Libertés du modèle, par Jean-Claude Bélégou, photographe

En ces temps hautement troublés, les correspondances numériques sont abondantes. Je reçois des textes, des propositions, des maximes, des idées. Le photographe Jean-Claude Bélégou – présenté régulièrement dans L’Intervalle – m’envoie quelques notes au sujet du thème fécond de l’artiste et son modèle. Ses réflexions sont riches, précieuses, je lui propose de les publier dans…

Dame à la licorne, joi d’amor, par Yannick Haenel, écrivain

« Il faudra se laisser aller à l’aventure ; et vivre personnellement le trésor. » Il fait froid, très froid, d’un froid spécial touchant aussi bien l’espace que le temps, créant une sorte de paralysie générale. Il y a foule sur les boulevards, mais vous constatez pourtant qu’il n’y a personne. Vous ouvrez la porte…

La grande santé, par Antonio Jiménez Saiz, photographe

Cet homme-là est un mystère, qui, à soixante ans, quasiment seul, vient de produire deux livres magnifiques, Elite Controllers (2016), No nos aprenden a morir (2018) [chroniqué dans L’Intervalle], et cinq fanzines. Antonio Jiménez Saiz est un autodidacte à qui la photographie est apparue comme un moyen d’expression majeur, un outil capable de révéler la…

Elégie pour Natalya, par Pauline Hisbacq, photographe

Photographe très sensible à la période de l’adolescence, Pauline Hisbacq construit son œuvre dans la fascination de ce que représente cet âge intermédiaire, ce hors-temps peut-être. En 2016 paraissait chez September Books, Natalya, livre reprenant des images issues de retransmissions télévisées des Jeux Olympiques de Moscou en 1980, montrant la jeune gymnaste soviétique Natalya Shaposhnikova…

To leave and return, Journal à rebours, par Nicolas Comment

Journal à rebours est une ballade photobiographique de Nicolas Comment. Si le titre fait songer au livre de Joris-Karl Huysmans, son auteur n’est pas Des Esseintes le décadent, qui choisit ici de flâner dans sa vie (1991-1999) en ordonnant les images de son existence passée entre Mâcon, Dijon, Lyon et Paris, moins marquée par le…

Le frisson des choses qui s’enfuient, par Charlotte Mano, photographe

Avec la force de l’insoutenable légèreté de l’être, Charlotte Mano a photographié sa mère malade. Elle est nue, exposée, et pourtant d’une très grande pudeur. La complexité du rapport mère-fille devient dans Thank you Mum une bouleversante complicité de femmes se portant mutuellement attention. Il y a ici du soin et de l’audace, des protocoles…

La photographie, un chant orphique, par Alain Willaume

Il faut imaginer Alain Willaume, enfant, plongé dans la lecture d’un atlas grand ouvert, comme on parcourt d’abord le monde en rêveries et sensations colorées, avant de se frotter physiquement à sa géographie. Photographe de l’inquiétude d’être au monde, Alain Willaume est aussi paradoxalement celui de la dissolution de l’ego dans le paysage, le visage…

Quelques heures à l’hôtel, par Gilles Favier, photographe

On connaît peut-être, sûrement, le travail de photoreporter de Gilles Favier, notamment sur Belfast et sur Koko, un village du Bénin victime de la traite négrière. Mais le directeur artistique du festival sétois ImagesSingulières possède aussi une œuvre plus intime, la série One Star Hôtel effectuée avec des inconnu(e)s dans des hôtels bon marché. Rencontrant ses…

Robert Frank, la dissolution du moi, par Arnaud Claass, essayiste, photographe

L’ouvrage que consacre le théoricien et photographe Arnaud Claass à l’œuvre de Robert Frank, Essai sur Robert Frank (Filigranes Editions, 2018), est un livre important, tant nous peinons à dégager l’auteur du séminal Les Américains, l’ami des écrivains beat, de la seule mythologie de la route. Arnaud Claass explore ici le travail d’un artiste aux recherches…

Love story, une rencontre japonaise, par Frédéric Boilet, mangaka

L’histoire est universelle, immédiatement séduisante : la rencontre érotique entre un étranger, auteur français de bandes dessinées (mangaka), et une belle Japonaise assez rêveuse. Publié une première fois en 2001, L’épinard de Yukiko, réédité aujourd’hui dans une version intégrale (avec des sous-titres japonais), est un livre dont le charme est intact. Tokyo la nuit, des…

La révolution par la douceur,  portrait dialogué de Vincent Gouriou, photographe

Portraitiste reconnu, attentif à la question du genre et des identités, Vincent Gouriou cherche par l’acte photographique à montrer l’infinie nuance des corps singuliers. Sa démarche procède d’une volonté de briser les stéréotypes, et d’accueillir lors de séances de pose vécues comme un transfert bouleversant la liberté de chacun de ses modèles. La beauté de…