L’innocence des démones, par Matthieu Burlin, photographe

le

Juliette Heron001

© Matthieu Burlin

Le temps est venu de dialoguer avec les esprits, de leur demander conseil, de les prier de nous accorder leurs faveurs, de nous diriger dans le labyrinthe des jours.

Matthieu Burlin a trouvé le chemin des grâces.

Peuplé de muses, souvent nues, Le Chant des muets est une oraison profane, un chant de beauté pure célébrant des sylphides terriblement envoûtantes.

Bretagne 2019-018

© Matthieu Burlin

Elles sont là, très brunes, très seules, simplement habillées de végétaux, de pierres ou d’air.

Elles vous regardent à peine, mais se savent regardées.

D’aujourd’hui et d’hier, leur âge est celui de la fécondité éternelle, mais de ces femmes-enfants ne pouvant enfanter qu’elles-mêmes.

AnneRivière025

© Matthieu Burlin

Il faut se taire longuement, faire le vide en soi, ne pas froisser les feuilles tombées sur le chemin, pour avoir une chance de les voir apparaître.

Elles habitent des pays de légendes, des lieux de haute densité sensible, ainsi les territoires de fougères et de landes du vieux récif armoricain.

La baguette de sourcier est une chambre photographique où le noir et blanc argentique se fait filet de papillons.

Bretagne 2019-015

© Matthieu Burlin

Aucune précipitation, ces dames-là n’apprécient que le calme, ou les gestes barbares, et les cruautés douces qui, pour quelques instants très rares, les délivreront d’elles-mêmes.

Ce sont des âmes errantes, de peaux irrésistibles, des petites statues de glaise mouvantes et géniales.

Couchées à l’ombre des croix recouvertes de lichens, elles se lèvent, alors que le ciel tourne à l’orage.

Jubelia002

© Matthieu Burlin

Puissances de brume, il faut chercher près des calvaires, des chapelles baroques, des fontaines votives, les traces de leur présence.

Allongée sur une pierre de sacrifice, une belle supplie qu’on la violente, avant que de retourner contre vous le geste sacrilège.

Elles sont minuscules, ou de taille humaine, fragiles et fières comme d’innocentes démones, attendant l’angelus afin de vous tenter.

AnneVercasson006

© Matthieu Burlin

Un cri, quelques gouttes de neige, une grande marée.

Le Chant des muets est un livre autoproduit.

Ne rien demander à personne, faire, aimer, vivre dans la clandestinité, et, de temps en temps, témoigner de l’indicible.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

.

Matthieu Burlin, Le Chant des Muets, textes d’Edward Munch, Friedrich Hölderlin, Guillaume Apollinaire, Georges Hyvernaud, Issa Kobayashi, Léo Ferré, autopublication, 2020 – 250 exemplaires numérotés

Deuxième de couverture

© Matthieu Burlin

Matthieu Burlin – site

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s