Trouver le rameau d’or, apprendre à perdre, par Vincent Delecroix, philosophe, romancier

le

nicolas-poussin.-paysage-par-temps-calme-detail-2

Il faudrait apprendre à perdre, non parce qu’on aurait le goût du malheur ou du manque, mais parce que la perte est une donnée ontologique essentielle.

Nous perdons notre cordon ombilical, nous perdons nos cheveux, nous perdons nos yeux dans les yeux du monde, nous perdons nos proches.

Il faudrait ne pas être perdu d’Appendre à perdre, titre du bel ouvrage de Vincent Delecroix, philosophe et romancier, spécialiste de Kierkegaard.

Dans un essai de haute culture, très bien écrit, comportant quatorze chapitres, comme autant de situations de perte valant réflexion, l’auteur du Tombeau d’Achille (Gallimard, 2008) s’interroge.

Pourquoi Enée, muni du rameau d’or, descendit-il au royaume des morts ? Pourquoi voulut-il cheminer parmi les ombres ?

Il vit son père, il vit Didon, il s’instruisit. A-t-il ainsi appris à perdre ?

Tout poème n’est-il pas de l’ordre d’une catabase ?

Comment réglons-nous la distance avec nos morts ?

« La psychanalyse assurément possède le rameau d’or et le royaume de ce qui est perdu est son royaume. Que ce qui est perdu ne soit pas seulement toujours là ? mais revienne, c’est ce qui la frappe depuis ses débuts et à quoi, peut-être, elle doit sinon son existence, en tout cas ses profonds développements. Il n’y a guère que la psychanalyse qui croit réellement aux fantômes et surtout aux revenants. »

Les stoïciens invitent à se préparer à la perte, nous enjoignant par l’ascèse à accepter la fugacité des choses, quand Paul le premier chrétien nous apprend le sens constitutif de la pauvreté.

Apprendre à établir le lien entre ce qui est perdu, et parallèlement sauvé, est peut-être le sens même de toute prière.

Apprendre à ne pas vouloir gagner systématiquement sur la nature, la réduire, l’épuiser, la transformer en résidus menaçants.

Apprendre, contre l’omniprésente logique de « l’économie restreint », la perte pure à la façon du Georges Bataille de La Part maudite, c’est-à-dire la dépense, somptuaire, excessive, au sens strict incalculable.

Comprendre que perdre une épingle (Barberine), ce peut être perdre le monde, et en faire de la musique (les Noces de Figaro) – la perte est un infini.

Comprendre Roland Barthes quand il écrit dans son Journal de deuil (2009) : « M’effraie absolument le caractère discontinu du deuil. »

« L’une des implications les plus massives, écrit Vincent Delecroix, de l’idéologie du travail du deuil est son extrapolation à toutes les situations ou les expériences de la perte. Il faut faire le deuil de son enfance, de l’objet aimé qui vous quitte, de ses illusions, comme il faut faire son deuil d’un vêtement déchiré, d’une assiette brisée. »

Idéologie choquante quand au contraire c’est la question de la perte elle-même comme présence qu’il faudrait questionner.

Nous apprenons d’abord la mort par l’autre.

S’interroger sur l’énigme de la présence-absence du membre amputé, devenu «fantôme».

Les objets perdus sont-ils tous des chats perdus imposant pour toujours leur mutisme ?

Se perdre en forêt, au milieu du chemin de notre vie, n’est-il pas une formidable chance de se rétablir en vérité ?

Le goût des ruines est-il névrose de mélancolique ou jeu vertigineux avec la mémoire, et contemplation de notre « sous-sol » inconscient ?

Qui écrira l’histoire des vaincus ?

L’Ange de l’histoire, tel que fantasmé par Benjamin, n’est-il pas poussé par le vent de la perte ?

Et parce qu’il manquera toujours quelqu’un à la table parfaitement dressée du repas dominical, apprendre à perdre, enfin .

007477993

Vincent Delecroix, Apprendre à perdre, Bibliothèques Rivages, 2019, 272 pages

Bibliothèque Rivages

main

Apprendre à perdre

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Perle Vallens dit :

    Merci. Encore un peu d’attente pour le trouver…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s