Une famille au-delà des Andes, par Simon Vansteenwinckel, photographe

simon-vansteenwinckel-nosotros01
© Simon Vansteenwinckel

Tel un parallélépipède noir tombé dans un erg où se battent des singes, ainsi apparaît Nosotros du photographe Simon Vansteenwinckel un jour de morne plaine.

En voici l’introït, écrit par son auteur : « Carolina, mon épouse, est née à Valdivia, au Chili. Je suis Belge. Et nous avons eu ensemble trois magnifiques petites filles, Anna, Clara et Elena. Ce 2 septembre 2014, nous partons tous les cinq pour un voyage d’un an au-delà des Andes, pour rencontrer la famille de Carolina, restée sur place, pour montrer à nos filles le Chili, leur demi-pays, pour découvrir ces gens qu’elles ne connaissent que par les récits, pour voir et regarder cette contrée lovée entre Pacifique et Cordillère, parsemée de volcans, de lagunes, tiraillée entre déserts et glaciers, nourrie par les histoires de leur mère et de leurs grands-parents. »

simon-vansteenwinckel-nosotros02
© Simon Vansteenwinckel

Tout commence donc par l’étrange magie d’une double culture, de visages lointains et pourtant familiers, de la constitution d’une famille ayant deux continents pour monde.

Simon Vansteenwinckel ouvre son livre par des portraits, presque des vignettes, très beaux, très doux, des êtres qu’il aime.

Un drapeau chilien, la maquette d’un grand voilier, l’image d’un moai de l’île de Pâques, le portrait de Salvador Allende, le libérateur assassiné, suicidé, sous les bombes de Pinochet soutenu par la CIA.

simon-vansteenwinckel-nosotros19
© Simon Vansteenwinckel

Ces êtres que nous voyons sont des rescapés, porteurs d’une mémoire douloureuse, que regarde un père, un mari, un amoureux, qui les chérit.

La politique commence par l’amour des visages qui nous importent, avant que d’embrasser, fraternellement, tous les autres.

Passe dans la brume des hauteurs andines ce qui ressemble à un Combi Volkswagen chargé des rires et des cris d’une bande de petites filles parties à la découverte de l’inconnu.

simon-vansteenwinckel-nosotros08
© Simon Vansteenwinckel

La photo est pleine page, d’un noir charbonneux superbe, comme presque toutes les autres désormais.

Il y a eu Bernard Plossu au Mexique, il y a désormais Simon Vansteenwinckel au Chili, tous deux ayant en commun, outre l’héritage de la beat generation, le goût des enfants et de la vie libre, et ce préalable : l’œuvre s’effondre si la famille idéale que nous tentons de construire, bien sûr de chaos en cahots, en pâtit beaucoup trop.

Un ruminant planté au beau milieu d’une route boit dans une flaque, que regarde un petit être derrière la vitre du véhicule-buffle qui le transporte au pays des songes.

simon-vansteenwinckel-nosotros18
© Simon Vansteenwinckel

Traversée de déserts, perte de repères, la nuit tombe, il ne faut surtout pas rentrer.

Au bord de la piste, il y un autel de fortune, des tombes, et sous le tableau de bord de voitures hors d’âge garées çà et là des bouteilles d’alcool pour les amis de passage.

Une indienne, une belle anarchiste aux lisières de l’adolescence éternelle, regarde son père. Aucun doute, c’est elle la déesse protectrice de cette équipée sauvage aux confins du connu.

simon-vansteenwinckel-nosotros15
© Simon Vansteenwinckel

Quel plaisir de voyage tous ensemble, en ayant pris soin de laisser libre pour le regardeur une petite place dans VW.

Ces cinq-là traversent des terres de solitude, des pluies affreuses, se jettent à l’eau, s’amusent.

Des rivages sont atteints, il y a dans le lointain des îles, un cerf-volant fait la course avec un goéland.

simon-vansteenwinckel-nosotros07
© Simon Vansteenwinckel

Et puis comme ça, pour rien, pour le plaisir, pour flotter encore un peu, entre mélancolie et joie enfantine, la citation d’une chanson de Violeta Parra : « Dans les jardins humains / Qui ornent toute la terre / J’ai l’intention de faire un bouquet / D’amour et de complaisance. »

simon-vansteenwinckel-nosotros05
© Simon Vansteenwinckel

Il faut quitter le maillot de bain, revêtir un anorak très chaud. Ici, les paysages sont extrêmes, impitoyables pour les étourdis. Le sublime se mérite, entre fierté et humilité.

On croise en ces hauteurs dépouillés peu d’humains, mais des roches, des ciels d’apocalypse, des Christ en pleurs, des tempêtes, des squelettes sur une grève ayant écrit avant de mourir totalement : SOLEDAD.

Un prêtre vit une élévation, c’est un cairn de chair et d’os et de sourire.

simon-vansteenwinckel-nosotros06
© Simon Vansteenwinckel

Traversée de villes, usées, délabrées, modernes, et continuer la route là où personne ne nous attend, fors peut-être quelque présence précolombienne, des totems aux seins nus.

Nosotros n’est pas qu’une affaire de famille, c’est une vie possible pour tous, très belle, âpre, solidaire et curieuse, une proposition pour se réinventer.

C’est un conte noir, où l’effroi n’est pas une paralysie, mais une façon de faire silence ensemble, de s’éduquer ensemble à ce qui est, à ce qui n’est plus, à ce qui perdure.

simon-vansteenwinckel-nosotros04
© Simon Vansteenwinckel

Se rappeler alors que Nosotros est aussi le nom d’un groupe anarchiste barcelonais à l’époque où le mal gagnait l’Europe et qu’il fallait se battre avec des idées nouvelles, vieilles comme le monde.

Le livre de Simon Vansteenwinckel est une traversée intérieure, pudique et extatique, une utopie concrète offerte en partage à ses lecteurs, qui donne envie de vivre pleinement, totalement, notre bref passage sur terre.

Nosotros

Simon Vansteenwinckel, Nosotros, textes d’Emmanuel d’Autreppe, Simon Vansteenwinckel, Carolina Bello-Andrade, Anna, Clara et Elena Vansteenwinckel, Editions Yellow Now, 2018

Site de Simon Vansteenwinckel

Editions Yellow Now

simon-vansteenwinckel-nosotros17
© Simon Vansteenwinckel

Pour prolonger le voyage

main

Se procurer Nosotros

https_cdn.evbuc.comimages456869161826737313281original

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s