L’enfance contre l’utilitarisme, deux ans de chroniques, par Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe

le

freud-study-1536x864

« Le bonheur est un rêve d’enfant réalisé à l’âge adulte. » (Freud)

L’intelligence, la clairvoyance, la lucidité, le sens de l’écoute d’Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe, manquent.

Entrée en 2015 comme chroniqueuse régulière au journal Libération (pages « Rebonds ») – auprès de Cynthia Fleury, Ruwen Ogien, Corine Pelluchon, Sandra Laugier, Michaël Foessel et Frédéric Worms -, l’auteure de Blind date. Sexe et philosophie (Calmann-Lévy, 2003) y a exposé ses idées concernant la démocratie sensible et le monde commun, loin de la moraline et des funestes idées reçues du temps présent.

Réunissant deux ans d’articles – octobre 2015 à juin 2017 -, le volume Chroniques publié chez Bibliothèques Rivages témoigne de ses admirations (Freud, François Roustang, Clément Rosset…), de ses colères (contre Laurent Alexandre, « lobbyiste patenté du transhumanisme en France »), de sa liberté de pensée.

Comment en est-on arrivé à ériger le travail en valeur suprême ? (texte Travail : le onzième commandement)

Que faisons-nous de la parole du scribe Bartleby, « I would prefer not to », et de « l’otium cum dignitate » (la dignité de l’oisiveté) des anciens Romains ?

Comment se relève-t-on d’un traumatisme ? (texte Face au traumatisme)

Les principes du psychiatre Thomas Salmon concernant la façon de soigner les traumatismes – proximité, immédiateté, espérance, simplicité – sont-ils toujours de mise cent ans après leur élaboration en 1917 ?

Que serait une fête qui serait une vraie surprise ? (Noël ou l’impossible surprise)

Eloge de ce feu d’artifice des sensibilités réunies dans la contre-allée qu’est la revue de John Jefferson Selve, Possession immédiate.

Eloge du livre de Mathieu Terence, Le Talisman (Grasset, 2016), ami de cœur et de pensée, auteur en 2017 d’un autre livre célébré, Le transhumanisme est un intégrisme (le Cerf, 2017) : « Le talisman est ce qui rend la folie possible, c’est-à-dire humaine. Un monde sans talisman est un monde sans folie ni pardon, sans démesure ni oubli. Où ne serait donnés que des gages pour l’utile et le fonctionnel. »

Faut-il craindre la disparition de la sublimation ? (La fin du sublime)

« Le couple refoulement-sublimation, qui caractérisait le XXe siècle, est-il en train d’être remplacé par le déni et le passage à l’acte ? »

Art des formules qui touchent au vif (L’art de l’enfance) : « Aujourd’hui, on voudrait des enfants raisonnables et purs. Cela donne des adultes immatures et désolés. Un adulte en relation avec son enfance est un être sensible, ouvert, conséquent, peu sujet à la dépression générale. »

Génie du Pokémon qui « possède une puissance de vie « augmentable » », jouant dans la cour des grands du transhumanisme, idéologie honnie.

Qu’est-ce qu’une dette, un héritage, une transmission véritables ? (L’homme sans passé n’a pas d’avenir – à partir d’une lecture de Peter Sloterdijk)

Notre époque (Une amende contre la fraternité) : « Quelle est cette passion de la délation qui anime secrètement toute société de contrôle, sinon le fantasme d’embrigader comme auxiliaires de police tous les membres de cette société. »

A propos du psychiatre, écrivain, voyageur, bel hérétique, découvreur des neuroleptiques avec son équipe de l’hôpital Sainte-Anne, Jean Delay : « Il est flagrant qu’est révolue la solidarité possible entre poètes, médecins, explorateurs, peintres dont témoignent ces textes : la spécialisation est le fait des sociétés frileuses. »

Refuser l’injonction au réalisme des jouis-la-loi et catéchumènes de la mondialisation par le bas (Réalisme ou abus de pouvoir ?)

Rappel salutaire : « Si l’instinct sexuel n’est pas satisfait, la pulsion destructrice augmente. » (Wilhem Reich)

Dans sa très belle préface, Robert Maggiori évoque son décès dramatique : « Anne Dufourmantelle est morte noyée le 21 juillet 2017, en voulant porter secours à deux enfants, fils d’amis, sur la plage de Pampelonne, à Ramatuelle. Elle avait écrit sur le sacrifice, et sur le risque – mais la mer, ce vendredi-là, était trop agitée. »

Noblesse d’Anne Dufourmantelle.

007398959

Anne Dufourmantelle, Chroniques, préface de Robert Maggiori, Bibliothèques Rivages, 2020, 126 pages

Bibliothèque Rivages

d

Se procurer Chroniques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s