Des hommes, une petite fille, l’exil, par Romain Laurendeau, photographe

a
© Romain Laurendeau

Les portraits de Taswira, livre de Romain Laurendeau publié chez Photopaper, sont remarquables.

Des visages très noirs légèrement éclairés sur un fond noir.

Des hommes de tous âges, et une petite fille.

sans-titre
© Romain Laurendeau

Des pupilles qui brillent, indiquent la vie, dans des visages immobiles, graves, de dimension tragique.

En swahili, langue véhiculaire en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, au nord du Mozambique, taswira signifie la vue, l’image, la vision, le portrait, soit le sens même de l’œuvre photographique d’un artiste ayant survécu, par une opération de la cornée, à la cécité.

g
© Romain Laurendeau

Que faites-vous de vos yeux ?

Que fait-on de nos yeux ?

Que fais-je de mes yeux ?

hh
© Romain Laurendeau

A cette question, Romain Laurendeau répond « quelle que soit sa condition, je regarde l’humain », frontalement, d’âme à âme, de visage à visage.

L’autre se donne dans son entière différence, et sa commune appartenance à l’espèce humaine.

Chaque visage est ici un parchemin, une peau marquée de stries, de blessures, un mystère révélant malgré lui son intimité.

z
© Romain Laurendeau

La nuit est intense, de charbon, et nombre de regards pourraient être inquiétants ou menaçants, s’ils n’étaient d’abord de détresse, d’épuisement, de mélancolie première.

Ces hommes, des émigrants subsahariens, Romain Laurendeau les a rencontrés en Algérie, dans un camp – village de fortune sous un pont entre Alger et Blida -, alors qu’il travaillait sur la jeunesse en révolte.

Ces hommes ont peur, ils sont traqués, considérés comme indésirables, ils dérangent.

Les voici qui errent, inquiets, fous, solidaires, seuls, tentant de dormir, de reconstruire les conditions d’une vie à peu près tenable dans l’invivable.

zz
© Romain Laurendeau

Photographies du camp : pantalons qui sèchent, amoncellement de déchets, tapis de prière déroulés sur des cartons, clous où suspendre ses affaires.

Attente, ennui, et prosternation collective parmi les sacs poubelle et les gravats.

Des conditions de vie désolantes, à deux pas d’une voie ferrée en activité.

Ceux qui passent, ceux qui trépassent.

y
© Romain Laurendeau

La nuit leur appartient, il faut espérer qu’elle soit encore un refuge d’espérances et de gestes fraternels, plutôt que l’espace de la violence.

« La camp, écrit en conclusion de son texte liminaire le photographe, a été démantelé au petit matin, deux jours après ma dernière photographie. Je venais tout juste de rentrer en France, mais je ne l’ai appris que bien plus tard. Je ne les ai jamais revus. Des rumeurs parlaient de camps officiels où ils auraient été placés en attendant l’expulsion vers leur pays d’origine. Des ONG et agences photos dénonçaient quant à elles l’abandon par les autorités des migrants illégaux dans le désert… »

e
© Romain Laurendeau

Cruauté de la biopolitique, là, et ici.

Force d’un reportage impressionnant par un photographe ayant remporté le World Press Photo 2020 avec sa série KHO, the genesis of a revolt, sur la jeunesse populaire algérienne.

1576860818

Romain Laurendeau, Taswira, textes Romain Laurendeau, direction éditoriale et graphiques Elisa Hebert, Photopaper, 2018

Romain Laurendeau – site

Romain Laurendeau – agence Hans Lucas

Se procurer Taswira

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s