Ecrire, à perdre la tête, par Michel Leiris

« l’érotisme « épouvantable en même temps que si beau », tel qu’il m’apparaît : je ne puis plus penser à des seins, à des gestes érotiques sans avoir envie de pleurer. Tant de candeur, tant d’espoir pour en arriver là ! Quelle mécanique ! Haine de ma mère… Pourquoi – jamais – n’ai-je été réellement amoureux » (Michel Leiris, 29 janvier…

Les années pompes funèbres, par François Durif, écrivain

Untitel, Donald Judd, Marfa, Texas, 1984 « Pour quoi êtes-vous ici ? » (Robert Filliou) Vide sanitaire, de François Durif,est un livre de plis, de ballottements dans les forces contraires, de déplacements intimes, et de dialogue fin entre les vivants et les morts. « Mon récit risque d’être morcelé, je vous préviens – dans ma tête, un rond-point/ Ne…

Bacon encore et toujours, par David Sylvester, critique, écrivain

« David Sylvester et Francis Bacon étaient, chacun à sa manière, des êtres lumineux et sombres, imprévisibles, singuliers, excessifs et délicats, des passionnés capables de distance, des personnages de roman. « (Jean Frémon) Il m’émeut beaucoup de penser que sur une longue période Francis Bacon, Alberto Giacometti, Jacques Dupin, Jean-Paul Sartre et Michel Leiris (par conséquent Georges…

Surgissement d’une présence séparée, Giacometti, par Jacques Dupin, poète

« Plus le modèle est connu, plus il devient l’inconnu, plus il devient l’inconnu par excellence. » (Alberto Giacometti) Il faut revenir à l’os, à l’ossature, à ce qui tient quand plus rien ne tient. Il faut revenir à Giacometti. Le poète Jacques Dupin (1927-2012) l’a souvent rencontré, qui fut peint par le maître. « L’œuvre de Giacometti…

Le chant intérieur de l’image impassible, par Arnaud Claass, photographe, critique

« Devant ces myriades de jeunes artistes avec plans de carrière et coaching de soi-même, il m’arrive d’être pris d’un sentiment de culpabilité. Si j’ai la réputation d’avoir été l’un de ceux qui ont défriché le terrain de l’enseignement de la photographie en France [à l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles], se pourrait-il que j’aie…

Du sacré, par Philippe Kohn, photographe

©Philippe Kohn Être attentif à ce qui est, à ce qui vient, à ce qui persiste dans le temps. Ne pas chercher l’effet, l’épate, l’exhibition. Accueillir chaque chose, chaque étant, en sa force de vie et d’ouverture, en son mystère, en sa pudeur. Philippe Kohn photographie ainsi, que j’avais rencontré avec le livre Haute lumière…

Continuer le visage, par Frédéric Pajak, dessinateur, écrivain, éditeur

© Anne Gorouben – 2020 « Si c’était moi qui toujours devais rester jeune, et si cette peinture pouvait vieillir !… Pour cela, pour cela je donnerais tout !… Il n’est rien dans le monde que je ne donnerais… Mon âme, même ! » (Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, 1895) Quel bonheur de commencer la journée…

Le toucher, un art photographique, par Damien Daufresne

© Damien Daufresne Attraction, du photographe franco-berlinois Damien Daufresne est un livre d’une très grande sophistication, publié par Origini Edizioni, à Livourne (Italie), maison d’édition créée en 2012 et spécialisée dans les livres d’artiste. Couverture dépliable sur papier calque imprimé, papier gaufré, couture à la main, insertions de feuillets de plus petits formats : tout ici…

Bacon rit, par Franck Maubert, son ami

« Si les Français apprécient mon travail, je n’aurai pas l’impression d’avoir tout raté. » Bien entendu, pour comprendre qui était Francis Bacon et comment il travaillait, les entretiens avec David Sylvester sont indépassables. Cependant, la parution récente d’autres documents permet d’approcher de nouveau l’un des plus grands peintres du XXème siècle : le recueil…

La peinture métaphysique de Djamel Tatah

Les peintures de Djamel Tatah sont immédiatement reconnaissables : des personnages mélancoliques, songeurs ou soucieux, isolés sur des aplats de couleurs, des migrants stoïques étonnamment présents malgré leur allure de silhouettes découpées. Il y a en eux une insondable solitude, mais aussi toute la trame des drames contemporains – les millions de déplacés, de déportés, que…

André Breton, présent considérable

« J’ai vingt-deux ans. Je crois au génie de Rimbaud, de Lautréamont, de Jarry ; j’ai infiniment aimé Guillaume Apollinaire, j’ai une tendresse profonde pour Reverdy. Mes peintres préférés sont Ingres, Derain ; je suis très sensible à l’art de Chirico. Je ne suis pas si naïf que j’en ai l’air. » La publication intégrale depuis 2016 par Gallimard…

Du sublime dans la violence du monde, par Didier Ben Loulou, photographe

Passé relativement inaperçu, Chroniques de Jérusalem et d’ailleurs (Arnaud Bizalion Editeur), de Didier Ben Loulou est un livre pourtant superbe, où un photographe a rarement aussi bien exprimé, sous la forme d’un journal mené très librement de 2010 à 2016, ses interrogations profondes, entre passion du visible, recherche de présence, méditations sur la mystique juive,…