Kaliningrad, cette inconnue, par Dominique de Rivaz et Dmitri Leltschuk

01 - © Dominique de Rivaz - Editions Noir sur Blanc

© Dominique de Rivaz – Editions Noir sur Blanc

« Quand on vient à Kaliningrad, écrit l’écrivain et voyageur Cédric Gras, on est déboussolé par cette Russie mâtinée d’Europe, ces Slaves en terre historiquement teutonique. »

En dehors de quelques souvenirs lointains de notre cours d’histoire de lycée, que sait-on vraiment de l’exclave de Kaliningrad, ville russe totalement isolée de son territoire de nationalité, située entre la Pologne et la Lituanie ?

Reçue par la Russie en 1946 en compensation des pertes subies durant la Seconde Guerre mondiale, l’ancienne Königsberg du royaume de Prusse, qui accueillit pour quatre matchs en 2018 la Coupe du Monde de football, intrigue pourtant qui veut bien s’y intéresser.

02 - © Dominique de Rivaz - Editions Noir sur Blanc

© Dominique de Rivaz – Editions Noir sur Blanc

Cette « petite Russie d’Europe », Dominique Rivaz, domiciliée à Berlin depuis vingt ans, l’a photographiée en couleur au fil des saisons, rendant compte à la fois de son passé allemand et de la vie d’aujourd’hui.

Ce pourrait être un conte glacé, fantasque et mélancolique, terrible et léger.

Diptyque de la tombe d’Emmanuel Kant et d’un portail en fer arborant les insignes soviétiques.

Tension.

03 - © Dominique de Rivaz - Editions Noir sur Blanc

© Dominique de Rivaz – Editions Noir sur Blanc

L’homme nouveau est un homme ancien, supplanté par des girls faisant du shopping.

Lénine a une tête de citrouille, ce n’est peut-être pas si mal après tout.

Dans la rue, des chiens s’embrassent sur les babines, symbole de la persistance du baiser russe de l’amitié à travers le temps.

Dominique de Rivaz flâne, regarde moins les soldats que les amoureux, ou les jeunes gens happés par l’écran de leur Smartphone.

Modernité et traces du passé s’enchevêtrent, donnant parfois aux scènes quotidiennes un air quelque peu désuet, comme une partie de badminton interminable sur une pelouse défaite alors que défilent au loin des cargos rouillés.

04 - © Dmitri Leltschuk - Editions Noir sur Blanc
© Dmitri Leltschuk – Editions Noir sur Blanc

On se rencontre, on se marie, on va au zoo voir les hippopotames, avant d’aller se promener sur les rives de la Baltique.

Les photographies de Dominique de Rivaz sont drôles, facétieuses, montrant une énergie de vie malgré les drames, non loin des barbelés délimitant une des dernières forêts primaires d’Europe.

Il faut lire avec attention les légendes pour mieux comprendre la réalité d’une région complexe, autrefois capitale de la Prusse orientale, peuplée des fantômes des juifs en ayant été persécutés, chassés, puis exterminés.

Incendiée le 8 novembre 1938, la synagogue de Königsberg fut reconstruite il y a deux ans seulement, alors que sur les immeubles de la ville nouvelle des tracés de colombages factices font craindre une politique de folklorisation, actant la marchandisation – et l’effacement – du passé.

05 - © Dmitri Leltschuk - Editions Noir sur Blanc
© Dmitri Leltschuk – Editions Noir sur Blanc

Autre esthétique avec le photographe biélorusse Dmitri Leitschuk : un noir et blanc très contrasté, une approche tendrement rock des faits et gestes ordinaires.

Son photoreportage se concentre surtout sur les habitants.

Des obliques, des enfants qui donnent le ton, des visages taillés à la serpe.

On s’amuse dans les difficultés, on se retrouve dans des stations balnéaires désertées.

Empilement des voitures dans une casse, et des melons d’eau sur un marché.

On pêche dans les marécages, on s’endort d’épuisement, on invente une dolce vita parmi les bunkers échoués sur la plage.

Impression de guerre ininterrompue, et de jaillissement de vie.

06 - © Dmitri Leltschuk - Editions Noir sur Blanc
© Dmitri Leltschuk – Editions Noir sur Blanc

Le sol est probablement miné, ou l’air, ou les esprits.

Le travail est rude, discipliné, il faudra bien exploser un jour.

Les cadets de la Marine apprennent la loi du genre, entre fusil, drapeau et jambes des jolies filles interdites.

Les étrangers, surtout allemands, ne sont pas forcément les bienvenus.  

Une dame, avant d’aller nettoyer des icônes : « Vous n’êtes quand même pas des espions ? »

9782882506627-kaliningrad_g

Dominique de Rivaz & Dmitri Leltschuk, Kaliningrad, La petite Russie d’Europe, textes de Maik Brandenburg, Cédric Gras et Dominique de Rivaz, Les éditions Noir sur Blanc, 2020, 232 pages 

Editions Noir sur Blanc

Dominique de Rivaz

Dmitri Leltschuk

logo_light_with_bg

Se procurer Kaliningrad

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s