Thermidor, les villes se barricadent, par Jacques Berthet, photographe

le
Sans_titre_3
© Jacques Berthet

Pour l’instant, tout est calme, tout dort, tout repose dans le silence.

La ville a travaillé, secrètement, discrètement, toute la nuit, et la voilà dès l’aube nouvelle métamorphosée.

Des plaques de bois ont été posées un peu partout avec minutie, sur les façades des immeubles, banques, et magasins rutilants.

Sans_titre_2
© Jacques Berthet

Une émeute se prépare, il faut protéger les bijoux de la couronne, les lieux mêmes du pouvoir, économique, financier, publicitaire.

Circulez chères foules en colère, ici, il n’y a plus rien à voir – considérez notre retrait comme une pudeur, l’étalage d’argent, c’est vrai, n’est pas pour vous.

Ici ? non, plutôt là, c’est-à-dire partout où la ville universelle se duplique, et nargue les passants par l’obscénité de son triomphe, de ses ors, de ses fausses transparences.

Sans_titre_8
© Jacques Berthet

Pour l’instant, tout est vide, mais il faut imaginer les cris, les matraques, les gifles, les chutes, et les gaz lacrymogènes.

Tout respire encore, qui sera dans quelques minutes asphyxié.

Tout est beau, comme une installation dans un centre d’art, un boulot de plasticien très intelligent.

Tout est jaune aussi, presque pop, dans le land art urbain inspiré par la peur et la protection des intérêts mobiliers et immobiliers.

Sans_titre_12
© Jacques Berthet

Ces panneaux de coffrage en bois recouvrant les bâtiments comme une œuvre de Christo, qui les voit, qui les a vus, qui les contemple dans toute leur ruse, et le déni de leur agressivité, à Nantes, Paris ou en Suisse ?

Le photographe Jacques Berthet, répondant en 2003 à une commande de Bernard Zumthor, alors directeur et conservateur cantonal des monuments de Genève, a documenté dans son ouvrage Rumeur sur la ville cette singularité des techniques de défense imaginées comme contre-offensive de camouflage dans le cadre des nouvelles guérillas urbaines.

Dans son texte de présentation, Joerg Bader est explicite : « Eté 2003. Le sommet du G8, réunissant les dirigeants des huit pays les plus riches du monde, s’apprête à débuter le 1er juin dans la ville d’Evian-les-Bains, sur les rives français du lac Léman. Quelques kilomètres en aval, un phénomène singulier est observé dans les rues commerçantes de Genève : les vitrines des arcades commerciales se parent de palissades jaune vif, en prévision d’éventuels débordements de la manifestation altermondialiste qui se prépare. »

Si par son titre, l’ouvrage de Jacques Berthet évoque l’atmosphère d’un film noir, il faut comprendre que la fiction prépare la réalité, et que l’effacement des signes est le prélude d’une tombée des voiles violente.

Le désert croît, ainsi que l’exaspération des peuples n’acceptant pas la logique de classe des néo-possédants.

Sans_titre_11
© Jacques Berthet

Pour montrer cela, il faut beaucoup de calme, de méthode, et une sorte de distance taoïste incluant la compréhension de ce qu’est avec Sun Tzu le véritable art de la guerre.

Rumeur sur la ville est le fantasme d’un monde où l’argent aurait acquis sa pure autonomie.

Plus besoin d’acheteurs, de clients, de péquins à solliciter, mais simplement des flux, des lieux de circulation, des espaces organisés pour le passage, le transit, l’évacuation.

On peut s’enchanter de la beauté des flèches, panneaux de signalisation, inscriptions de mots d’ordre dans le territoire urbain (STOP, ECOLE, FUST, FEMININ…), et de l’habillage en bois des belles endormies, ou/et percevoir, dans la vaste opération temporaire d’invisibilisation des lieux de richesse, ce que cache de turpitudes et d’exclusions l’ordre économique dominant.

c

Jacques Berthet, Rumeur sur la ville, textes Serge Margel & Joerg Bader, traductions Judith Hayward, conception graphique et réalisation NASK, Nadja Zimmermann, Editions Centre de la photographie de Genève, 2019, 94 pages

Centre Photographie Genève – CPG

d

Se procurer Rumeur sur la ville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s