Les barricades mystérieuses, par Jérémie Lenoir, photographe

jeremielenoir_marges_42
©Jérémie Lenoir

Ce pourrait être une peinture inédite de Hans Hartung, Antoni Tàpies, ou Gerhard Richter, mais il s’agit de paysages photographiés depuis un hélicoptère par Jérémie Lenoir.

Trente vues sidérantes de notre Terre-Mère, la Pachamama, réduite à des formes géométriques, abstraites, ordonnées selon une logique échappant d’abord à la pensée raisonnée, à Las Vegas, Guitrancourt, Anvers, Salt Lake, Waregem, Montréal, Achères, Stains, Gennevilliers.

jeremielenoir_zeropolis_00
©Jérémie Lenoir

Ce sont des sables, des marges, des lisières entre ville et campagne.

Ce sont les preuves d’un désert croissant, pour reprendre une célèbre formule hölderlinienne plusieurs fois commentée par Martin Heidegger, mais aussi celles d’une profusion inouïe de forces témoignant du génie de la vie inventant sa loi de présence jusque dans la mort.

Cet ensemble, notamment inspiré de Zéropolis du philosophe Bruce Bégout, est une réflexion en images sur la puissance de reconfiguration de la nature par la démesure d’une logistique dévorant les espaces.

jeremielenoir_marges_03
©Jérémie Lenoir

Jérémie Lenoir travaille au cœur de l’esthétique de la disparition, découvrant des ordres transcendants là où l’œil s’égare d’abord.

Vue du ciel, la terre malmenée joue au calligraphe, créant des lignes harmoniques, presque spirituelles, dans la violence des chantiers.

Vu du ciel, le gigantisme des exploits capitalistes paraît un jeu de constructions pour enfant.

jeremielenoir_nord_16
©Jérémie Lenoir

Le vide n’est pas le contraire du plein, mais sa possibilité de manifestation.

Le sol est remué, brassé, recomposé, dans le jeu s’élaborant entre les échelles de grandeur.

Les photographies de Jérémie Lenoir sont des parois grattées, griffées, hachurées.

Que voit-on ?

jeremielenoir_dust_03
©Jérémie Lenoir

Des pluies de ciment.

Des microprocesseurs.

Des coulures de peinture.

Des taches.

Des surfaces passées au blanc.

Un camion miniature tel un jouet d’acier.

Des traces de patins à glace.

Du plâtre.

jeremielenoir_nord_20
©Jérémie Lenoir

Mais ce que nous devinons reste une énigme de plis, de routes et de déroutes, telle une toile froissée de Simon Hantaï.

Nous sommes au cœur d’un écheveau de poussières, d’une géométrie follement minutieuse, de barricades du néant.

Nous sommes dans du langage fondamental.

jeremielenoir_b_distensions_00

Jérémie Lenoir, Distensions, texte de Pierre Wat, traduction (anglais) de Laurie Hurwitz, Galerie Guillaume, 2019

Jérémie Lenoir – site

jeremielenoir_nord_05
©Jérémie Lenoir

Galerie Guillaume (Paris)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s