Intime, une utopie suédoise, par Magnus Cederlund, photographe

Henrik cafe intime 2018 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Il faut souvent plusieurs années avant de trouver un café à notre mesure, à la fois refuge et lieu de rencontre, terre d’exil et d’envol.

Lorsqu’on croit l’avoir trouvé, il faut le tenir, lui être fidèle, y déposer temps, pensées, argent, et s’autoriser le soir venu à y être déraisonnable.

Victor Intime 2020 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Magnus Cederlund a trouvé le sien, dont le nom français évoque de troublantes délices, Cafe Intime, bar gay historique de Copenhague qu’il n’a cessé de fréquenter de 2012 à 2020.

Après le fameux rade hambourgeois Cafe Lehmitz, photographié par le Suédois Anders Petersen de 1967 à 1970, le livre de bar, généralement de nuit, où s’exprime en toute liberté une vie carnavalesque, indocile, pulsionnelle, est presque un genre en soi.

magic monday intime@magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Avec Intime, le photographe danois a su saisir l’atmosphère très belle et très folle d’un tel lieu, dans la rencontre du travestissement, des paillettes et des verres d’alcool.  

On s’y sent bien, on le rattache imaginairement à d’autres cafés de ce type en Europe (des boiseries anciennes, des lumières tamisées, des fleurs coupées sur le zinc, des miroirs), et l’on rêve d’un Grand Tour, comme les jeunes gens cultivés des XVIIIe et XIXe siècle lancés dans un voyage initiatique de plusieurs mois, voire plusieurs années.

Julie and Signe Cafe Intime 2020 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

On ne dessaoulerait que pour recommencer, on s’endormirait dans un recoin sur les genoux d’une belle, ou d’un beau, on aurait les yeux rouges comme des diablotins.  

Le confinement et les mesures policières de dispersion sociale ont rendu ce programme un peu plus utopique encore, tant mieux, il n’en sera que plus excitant le moment venu.

Keith kissing Caroline intime 2020 ©magnus cederrlund

© Magnus Cederlund

Les obligations, les responsabilités, les devoirs ? Des mots qui mènent à l’abattoir, ou au burn-out.

L’ambiance est fellinienne, les hommes sont poilus comme des élans de la taïga, les femmes sont douces et joyeuses.

closing time Intime 2014 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Sous les bougies de la fête, les visages deviennent des trognes ou des figures de saints, ils sont breughéliens dans la déglingue, et gentiment défoncés comme dans un film de Kenneth Anger.

On peut fumer, on peut se déshabiller un peu, un peu plus encore, embrasser la main ou la bouche de son prochain sans que cela ne choque personne.

makeup mirror intime 2020 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Il ne reste que quelques heures à  vivre, l’aube est magnifique, mais le jour souvent si laid, mesuré, calculé, rentabilisé.

Une petite Mia Farrow trinque avec un drag-queen, des jumeaux cosmiques se transformeront peut-être tout à l’heure en centaures.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Magnus Cederlund

Monsieur a les seins qui poussent, Madame lit Kierkegaard, Mademoiselle apprend la loi des genres.

Magnus Cederlund excelle dans l’art du portrait : voici un Titien, un Rembrandt, un Caravage.

Jesper intime

© Magnus Cederlund

Voici un Cerderlund : lunettes teintées, rouge à lèvres, toque en fourrure.

Les gentlemen sont les bienvenus, quel que soit leur âge.

Un hipster, une moustache qui frise, un caniche buvant une Carlsberg.

Ossur Intime ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Des dos nus, des ongles verts, des gants en dentelle noire.

Les toilettes sont un monde en soi, taguées, postérisées, stickerisées.

La fatigue gagne, les corps s’effondrent, la mélancolie succède à l’euphorie.

Fin de partie ? Oui, jusqu’à demain. 

Bibi and Chapper Intim feb 2020 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Magnus Cederlund, Intime, texte de Christian Caujolle (danois / anglais /suédois), Journal (Stockholm, Sweden), 2020  – 700 exemplaires

Sven cafe Intime crop 2019 ©magnus cederlund

© Magnus Cederlund

Magnus Cederlund – site

352591-96b9faa296d245e8ac7276eac91a1851_470x

Magnus Cederlund, Skin Close, postface Keith Thomas Lohse, éditions Journal, 2018

Journal – maison d’édition

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Autant que ce livre, j’aime, comme toujours, votre regard et vos écrits 🙂

    J'aime

Répondre à Les mains flâneuses Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s