Une femme disparaît, par Benoît Méjean, photographe

©Benoît Méjean « l’appartement est bien rangé, aucun désordre apparent » C’est un livre sur lequel il ne faut pas poser trop de mots, parce qu’il fonctionne par ellipses et fragments noirs, mais surtout parce que la vérité y est une brûlure toujours active. Après le suicide de sa sœur aînée en décembre 2014, Benoît Méjean n’est…

Carnets du sous-sol, par Julie Hascoët, photographe

©Julie Hascoët Echapper aux radars, échapper aux ondes, échapper à l’omnivoyance. Passer par les failles, les anfractuosités, chercher à rejoindre les souterrains, les galeries obscures, les sous-sols visités par les seuls initiés. Connaître l’invisible, rendre des cultes à des dieux païens oubliés, se laisser avaler et recracher par une mémoire bien plus vaste que soi….

Monts d’Arrée, dans le cœur du cœur, par Juliette Agnel, photographe

« Le chemin vers l’invisible, c’est vraiment un chemin. Là on va monter, après on va descendre pour aller au fond du fond, dans le cœur du cœur, dans le sauvage. » (Yann Gilbert) Juliette Agnel croit aux forces de l’invisible, à la présence d’ordres transcendants, à l’agissement des symboles, aux liens manifestant une atemporalité constitutive de…

Aux marges du visible, par Sophie Gabrielle, photographe

Through a vulnerable occur est le onzième opus des éditions IIKKI, fruit d’un travail entre la photographe australienne Sophie Gabrielle et le musicien Seabuckthorn, fixé à la fois sur papier et sur disque. Il est ici question d’une scène propice à la pantomime comme à l’apparition du mystère, tel qu’on l’exprime lorsque quelqu’un meurt, ou…

La dimension cachée, par Stéphanie Roland, photographe, plasticienne

Très inspirée par l’imagerie scientifique et l’univers astral, Stéphanie Roland a bâti en collaboration avec la maison d’édition hollandaise The Ericksay Connection un livre de grande singularité par sa beauté visuelle et sa dimension expérimentale, Event Horizon / L’Horizon des Evénements. « Survivaliste de manière fictionnelle », l’artiste en résidence au Fresnoy (Tourcoing) ne cesse…

Lee Chang-dong, cinéaste de la postmodernité coréenne, par Véronique Bergen, Antoine Coppola et Jean-Philippe Cazier

Je n’ai pas vu tous les films du cinéaste coréen Lee Chang-dong, mais j’aime apprendre, approfondir mon regard, aiguiser mon analyse. Réalisateur brillant à la filmographie célébrée dans les plus grands festivals internationaux – Green Fish (1997), Peppermint Candy (2000), Oasis (2002), Secret Sunshine (2007), Poetry (2010) et Burning (2018) -, Lee Chang-dong, qui fut…

Art pariétal, art orbital, par Sarah Ritter, photographe

La méthode de Sarah Ritter est heuristique. En effet, l’artiste diplômée de l’Ecole supérieure de la photographie d’Arles ne travaille pas par séries, mais par accumulation d’images trouvant au fil du temps leur ordre et leur logique associative. Le processus est donc long, permettant aux photographies de mûrir et de s’apparier formellement ou métaphoriquement. Le…

Les noces de la réalité et du mystère, par Adrien Boyer, photographe

Ordonnateur de chaos, telle est la définition traditionnelle de l’artiste que pourrait incarner Adrien Boyer. A la façon d’un musicien, le photographe porté par la galerie Clémentine de la Féronnière (Paris) révèle, en assemblant de façon très subtile les différents éléments se trouvant dans son champ visuel, la structure autonome, quasi invisible, d’une réalité que…

Un hiver en Galilée, la vérité du grand repli, par Didier Ben Loulou

« Plus une chose est innocente comme le pain et l’eau plus elle me paraît lumineuse. » Il fait épouvantablement chaud, les plages sont bondées, Dieu semble s’être retiré de la création. Et si vous alliez passer dans quelques mois, maintenant, c’est un livre de Didier Ben Loulou chez Arnaud Bizalion Editeur, Un hiver en Galilée ? On…

Tanger, une fable photographique, par Marco Barbon

A Tanger, le photographe Marco Barbon a rencontré une ville multiple, diverse, changeante, et pourtant toujours la même. En ce territoire appelé par William S. Burroughs Interzone, le réel et la fiction se mélangent, s’offrent leurs polarités et ne cessent d’ouvrir leurs propres frontières à la présence de qui décide de ne plus s’appartenir tout…

L’offrande des hommes, des lieux et des non-lieux, Azimut, un projet du collectif Tendance floue (1)

Azimut est un mot d’origine arabe, passé au XIIIème siècle par l’Espagne, et signifiant chemin. Azimut, c’est aussi un formidable projet porté par le collectif photographique Tendance floue. « En étape, et en se passant le relai, les photographes de Tendance floue et leurs invités pérégrinent à travers le territoire français. L’itinéraire de chacun est libre. »…