Méditerranée, vers un nouveau paradigme ?

ANATOLE

© Yohanne Lamoulère

Publication de qualité, le deuxième numéro de la revue Styles de vie issue de la centrale marseillaise La Fabrique de la Méditerranée s’interroge sur le devenir de nos comportements et modes de vie dans la « bio-région » méditerranéenne à l’heure des catastrophes – écologique, sanitaire, économique.

Intitulée « Mesure et démesure », cette nouvelle livraison met en tension le péché d’hubris et la célèbre pensée de Protagoras : « L’homme est la mesure de toute chose. », soit le poison et le pharmakon.

21-ALger, 17H26, le 3 novembre 2013

© Marie Bovo

Autour de deux très beaux portfolios donnés aux photographes Marie Bovo (la vue depuis un appartement à Alger, l’intérieur d’un kebab en Suisse, un camp de Roms à Marseille, des plages désertes en cadrage frontal, utilisation de la chambre photographique 20 x 25) et Yohanne Lamoulère (entrelacs de plusieurs séries : les saisonniers agricoles migrants du sud de l’Espagne, Marseille, Istanbul, les Alpes-de-Haute-Provence, alternant portraits, paysages, quotidienneté), s’articulent des articles questionnant le monde qui vient.

Le philosophe Dominique Bourg s’entretient avec Thierry Fabre à propos de la notion de « bio-région » et l’épuisement du paradigme mécaniste séparant nature et culture : « Nous sommes dans une dynamique de chocs, avec des formes d’effondrement à des degrés divers et successifs. »

Plage 003 OK

© Marie Bovo

Les chercheurs au CNRS Joël Guiot, Alberte Bondeau et Wolfgang Cramer : « Le changement climatique est une opportunité de changer son mode de vie dans une direction plus respectueuse de la nature. C’est évidemment un changement de paradigme radical qui doit être accepté par la population. »

Dominique Maraninchi, professeur de cancérologie, interroge les limites de la science et de la médecine : « L’émergence de nouveaux fléaux sanitaires, y compris épidémiques, nous rappelle aussi à l’humilité face à noter ignorance, notre prétention à vouloir prédire et contrôler. Bien au contraire, faire face à ces fléaux suppose une mobilisation de toutes les disciplines… et de toute la bienveillance que porte la nature humaine. »

LAMY0315373.jpg
Rive asiatique d’Istanbul, quartier de Bostanci, mer de Marmara © Yohanne Lamoulère

Le philosophe Adennour Bidar réfléchit aux limites de la technoscience, et à la nature prométhéenne de la l’humanité (voler le feu aux dieux), invitant chacun a développer « une nouvelle sagesse pour notre nouvelle démesure ».

Poursuivant les réflexions de Camus sur la pensée de midi, tout en relisant Pierre Hadot, Jean Baudrillard, Bruno Latour et Serge Audier, Thierry Fabre croit en l’émergence d’un humanisme méditerranéen, citant Martin Heidegger (Bâtir Habiter Penser) : « La limite n’est pas ce où quelque chose cesse, mais bien, comme les Grecs l’avaient observé, ce à partir de quoi quelque chose commence à être. »

CORBIERES HAUT

© Yohanne Lamoulère

La biologiste Nouzha Ghesssous rappelle l’importance de l’intellectuelle marocaine Farema Mernissi (1940-2015) quant à la réflexion sur la situation contemporaine des femmes musulmanes.

Le chercheur Mohamed Tozy  évoque la frugalité comme philosophie et mode de vie dans les vallées du Haut Atlas, citant des paysans : « On a peu, et il ne nous manque rien. »

Dionigi Albera met en tension notion d’hospitalité et époque de claustration, peur et sollicitude de l’autre.

CHEVAL BLANC

© Yohanne Lamoulère

Dans le domaine culturel, le philosophe Mohammed Noureddine Affaya signe un article sur la lingua franca visuelle, ensemble de pratiques de décloisonnement et de partages d’expériences « donnant une perspective particulière aux processus de production des opportunités de circulation des signes, des émotions et des imaginaires de créateurs et des publics en Méditerranée »

La chanteuse Sylvie Paz : « Je me sens relié à Camus. Les Noces, celle de la lumière que je garde dans l’horizon par ces temps de vue basse. Le premier lien que nous faisons au quotidien c’est tisser plus grande la trame, ouvrir l’horizon pour approcher et nous relier à ce que nous aimons ; un texte qui fait sens, une rythmique qui accroche… »

BOULE

© Yohanne Lamoulère

Le cuisinier Pierre Gianetti résume en une recette de salade l’esprit méditerranéen : des pois, des asperges, des fèves fraîches, de la menthe, du persil, de l’ail, des oignons, de l’huile d’olive, un citron.

Oui, si les conflits pouvaient s’apaiser autour d’un bon repas partagé entre tous.

Les questions de dosage, de choix des ingrédients, de capacité à associer, de juste mesure, sont au fond politiques.

En Suisse-le Palais du Roi, 23h le 15 mars 2019

© Marie Bovo

« Vérifier l’assaisonnement, ajouter si nécessaire un peu de fleur de sel et quelques tours de moulin à poivre. »

mesure-et-demesure-collection-la-fabrique-de-mediterranee-

Revue Styles de vie, collection La Fabrique de la Méditerranée, Mesure et démesure, direction éditoriale Thierry Fabre, Arnaud Bizalion Editeur, 2020, numéro 2, 160 pages – intervenants : Adennour Bidar, Alberte Bondeau, Dominique Bourg, Marie Bovo, Wolfgang Cramer, Thierry Fabre, Pierre Gianneti, Nouzha Guessous, Joël Guiot, Yohanne Lamoulère, Dominique Maraninchi, Mohamed Noureddine Affaya, Sylvie Paz, Mohamed Tozy

Arnaud Bizalion Editeur

logo_light_with_bg

Se procurer Mesure et démesure

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s