Le dernier Noël d’un couple criminel, par Anton Roland Laub, photographe

Tb30135608_g

© Anton Roland Laub

Last Christmas (of Ceaucescu) est un bel objet éditorial conçu en Allemagne par Kehrer Verlag.

De couverture rouge en simili cuir, ce pourrait être un maroquin ministériel, ou l’un de ces petits livres à contenu idéologique pour endoctrinement rapide.

D’un humour froid, voire glaçant, proposant des images de la banalité inscrite dans la sphère soviétique – quelques objets fonctionnels, durables, massifs, dont l’absence de design ne devient chic qu’avec le temps et la nostalgie -, l’ouvrage du photographe Anton Roland Laub, qui est né et a grandi à Bucarest avant de rejoindre Berlin, évoque les derniers jours du règne des Ceauscescu dans les lieux ayant vu le couple criminel en ses derniers instants, le luxueux palais présidentiel (jamais achevé) et Târgoviste où celui-ci fut exécuté après un simulacre de procès suivi à la télévision dans le monde entier. 

Ponctué par les images d’une machine à écrire photographiée sur fond vert, symbolisant le contrôle de la parole sous la dictature roumaine, jusqu’à l’absurde, jusqu’à l’insupportable d’une autocensure permanente et d’une surveillance généralisée, Last Christmas n’est pas un conte de Noël, mais le spectacle d’une triste farce sanglante.

tumblr_050bb3197ffc43e350d83c6545740936_b49ae49d_1280

© Anton Roland Laub

Ayant eu lieu un mois après la chute du Mur de Berlin, la révolution roumaine – expression à questionner -, se déroula sans préparation, dans l’étonnement de tous, et la fureur vindicative de quelques-uns.

La télévision grésille, montre des pancartes, un peuple en colère, et le visage d’un maître masquant par une allure débonnaire un cerveau sans pitié.

Qui détient la mémoire de cet instant historique où le pays changea de régime ? Qui est capable de percer l’amnésie pour construire un récit ? En a-t-on encore les moyens quand le langage lui-même a été vidé de sa substance ?

Le Conducator et son épouse affichaient une simplicité démentie par les ors de leur palais, le luxe kitsch des chambres à coucher, les tapis flambants neufs et les visons de Madame.

EmaduldXIAMLVSd

© Anton Roland Laub

Une salle de projection privée, des fauteuils jaunes, des successions de portraits indiquant le culte de la personnalité du propriétaire.

La vérité repose au-delà des apparences, dont il faut tenter de déjouer les pièges.

Un immeuble s’élève, peut-être de la Securitate, la terrible police politique, dont les piliers, probablement incompris par ses usagers eux-mêmes, rappellent une colonne torsadée de Brancusi.

Il y a des portes blindées, des escaliers, des caves : on peut torturer en silence.

EJz1yijWoAI1NZZ

© Anton Roland Laub

Ayant leur résidence de campagne à Târgoviste, en Valachie, les Ceaucescu furent fusillés à la Kalachnikov, alors qu’ils chantaient l’Internationale, dans le lieu même où résida leur prédécesseur en vampirie, Vlad Dracul, l’assoiffé de sang des Carpates, l’Empaleur suprême.

Anton Roland Laub  s’est rendu sur les lieux, tentant de comprendre, d’entrevoir des fantômes, de réduire les sortilèges, peut-être encore présents, de ces maudits.

Pour comprendre le poison inoculé par la dictature nationale-communiste dans les veines du peuple, on peut aussi lire Herta Müller, dont l’écriture proche de la folie indique bien la démence d’un pays adepte de l’humour noir, prisonnier de l’absurde et de la haine de soi.

9783969000137_web

Anton Roland Laub, Last Christmas (of Ceausescu), edited by Frizzi Krella, texts by Frizzi Kella & Lotte Laub, Kehrer Verlag, 2020, 146 pages

EDnB1TrXYAACvJ8

© Anton Roland Laub

Kehrer Verlag

f6c57ea3.1200x900

© Anton Roland Laub

Site Anton Roland Laub

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Barbara Polla dit :

    Bonjour Fabien ! Tu vas bien ?

    Quand passes tu à trois chroniques par jour ? 😂

    Et… je ne me souviens pas ? T’ai-je envoyé Paul-pris-dans-l’écriture, mon dernier livre publié, avec la couverture etv quelques illustrations de Julien Serve ?

    Julien avec qui je travaille depuis 2012 et qui vient de se retrouver à notre surprise et joie dans la liste des 50 artistes qui ont changé la face du monde de l’Oeil…

    Dis moi, sinon je te l’envoie.

    Joyeux Noël ! (Non criminel…)

    Barbara forever

    >

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s