La pesanteur et la grâce, par Mariken Wessels, photographe, plasticienne (4)

Miss-Cox-by-Mariken-Wessels-tipibookshop-4
© Mariken Wessels

C’est une recherche plastique magnifique sur la pesanteur et la grâce.

Un modèle prénommé – may be – Rebecca aux formes voluptueuses, une jeune femme très ronde que la Hollandaise Mariken Wessels appelle Miss Cox.

Sur le mur de l’atelier des images punaisées, des captures d’écran, une peinture de Lucian Freud, la Vénus gravettienne, des corps dans l’eau, un éléphant de mer, et des recherches de poses.

Mariken Wessels nous propose d’abord de découvrir progressivement son sujet, de participer avec elle à l’élaboration de son livre, avant de connaître la merveille d’un corps lourd nageant sous l’eau avec beaucoup de légèreté, tel un animal marin d’une espèce inconnue, et très humaine pourtant.

Miss-Cox-by-Mariken-Wessels-tipibookshop-2
© Mariken Wessels

Sur le sol, le corps est malhabile, il tangue, c’est un enfant qui vient de naître, et dont l’enveloppe physique est celui d’un sumo.

Masse de chair, masse d’être, que l’artiste va bientôt sculpter, en lui offrant la douceur de la céramique, pour le rendre incorruptible.

C’est une poupée de Louise Bourgeois égarée chez Rodin.

Une boule de terre, une boule de femme, une boule de mystère.

Miss Cox III
© Mariken Wessels

Une femme rampe, danse, tournoie, gauchement.

Mais sous l’eau, quel spectacle ! C’est une ballerine, un rat du grand opéra subaquatique, une algue stupéfiante.

Bien sûr, le choix du modèle est politique, renvoyant le spectateur à sa lourdeur psychique et aux critères de beauté que la société publicitaire lui a imposés.

Evoquant les recherches de Muybridge, l’étude de Mariken Wessels est une réflexion en images et matières sur la locomotion de l’animal bipède – à station verticale – que nous sommes tous, peu ou prou.

Miss_Cox_Mariken_Wessels_Eadweard_Muybridge

Voici trois modèles nus, trois Grâces, trois divinités tératologiques, s’ébattant dans l’eau, se heurtant, se frôlant, se repoussant, se caressant peut-être.

Flottent comme la robe d’Ophélie de longs cheveux roux sur un corps très blanc.

On ne sait plus où est le haut, le bas, la tête, la cuisse, le ventre, où sont les seins, les fesses, les bras, dans ce firmament aqueux où tout semble bouger avec tant de facilité.

Miss-Cox-by-Mariken-Wessels-tipibookshop-3
© Mariken Wessels

Voici la femme acéphale, inouïe, totalement singulière, un corps à embrasser, envelopper, et avec qui danser.

20113.wessels.9789490119836

Mariken Wessels, Miss Cox, book design and editing by Hans Gremmen, text Mariken Wessels, translation Taco Hidde Bakker, Fw : Books, 2020 – reliure suisse

Fw:Books

Miss-Cox-by-Mariken-Wessels-tipibookshop

Mariken Wessels – site

Exposition Mariken Wessels, Nude – Arising from the ground, jusqu’au 1er juillet 2020, at The Ravestijn Gallery (Amsterdam)

Mariken_Wessels_metalmagazine-10

The Ravestijn Gallery

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© Mariken Wessels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s