Le hasard après le hasard, par Corinne Mercadier, photographe (1)

Si les photographies de Corinne Mercadier sont en quête permanente de la saisie de moments harmoniquement parfaits, c’est que se tenir debout sur le pont flottant du ciel est l’affaire d’un instant rare, d’une fraction de seconde inouïe, d’un petit miracle de composition éphémère, avant que tout ne se désordonne à nouveau. Pour faire apparaître…

Le feu se déclare chez toi, par Guillaume Chauvin, photographe, écrivain

  Consigne n°2 : « Le feu se déclare chez toi : que photographies-tu avant d’évacuer les lieux ? » Pour prolonger la lecture de son petit livre facétieux, La faute aux photos (Allia, 2018), ensemble de trente-neuf consignes loufoques données à des photographes, apprentis ou confirmés (chronique à venir dans la revue Art Press), j’ai souhaité interroger son auteur,…

Pierre-Yves Freund n’existe pas, par Pierre-Yves Freund, plasticien

L’œuvre de Pierre-Yves Freund s’apparente à une méditation sur le très peu et le lien forme/pensée/forme. Son travail interroge plus qu’il n’affirme. Ses prélèvements de matériaux dans la nature ou la ville, lors de ses marches, sont des suspensions de temps destinées, dans un espace géographique donné, lors d’une exposition, ou dans le secret d’une…

Photographier au bord de l’abîme, par Michel Mazzoni

Michel Mazzoni considère la photographie comme un art total, et un champ d’expérimentations multiples. Formellement très abouti, son dernier ouvrage, Amorces, s’impose immédiatement comme une œuvre  plastique élaborée avec la maîtrise d’une pensée sans compromis ne s’interdisant pas les surprises du hasard. Amorces, jeu d’échos infinis entre les différents ordres de présence, est un livre…

Je suis le roi du bois, le Zeus, le criminel, par la photographe Anne-Lise Broyer

Anne-Lise Broyer pratique l’acte photographique comme un dessaisissement, une tentative d’éblouissement et de perte. La dramatisation des instants participe chez elle d’une poétique de la voyance, d’une volonté d’opérer une sorte d’archéologie du présent permettant de relier espaces et temps dissemblables, pourtant profondément unis. Passant par la littérature et l’érudition pour interroger notre façon d’être…

Merveilles de la dévastation, par Amaury da Cunha

Histoire souterraine, d’Amaury da Cunha, est un diptyque. Premier battant : un roman, publié aux éditions du Rouergue. Des chapitres courts, des silences, des fantômes. Deuxième battant : HS, publié par les éditions Filigranes, en grand format et avec une impression de papier journal, une série de dix-huit photographies, tels des échos indirects, une autre façon de…

Le Cambodge, un pays de silence, par la photographe Emilie Arfeuil

Nourri de hasards objectifs, de fantômes et d’images manquantes, Un passé sous silence, de la photographe Emilie Arfeuil, est un travail sur la mémoire du génocide cambodgien. D’une immense délicatesse, ce livre édité par les éditions Charlotte Sometimes est aussi d’une très grande violence née de la simple évocation, par des gestes, des postures ou…

Les jardins d’Armide à minuit – conversation avec Annie Le Brun à propos de Radovan Ivsic (2)

Annie Le Brun, poétesse, essayiste, commissaire d’exposition, lectrice de Sade et des grands irréguliers du langage, incarne un principe de subversion qu’elle n’a cessé d’approfondir dans une œuvre au long cours, écrivant notamment, fidèle à la morale surréaliste, Les pâles fiévreux après-midi des villes (1972), Lâchez tout (1977) ou A distance (1985). On peut lire,…