Fortifier les Alpes, par Michel Eisenlohr, photographe

Forts de l'Ubaye DSC0253 copie

© Michel Eisenlohr

Connaissez-vous les ouvrages fortifiés de la Roya Bévéra, de l’Ubaye, du Briançonnais ?

La batterie de Chaberton ? Le fort de la Croix de Bretagne ? Le fortin de Restefond ? L’ouvrage du Balcon de Marta ?

Le photographe Michel Eisenlohr, dont l’esprit d’aventure se nourrit de littérature de voyage, est allé, entre 2015 et 2020, à la rencontre de ce patrimoine quelque peu délaissé, voire abandonné, dont témoigne un très bel ouvrage de grand format, Forts des confins, publié par Arnaud Bizalion Editeur.

Forts du Briançonnais_DSC3523 copie

© Michel Eisenlohr

Il ne s’agit pas d’un inventaire ou d’une recension systématique, mais de faire prendre conscience en donnant à voir, écrit Robert Jourdan, conservateur régional des monuments historiques, « ces fragments d’architecture de défense, aux confins des monts et des frontières ».  

Ce pourrait être un travail purement documentaire, mais c’est d’abord, dans la continuité des missions photographiques du XIXe siècle, un regard d’artiste, non de pur géomètre ou d’archiviste, sur des sites peu connus, difficiles d’accès, « parfois enterrés, précise le photographe, camouflés dans le paysage ou au contraire impressionnants et majestueux comme des signaux de défense, des silhouettes de vigies ».

Forts de la Roya Bevera_DSC5526 copie

© Michel Eisenlohr

Il a fallu, pour mener à bien un tel projet, apprivoiser les lieux, les arpenter, les éprouver, les rêver, dormir à leurs côtés, se lever avec leur soleil, avoir froid avec eux.

Il a fallu beaucoup marcher, prendre des risques quelquefois, ne pas craindre d’être déstabilisé, la découverte du mystère est à ce prix, si l’on souhaite établir avec chaque endroit un rapport véritablement intime.

De l’autre côté de la frontière reposent l’Italie, et toutes sortes de raisons historiques de redouter les conquérants.

Forts du Briançonnais DSC2383_00001 copie

© Michel Eisenlohr

En 1914, en 1939, en 1866, en 1929, en 1880, en 1931…

Le promeneur des confins voit ces fortications, dérisoires désormais dans leur gloire effondrée, bien moins solides que les nuages qui les traversent.

Rien ne bouge, tout change, tout est drame et dérision dans le retour des saisons.

Les paysages sont somptueux, tempétueux, et souvent très nets dans leurs lignes de force.

Forts de l'Ubaye_DSC8075_00001 copie

© Michel Eisenlohr

Le photographe avance dans les brumes et les neiges, personnage buzattien égaré dans un désert de roches.

Il est louable certainement de chercher à conserver la mémoire de tels édifices, mais, finalement, ne préfigurent-ils pas notre propre destin, et n’est-il pas inutile de se battre de façon volontariste contre le vent des moulins ?

Le mur effrité est peut-être désolant, mais il est très beau aussi, ainsi que la glace ayant pris possession des lieux, et les machineries rouillées de la puissance guerrière, le plâtre sur le sol, les graffiti.

Forts du Briançonnais IMG_0251 copie

© Michel Eisenlohr

Des forts ? Oui-da, mais surtout l’immense force visuelle de chacun de ces endroits où sont venues se placer des constructions de défense.

On imagine pour les soldats dépêchés en ces hauteurs des exaltations, et de profonds ennuis métaphysiques.

Des forêts incroyables, des sommets vertigineux, des paysages à couper le souffle, mais les meurtrières sont si petites, qui indiquent davantage la cécité humaine, que sa clairvoyance.

Forts des confins_┬®M. Eisenlohr 0249 copie

© Michel Eisenlohr

Il y a des impacts de balles, des slogans de matamore (le canon recule, l’artilleur jamais ; qui s’y frotte, s’y pique), mais surtout la mélancolie d’aplats de couleur dégradés par le temps, et des structures métalliques devenues de quasi abstractions.

La montagne se rit de ces ridicules bras d’honneur aux supposés ennemis, elle en a vu et verra d’autres, les barbares ne manquent pas.

Forts des confins est une méditation sur la véritable nature de ce qu’est la puissance.

008387692

Michel Eisenlohr, Forts des confins, textes Bernard Collet et Robert Jourdan, graphisme Emmanuelle Ancona, Arnaud Bizalion Editeur, 2020, 152 pages

Arnaud Bizalion Editeur

Forts de l'Ubaye IMG_0250 copie

© Michel Eisenlohr

Michel Eisenlohr

logo_light_with_bg

Se procurer Forts des confins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s