus fines.

_MG_8775_1
© Paul Rousteau

Le format est grand, propice à l’abandon, il nous embrasse pleinement.

Apparaît sous un peignoir rouge le ventre rond d’une femme enceinte, les seins gorgés de lait.

CALQUES_TARBES 2
© Paul Rousteau

Nous comprenons alors que ces si délicates Arcadies forment les songes d’un fœtus, ne percevant de l’extériorité du giron qui le protège que des picotements sonores immédiatement transformés en formes colorées.

Petit d’homme, nous attendons tout de ta venue.

Regarde, un cortège d’oiseaux te précède.

Rousteau-couverture-292x400

Paul Rousteau, Arcadies, texte Dominique Janvier (français/anglais), éditions La Pionnière, 2019, 64 pages – 434 exemplaires

Editions La Pionnière

Paul Rousteau

54513364_327055561175972_4655279396430615034_n
© Paul Rousteau

Exposition Arcadies, La Maison du Griffon, Neuchâtel – du 6 juin au 6 juillet 2019

Galerie du Griffon

main

Se procurer Arcadies

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s