Hélène, portraits d’une amie, par Estelle Lagarde, photographe

©Estelle Lagarde

« Parce que c’était elle, parce que c’était moi. »

Ainsi pourrait-on définir dans une formule féminisée, en reprenant l’adage de Michel de Montaigne désignant ainsi sa relation privilégiée avec Etienne de La Boétie, l’amitié entre l’artiste Estelle Lagarde et Hélène Muyal Leiris, rencontrée par hasard dans le métro en 2004, et photographiée pendant plus de dix ans, jusqu’au jour fatal des attentats du Bataclan, le 13 novembre 2015, où cette femme exceptionnelle aux grands yeux francs et graves, jeune maman, fut assassinée.

Accompagné de textes de l’auteure, le livre hommage Hélène, publié par Arnaud Bizalion Editeur, témoigne avec beaucoup de pudeur et de tendresse, dans la complicité du jeu artistique, d’un lien quasi sororal entre les deux femmes.  

©Estelle Lagarde

Tout commence par un sourire, par un rire, par la beauté, parce que la haine face a tant de grâce ne peut qu’être ridicule, et malgré le mal qu’elle produit, insignifiante.

Hélène est un livre silencieux, surtout pas funèbre, mais de dimension intérieure entraînant une forme de métempsychose douce, passage d’un corps, d’un visage, d’une âme, dans un livre en restituant les traits et les mystères.

Entre Hélène et Estelle, ce fut un coup de foudre, une stupeur d’évidence, une joie de reconnaissance.

©Estelle Lagarde

« Toute ta personne, écrit la photographe, irradiait. Tes magnifiques cheveux noirs de jais encadraient un visage blanc porcelaine. Tes lèvres fines se dessinaient délicatement sur une peau transparente. Mais de ton visage, ce sont surtout tes immenses yeux noirs, si grands, qui m’ont captivée. »

La confiance est immédiate, un dialogue artistique se met en place, souvent dans des chambres d’hôtel sans luxe où Estelle est regardée comme une énigme de femme.

L’atmosphère des lieux choisis invite à la mise en scène, à l’invention d’un personnage, à s’imaginer protagoniste d’un film de cinéma.

©Estelle Lagarde

Les maisons sont souvent vétustes, mais tant mieux, Estelle Lagarde aimant que s’opère la rencontre de son modèle avec l’épaisseur squameuse du temps.

« Tu n’étais pas impressionnée. Ta gracile silhouette vêtue de noir et réhaussée de talons hauts te conférait une élégance digne qui entrait en dialogue avec les murs décrépis. Ici, le temps s’étirait. Je te photographiais pendant tes pauses cigarette, espérant aussi attraper des images différentes de celles que je recherchais. »

Puis, Estelle Lagarde fait la connaissance d’Antoine, le compagnon d’Hélène – il écrira après la disparition de son épouse Vous n’aurez pas ma haine (éditions Fayard, 2016) et La vie, après (éditions Robert Laffont, en 2019).

©Estelle Lagarde

Nouvelle évidence, et nouvelles séances de poses.

« Vous étiez pour moi exactement comme ces personnes dont on se dit qu’elles sont indéniablement faites pour être ensemble et qu’elles devaient se rencontrer. Unies. Inséparables. »

Hélène est un livre beau et douloureux, construit dans la conviction que l’amour comme l’amitié sont plus forts que la mort.

Une image interprétant l’expression « Tu me saoules ! »  montre Antoine recouvert de vin rouge.

Le sang a depuis coulé, Antoine est encore vie, et personne n’oublie.

Ton nom de Venise, Hélène, dans Paris déserté.

Une ombre passe, durassienne, qui porte une longue robe noire frôlant les parois d’un corridor infini.   

ffff

Estelle Lagarde, Hélène, préface de Brigitte Patient, texte d’Estelle Lagarde, réalisation graphique Catherine Sèvegrand, Arnaud Bizalion Editeur, 2022, 88 pages

Arnaud Bizalion Editeur

Exposition éponyme à la Little Big Galerie (rue Lepic, Paris), du 16 au 29 mai 2022

Little Big Galerie

Estelle Lagarde est accompagnée et représentée par l’agence Révélateur et par Mathilde Hatzenberger Gallery pour la Belgique

Estelle Lagarde – agence Révélateur

003611506

Hélène figure sur la couverture du livre L’auberge, publié en 2015 aux éditions La Manufacture de l’image

logo_light_with_bg

Se procurer Estelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s