Andalousie, affirmation de la vie jusque dans la mort, par Manuel Ibáñez, photographe

18__O3B0750 copy
© Manuel Ibáñez

Du rouge sur le sable d’une arène, sur le manteau d’une belle de passage, sur les pages liminaires d’un livre de grand format.

Des cheveux dans les yeux, du feu, et des herbes ployant sous le vent comme chez Kenji Mizoguchi ou les primitifs de la reproduction mécano-chimique des images.

Le soleil est intense, la nuit aussi, ainsi que les couleurs.

07_07_DSC05432 copy
© Manuel Ibáñez

Une enfant court dans un musée sous un Christ en croix.

La foule est un seul corps en chaussures à talons.

Des œillets, une chaise isolée sur une place, des plantes carnivores.

17_17_O3B0448 copy
© Manuel Ibáñez

Sensualité des poignets et des cous, des chevelures et des mollets.

Une main ridée se lève, éclairée par un projecteur, la danse peut commencer.

34_37_O3B9905 copy
© Manuel Ibáñez

Un spectacle ? Non, la vie même dans ce qu’elle a de plus brutal, de plus raffiné, de plus absolu, de plus démentiel.

Le corps de l’artiste se cogne aux badauds, aux bannières, aux lunettes noires de la Semaine Sainte.

36_Reverso_40bis copy
© Manuel Ibáñez

Pas de texte, mais des bouches et des yeux très ouverts.

Des apparitions, des fantômes, le dialogue ininterrompu entre les vivants et les morts, ce qui peut s’appeler un summum de civilisation.

16_16DSCF5679 copy
© Manuel Ibáñez

Ici, les petites filles sont des infantes en liberté, des gitanes irrésistibles se transformant en volutes de fumée.

A l’orée de la cinquantaine, elles sont un feu de mélancolie, brisées par les amours déçues, et très belles encore dans l’attente de qui viendra les sauver d’elles-mêmes.

40_44_O3B6366 copy
© Manuel Ibáñez

C’est la fête, c’est le Nouvel An, c’est la main d’un homme mûr sur les fesses de sa jeune partenaire de danse.

C’est une flânerie baudelairienne au pays des sens à vif, et du basculement permanent de la mort en puissance de vie, et de la vie en puissance de mort.

32_35DSCF7490 copy
© Manuel Ibáñez

Voici le flamenco des générations.

Voici l’Andalousie rouge.

Voici Séville.

39_43_O3B4231 copy
© Manuel Ibáñez

Voici un livre du photographe Manuel Ibáñez.

Voici un hymne, un chant, un cri.

Voici le duende de la terre natale, en des images conçues comme des coplas.

Reverso_web

Manuel Ibáñez, Reverso, design Underbau, Ediciones Anomalas / Centro de Iniciativas Culturales (CICUS) de la Universidad de Sevilla, 2019, 100 pages

Ediciones Anomalas

13_DSC08526 copy
© Manuel Ibáñez

Site de Manuel Ibanez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s