The possibility of love, par Raymond Meeks, photographe

honeycatherdral_8copy_860x

© Raymond Meeks

La couverture, très belle – des ruines, un visage ensommeillé, une cascade de vers -, est un collage inspiré d’un texte de Nick Cave, Rings of saturn.

Le ton est donné, c’est une voix chaude d’élégance, intérieure, profonde.

Nous sommes ici dans un territoire intermédiaire, entre document poétique et rêve éveillé.

honeycatherdral_10copy_860x

© Raymond Meeks

Il ne faut pas forcément s’éloigner géographiquement pour découvrir une réalité autre, plus dense, plus belle, quand tout est question de perception, de délicatesse, d’approche précautionneuse.

Ciprian honey cathedral est une déclaration d’amour, au buisson poussant là contre la maison, à la femme dénudée avec qui l’on partage ses jours, à la balançoire abandonnée, au chien énervé, aux planches pourries de la cabane, à la bâche en plastique.

honeycatherdral_12copy_860x

© Raymond Meeks

C’est un livre somptueux, parce que totalement habité, d’un calme souverain, saisissant dans chaque chose, chaque objet, chaque grain de peau de l’aimée, une respiration plus grande que tout.

Détail d’une chevelure sur un oreiller.

Détail d’un coude.

Détail d’une nuque.

honeycatherdral_24copy_860x

© Raymond Meeks

L’amour est une féérie de détails.

Approchée lentement, regardée longuement, la femme désirée est entrée dans la logique d’une vaste étude sur le corps amoureux.

Ses aisselles se dégagent, la pureté de ses ongles, la volupté de ses lèvres.

honeycatherdral_14copy_860x

© Raymond Meeks

Le paradis n’est pas si loin, il est juste là, derrière le rideau d’un pavillon de banlieue.

Il a, en profondeurs de gris, et en couleur, la forme d’un visage angélique, offert avec confiance à l’homme qui la contemple, jusque dans ses déchirures intimes.

Car ici la mélancolie n’interdit pas la joie, bien au contraire, tant le sentiment du temps qui fuit conduit aussi à l’exaltation du pur instant.

honeycatherdral_15copy_860x

© Raymond Meeks

Une boucle d’oreille, un tatouage, le sillon de la colonne vertébrale.

Un peignoir et des arbres.

Des pierres de construction et la paix d’une poitrine épanouie.   

honeycatherdral_17copy_860x

© Raymond Meeks

Une table de jardin et des casseroles comme chez Walker Evans.

Des murs sans ornement, un chauffage, un terrier creusé à l’angle du logis.

Ciprian honey cathedral est une demeure, un refuge, un temple où vénérer la pure présence.

honeycatherdral_18copy_860x

© Raymond Meeks

C’est aussi un hommage aux maîtres du nu – Edward Weston, Lucien Clergue -, de la nudité en tant que telle, quand le désabritement est une ascèse, important bien plus que les calculs de sécurité.

honeycatherdral_28copy_860x

© Raymond Meeks

Un livre donnant envie de tout arrêter de nos affairements et de nos ridicules, pour un jour, une semaine, un mois de pur amour.

cover410_860x

Raymond Meeks, Ciprian honey cathedral, design by Raymond Meeks and Morgan Crowcroft-Brown, MACK (London), 2020, 96 pages

cover411_860x

Raymond Meeks – site

honeycatherdral_31copy_860x

© Raymond Meeks

MACK

logo_light_with_bg

Se procurer Ciprian Honey Cathedral

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s