L’Amérique par le train, un voyage photographique de Marie Imbert

marie-imbert_tracks_1

© Marie Imbert

« Traverser plus de 30 Etats, parcourir 17 300 kilomètres – autour des US dans le sens contraire d’une montre », comme on le fait autour de la fontaine du Bernin sur la Piazza Navona à Rome pour acter une séparation, et autoriser un renouveau.

Tracks est un voyage aux Etats-Unis, non pas un inventaire ou un portrait exhaustif de chaque Etat, mais un flux de vie, une traversée.

Tracks est une succession de départs, montrant l’Amérique dans sa dimension cinétique.

marie-imbert_tracks_4

© Marie Imbert

L’ambition est modeste mais très belle : prélever des fragments d’un pays mosaïque, et s’enchanter d’être là, dans une gare, un train, derrière la vitre d’un wagon.

Voir défiler les paysages, comme on se regarde en des miroirs changeants.

Traverser des plaines céréalières, des demi-déserts, des fermes, des villes, des métropoles.

marie-imbert_tracks_7

© Marie Imbert

Colorado, Californie, Montana, Oregon, Texas, Virginia, Nevada, Arizona, New Mexico, Georgia, Illinois, Florida, Carolina…

Marie Imbert s’explique : « 55 mois vécus aux Etats-Unis, l’envie d’en connaître les coulisses, et d’approcher l’Amérique. Celle qu’on ne montre pas, qu’on ne connaît pas. Sillonner ce pays continent d’un bout à l’autre, d’un point cardinal à l’autre, pour en extraire la vie. Cette vie que j’ai cru perdre le 11 mars 2011, alors qu’un séisme de magnitude 9.1 secouait la côte Est du Japon où j’habitais. »

L’enjeu est donc de reprendre vie, d’aller à la fois vite et lentement, d’ouvrir les yeux, de se soûler d’espace, de croiser des latinos, des vétérans, des jeunes, des retraités, des voyageurs d’un jour, « une société en morceaux ».

Mais si Tracks regarde beaucoup l’autre, les autres, la beauté du divers, c’est aussi un chemin intérieur menant vers l’apaisement.

marie-imbert_tracks_2

© Marie Imbert

La vie dans un wagon-restaurant américain est une bonne base pour réfléchir à ce qui compte, laisser filer le temps, observer sans drame le spectacle de la vie.

Des nuages, des terres glacées, une femme et son enfant enlacés, endormis.

Des ciels qui flamboient, des pick-up blancs, des bêtes à cornes.

Des religieux, des montagnes, des enclos.

marie-imbert_tracks_9

© Marie Imbert

De la rudesse, de la tendresse, de la mélancolie.

Des wagonnets à remplir, des cerveaux à alléger.

Des contrôleurs, des puits de pétrole, des buildings.

Des baies vitrées XXL, de la poussière de western, des drapeaux.

Le Sud, et le grand Nord de Vermeer avec la petite dame âgée assise à côté de soi – une Amish.

marie-imbert_tracks_6

© Marie Imbert

La route allège, concentre et dilue.

Elle connaît le chemin, quand nous nous croyons perdus.

Tracks pourrait être le titre d’un song, d’un concept-album.

Le trac, la traque, le détraquage, et la libération d’une femme allant sans recul vers son destin.

marie-imbert_tracks_10

Marie Imbert, Tracks, photographies et textes Marie Imbert, avant-propos de Nicolas Menut, bilingue français/anglais, graphic design Joël Van Audenhaege, ARP2 Editions, 2020, 104 pages, 60 photographies en quadrichromie, couverture souple avec rabats – 300 exemplaires

ARP2 Publishing

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Vève dit :

    « Le trac, la traque, le détraquage, et la libération d’une femme allant sans recul vers son destin. »
    Recensement superbe! Merci tant.

    J'aime

  2. Anzieu dit :

    Cela me fait rêver ! Le train, l’Amérique, regarder, se laisser réfléchir, rencontrer….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s