Le chant d’un monde suspendu, par Marie Bovo, photographe

le
Cours intérieures, 17 février 2009
Cours intérieures, 17 février 2009 © Marie Bovo, Courtesy the artist et kamel mennour, Paris/London

Comment occupe-t-on l’espace ?

Quelles traces laisse-t-on de son passage ?

Comment se comporte le corps dans des appartements à Alger, dans un restaurant kebab à Marseille, dans une cuisine de plein air au Ghana ?

Ces questions, Marie Bovo, née à Alicante en Espagne, vivant à Marseille, ne cesse de les penser, et de les rendre visibles au travers d’un travail photographique au long cours mené essentiellement autour du bassin méditerranéen – ce dont témoigne la monographie Nocturnes (Atelier EXB) accompagnant une exposition (ajournée) à la Fondation HCB (Paris).

Alger, 22h05, 9 novembre 2013
Alger, 22h05, 9 novembre 2013 © Marie Bovo, Courtesy the artist et kamel mennour, Paris/London

Ses images sont silencieuses, mais bruissent d’un hors-champ (ou hors-temps) saturé de vie.

« Ces photos se présentent d’abord, analyse Alain Bergala, comme la captation de traces concrètes, sans discours ni message, sans le moindre pathos, des différentes communautés qui habitent ces lieux et ces espaces devant lesquels elle pose calmement sa caméra, en se donnant tout le temps qu’il faudra pour en capter une essence plutôt qu’une simple apparence. »

Pour le moment, tout dort, les enfants sont sortis, tout est figé, tout fait tableau.

Cours intérieures, 8 novembre2008
Cours intérieures, 8 novembre 2008 © Marie Bovo, Courtesy the artist et kamel mennour, Paris/London

Les temps de pose très longs – travail à la chambre, lumière naturelle – offrent des profusions de détails, qui sont des chemins de merveilles dans l’image.

Nous croyons vivre, mais nous sommes vécus, personnages en quête d’auteur ne cessant de produire des objets comme preuves ultimes de notre existence.

D’une tonalité doucement fantastique, les photographies de Marie Bovo, prises à l’aube, la nuit, ou dans ces moments où l’humain s’absente pour quelque raison impérieuse, sont des amorces de fiction, des voyages dans l’exotisme du quotidien – Agnès Sire, directrice artistique de la Fondation Henri Cartier-Bresson évoque quant à elle une « poésie sociale ».

En Suisse - Le Palais du Roi, 22h, 15 mars 2019
En Suisse – Le Palais du Roi, 22h, 15 mars 2019 © Marie Bovo, Courtesy the artist et kamel mennour, Paris/London

On ne distingue plus parfois ce qui du décor ou de la réelle présence des choses forme le monde premier dans lequel chacun est invité à s’inscrire.

Tournant son appareil de vision vers le ciel, dans des cours intérieures d’immeubles, la photographe découvre des architectures de linge suspendu, formant dans l’aplat du rectangle du ciel les montants de structures circassiennes improbables.

Marie Bovo révèle la possibilité de fresque dans le banal, témoignant de l’infime en en faisant la coordonnée essentielle d’une épopée sociale jamais vue.

Des marmites dans la poussière, une barquette de frites sur une table en faux marbre, des tissus sur des rails, des carrelages d’appartement attendant d’être lavés à grande eau.

La Voie de chemin de fer, 07h00, 25 fevrier, 2012
La Voie de chemin de fer, 07h00, 25 fevrier, 2012 © Marie Bovo, Courtesy the artist et kamel mennour, Paris/London

Ce qui semble abandonné attend simplement de reprendre vie, à l’heure appropriée.

Pour le moment, alors que les yeux sont fermés, Marie Bovo est là, photographiant méthodiquement des empreintes fragiles, indiquant la précarité constitutive de l’humaine condition, certes davantage encore lorsque l’on vit dans un camp Rom où plane la menace d’une proche expulsion.

Dans les très mal nommées jungles, à Calais, à Grande-Synthe, à Paris, les bulldozers ne s’embarrassent de ces signes.

Une artiste de nécessité en fait sa quête même.

nocturnes.jpg

 

Marie Bovo, Nocturnes, introduction d’Agnès Sire, texte d’Alain Bergala, édition Nathalie Chapuis, conception graphique Line Célo, Atelier EXB, 2020, 160 pages – environ 80 photographies couleur

Atelier EXB

Evening Settings, Lundi 20h16, saison des pluies
Evening Settings, Lundi 20h16, saison des pluies © Marie Bovo, Courtesy the artist et kamel mennour, Paris/London

Marie Bovo

Exposition éponyme – ajournée – à la Fondation Henri Cartier-Bresson, du 25 février au 17 mai 2020

Marie Bovo est soutenue par la galerie Kamel Mennour

d

Se procurer Nocturnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s