Le temps des flibustiers et des chemins d’enfance, par Dan Aucante, photographe

Le temps des grenadines
© Dan Aucante

Fixer les images de l’enfance, telle pourrait être l’une des principales justifications de la photographie pour nombre d’artistes ayant choisi ce médium afin de rendre compte de l’émerveillement des jours passés au contact des plus jeunes membres de leur famille.

Pari : retourner le fameux « familles, je vous hais » gidien en puissance de grâce.

41.Le.Temsp.Des.Grenadines-Dan.Aucante
© Dan Aucante

On peut songer à la récente publication du travail au long cours en quatre volumes de Guillaume Geneste chez Filigranes, mais aussi à celle d’Alain Laboile (Bessard Editions, Kehrer Verlag), star des réseaux sociaux avec sa petite communauté de bandits sales et joyeux.

Apparaît aujourd’hui, chez les excellentes éditions Bergger, Le Temps des Grenadines de Dan Aucante, équivalent, à l’époque des menthes à l’eau, du Temps des gitans gorgé de țuică et autres breuvages euphorisants.

Le temps des grenadines
© Dan Aucante

Ici, l’ivresse n’est pas un effet de la dive bouteille, mais une suite logique de la joie spinozienne d’être au monde et de persévérer dans son être, à fond, sans même le savoir.

C’est le temps des cabanes et des courses aux oiseaux, des pieds écorchés et des cartables jetés dans les buissons.

32.Le.Temsp.Des.Grenadines-Dan.Aucante
© Dan Aucante

En format carré et à l’argentique noir & blanc, Dan Aucante restitue par des chemins de détails la peau des jours.

Ce sont des châteaux de sable sur l’estran, des promenades dans les bois à rechercher le loup, des levées de cerfs-volants comme autant de méduses aériennes.

31.Le.Temsp.Des.Grenadines-Dan.Aucante
© Dan Aucante

Les flibustiers se déguisent pour aborder les rives de la nuit.

Sorcières, corbeaux, figurines acéphales, tout menace, mais tout peut être joué, déjoué, rédimé.

Le temps des grenadines
© Dan Aucante

Il suffit de se grimer, de se cacher, d’aller plus vite que la musique.

Dan Aucante aime la danse et les jeux d’équilibre, les dents de lait tombées et les bulles de savon, les masques et les tournesols mélancoliques.

29.Le.Temsp.Des.Grenadines-Dan.Aucante
© Dan Aucante

Temps bouleversant des premières fois, des bains de rivière parmi les têtards, et des fleurs jetées dans le courant.

Ophélie n’est jamais morte, d’ailleurs c’est un petit garçon espiègle apprenant les lois du soleil.

Le temps des grenadines
© Dan Aucante

Mains tendues dans le neuf, à l’instant où la mort se découvre.

L’enfant a compris qu’il est né pour chuter, et le voilà qui s’amuse à sauter dans l’eau d’un promontoire de falaise.

Le temps des grenadines
© Dan Aucante

La photographie exprime la mort au travail, c’est sa nature ontologique.

Elle dit aussi que chaque instant peut être arraché à l’ordre du crime quand le cœur est sans détour.

3a092a0884854f6bf7be0aa729649e3d

Dan Aucante, Le Temps des Grenadines, texte de Christine Delory-Momberger, traduction en anglais Marianne Chalmers, Bergger éditions, 2019 – 500 exemplaires

Site de Dan Aucante

Bergger éditions

Dan Aucante est représenté par l’agence Révélateur

Agence Révélateur

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s