En Neuroleptie, par Christophe Esnault, poète

P1310591

© Aurélia Bécuwe

« Car quand tu es à 400 miligrammes / A 500 milligrammes / A 600 milligrammes / A 800 milligrammes / Tu as pris tellement de poids / Que tu n’entres pas dans la cabine de douche »

Ça ne va pas toujours très fort pour Christophe Esnault – des troubles de la sensibilité dus à des crises d’angoisse et à la dysphorie -, mais l’écriture, elle, se porte bien.

D’un côté les impasses, le soin psychiatrique, la gaine médicamenteuse, de l’autre les mots, le verbe, le flux.

P1310496

© Aurélia Bécuwe

« Educ’ spe’, c’est un métier ou une pathologie ? / Aide-soignante, c’est un métier ou une pathologie ? / Infirmière, c’est un métier ou une pathologie ? / Assistante sociale, c’est un métier ou une pathologie ? / Communicant, c’est un métier ou une pathologie ? / Gestionnaire, c’est un métier ou une pathologie ? / Psychologue, c’est un métier ou une pathologie ? / Sexologue, c’est un métier ou une pathologie ? / Assistant de bibliothèque, c’est un métier ou une pathologie ? »

Pas de pause, pas de points conclusifs, dans Lettre au recours chimique, publié à Lyon chez AEthalidès dans la collection « Freaks » (pensée pour le rocker Vic Chesnutt), pas le temps, il faut que tout sorte, que tout soit dit, que l’énergie ne se dissolve pas dans les stases mortifères.

Qui est là ? (Hamlet, introït)

Qui existe encore ?

Serge Lama ou Sarah Kane ?

P1310528

© Aurélia Bécuwe

« Ce texte fera office de CV et de lettre de motivation »

Dérèglement psychique, souffrance mentale, ordonnances, drogues, stabilisateurs endocriniens.

Les normopathes et les huluberlus.

Les petits êtres gris et les flamboyants.

Les jouis-la-loi et les bienheureux.

P1310904

© Aurélia Bécuwe

« Et vivre au présent est hautement plus facile / Avec ceux que tu aimes / Ceux qui te nourrissent / T’augmentent / Tandis que ceux / Qui sont juste incapables de se poser une bonne question / Eux / Te font rétrécir / Avec des mondes binaires »

A partir de quelle hauteur est-on considéré comme perché par la Médecine du travail ?

Il faut baisser la tête devant le pouvoir : médical, psychiatrique, bourgeois.  

Fou ? Or des déchets du capitalocène, et gloire de la schizo-analyse.

P1310523

© Aurélia Bécuwe

« J’ai bien ri avec mon cancer / Souci : on m’aime moins depuis que je suis guéri / pareil pour mes années de dépression / Mes périodes suicidaires / Le cancer & la dépression sont mieux accueillis / Que les débordements de joie / Le plaisir à vivre on vous le fait payer un maximum »

Lettre au recours chimique est un poème fleuve, un récit, une pièce de théâtre pour un unique acteur – à partir de deux, c’est trop cher.

Le processus d’extinction est à l’œuvre, il est social, mondial, et intime.

P1310899

Nous sommes nourris à la sonde numérique, dose de shoot après dose de shoot.

On attend la nouvelle molécule, vous savez bien, celle qui vient de loin.

« L’envers de la réponse chimique / C’est la Rencontre et le plaisir à vivre // Et aussi le bonheur parfois, c’est dormir // Cette drogue d’écrire et de créer / De rencontrer et d’aimer »

Mais les vivants ne sont pas si nombreux.

P1310813

© Aurélia Bécuwe

Alors autant être un enfant poisson-chat (Publie.net), et mordre l’essentiel (Tinbad), le nez dans la chatte (Le Livre pauvre).

Ah Isabelle à m’en disloquer (Les Doigts dans la prose), lorsqu’on est poète né (Conspiration) !

« Et tu avais demandé en sanglots à la femme que tu aimes / S’il vous plaît dites-moi qui je suis ? / Et elle t’avait dit / Un amoureux très doux »

Monsieur a-t-il bon appétit ?

Monsieur garde-t-il bon esprit quand il souffre ?

Monsieur a-t-il jeté sa machette ?

Monsieur est-il encore un monsieur ou un crabe de la Baie du Delaware ?

« Mes années perdues dans des boulots débiles / Me seront-elles emboursées en brandissant ma carte vitale ? »

P1310825

© Aurélia Bécuwe

Monsieur ne se lève pas désormais avant 18h, fait l’éloge de l’amour (aimer une femme libre), de la paresse, du grand Jean Oury, des pieds nus dans l’herbe.

Monsieur est au clair sur la mafia des médicaments. La lucidité est-elle déjà dénoncée par le DSM-5 ?

« L’avis des imbéciles me fait du mal / Et ils sont majoritaires »

Frère de Georges Perros, Christophe Esnault ne craint pas la vie ordinaire : « Je dépense à peu près tout mon argent / Dans les livres / Le train / Les timbres et enveloppes colorés / Un peu de bière et de vin / Flâner sur les vide-greniers / Quelques cadeaux à ceux que j’aime / C’est tout »

On peut toujours demander l’asile clinico-létale en Belgique ou en Suisse, mais franchement les bords de Loire, c’est pas mal, pour pêcher, pique-niquer, aimer.

P1310606

© Aurélia Bécuwe

Coda 1 (sur un air algérien) : « Guyotat encule-moi »

Coda 2 (rigodon) : « L’auteur remercie ses pathologies non soignées à qui il doit tout. »

008754462

Christophe Esnault, Lettre au recours chimique, AEthalidès (Lyon), 2021, 112 pages

(livre disponible à partir du 11 mars 2021, mais (re)commandable immédiatement)

AEthalidès – site

Merci à Aurélia Bécuwe pour l’envoi des images de ses linogravures – site en construction, et bientôt consultable (si le digital native neveu s’y colle un peu)

logo_light_with_bg

Se procurer Lettre au recours chimique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s