Georgia on my mind, par Ljubisa Danilovic, photographe

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Se déplaçant sans cesse et parlant le croate comme personne, Ljubisa Danilovic est photographe, membre du collectif Tendance Floue, mais c’est aussi le nom d’un homonyme ayant vécu il y a plus de cent ans.

Georgia, publié par David Fourré aux éditions Lamaindonne, est l’histoire de ce double, de cet autre lui-même, dont le destin aurait pu être similaire.

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Le portrait de tous les Ljubisa Danilovic contraints au départ.

On peut commencer l’ouvrage par la fin, y méditer un propos que n’aurait pas renié Paul Virilio : « Au début du XXe siècle, notre monde comptait un milliard et demi d’habitants. On en dénombre aujourd’hui huit milliards. A la fin du XXIe siècle, on prévoit que ce chiffre aura doublé. Sur toute la période du XXe siècle, quelque deux cents millions de personnes migrèrent à travers le monde. Les guerres et les crises à venir, notamment climatiques, auront un impact considérable sur la question migratoire. On estime qu’au cours du XXe siècle, quinze pour cent de la population mondiale va migrer, soit environ un milliard de personnes. »

De l’autre côté – du monde, de l’Atlantique, de la mémoire, de soi, du livre -, il y a des images en noir et blanc montrant une ruine abandonnée, des galeries, des étais, l’énergie nécessaire à l’excavation.

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Nous sommes à Butte, dans le Montana, c’est-à-dire nulle part (voir le travail sur les cimetières d’anonymes de Stéphane Duroy dans Unknown), ou sur la lune, ou dans le désert qui vient, advenu.

Il a neigé, ou peut-être est-ce la poussière répandue par une explosion atomique.

Dans les cerveaux mis sous tension, dans les souvenirs violentés, le désespoir a le visage d’un fil de fer barbelé déchirant l’Histoire.

On vint à Butte pour l’or, puis le cuivre, des années 1860 jusqu’au début du XXe siècle.

Des voyages depuis l’Europe furent organisés, il y eut des recruteurs, et des déracinés qui s’implantent.

Venu du Monténégro, Ljubisa Danilovic fut l’un d’eux.

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Accompagné de lettres (fictives ?) écrites par l’émigrant à sa famille au fur et à mesure de son périple, Georgia inscrit ses images dans la contemporanéité, s’attachant par des portraits et des photographies de paysages, à rendre compte de la réalité de jeunes gens dont on peut penser qu’eux aussi prendront un jour la route, depuis le Monténégro ou plus largement les Balkans, se confrontant, avant d’accéder peut-être au pays fantasmé, aux duretés administratives, polices et camps de rétention des territoires parcourus.   

Il fait froid dans les images du photographique, les regards de ses personnages sont mélancoliques, saisis à un moment de stase, encore là mais déjà partis.

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Est-il juste, est-il indispensable, de quitter les paysages de l’enfance, les amis, les ancêtres ?

Et la rivière, la cabane au toit de tôle, les forêts de brume des terres intérieures.

Au Monténégro, côté Adriatique – partie deux, l’inquiétude fait une pause -, c’est plus doux, plus fantasque, on peut s’y sentir en vacances.

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Maintenant, voici les dures réalité de la route de l’exil, le béton des prisons, les campements de la misère, les immondices.

L’épuisement.

Quel chemin prendre pour échapper à la violence ?

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Un braséro, des déchets, l’attente.

Feu, prières, abandon.

C’est ainsi que les hommes vivent, ne vivent pas, espèrent survivre.

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

Georgia n’est pas le rêve d’un Eldorado, mais le terminus de la honte, du courage, de l’espoir fou.

Un geste artistique de dessillement et de solidarité, sans pathos.

Ljubisa Danilovic, Georgia, regard graphique Frédéric Rey, Lamaindonne, 2022 – avec l’aide de la Fondation Abbé Pierre

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

http://tendancefloue.net/actualite/georgia/

©Ljubisa Daniovic / Tendance Floue

https://www.lamaindonne.fr/produit/georgia/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s