Saeta, un chant cordouan, par Miles Aldridge, photographe

FASHION+EYE+CORDOBA+(11)

© Miles Aldridge

« Je ne suis pas croyant, mais je crois au Caravage. » (Miles Aldridge)

Nous ne pouvons plus douter.

Il nous faut des ferveurs de Semaine sainte, une foi inébranlable, une évidence, un feu de transfiguration.

Dans son œuvre sur la piété cordouane, intitulée Cordoba, publiée chez Louis Vuitton dans la collection Fashion Eye, le photographe britannique Miles Aldridge a donné de la cité andalouse en ses moments de déprise et d’excès religieux une vision éblouissante.

Eclate ici, dans la rue, la spendeur du catholicisme baroque en sa démesure dionysiaque si l’on s’en réfère à la grande catégorie nietzschéenne évoquant un ordre outrepassant la raison, le contrôle, la belle convenance.

louis-vuitton-fashion-eye-cordoue-córdoba-par-miles-aldridge-livres-et-écriture--R08921_PM1_Side view

© Miles Aldridge

Le ciel limpide offre aux anges de pierre des édifices de prière un spectacle propice à l’élévation de l’âme.

Utilisant un Leica M6 et des films argentiques, en noir & blanc et couleur – les teintes sont souvent celles de l’illumination intérieure -, Miles Aldridge approche Cordoue dans sa dimension de tradition et d’atemporalité.

Des jeunes filles s’avancent, petites Maria Callas espagnoles, portant une coiffe de dentelle noire, elles sont superbes, telle la Médée du film éponyme de Pasolini.

Les mannequins des vitrines sont devenues des vierges de chair, fécondées par l’eau rare d’une ville minérale.

Monte des images de Miles Aldrige le chant de la saeta, entre flamenco et prière.

Ici la Vierge Marie marche dans la rue, lors d’une procession, ou pas.

Il n’est d’ailleurs pas rare qu’on la voie pleurer.

louis-vuitton-fashion-eye-cordoue-córdoba-par-miles-aldridge-livres-et-écriture--R08921_PM1_Other view

© Miles Aldridge

Encens, bougies, musique, et verres de blanc de Montilla-Morilles.

« Il y a tellement de choses que j’adore dans la Semana Santa, confie l’artiste à la commissaire d’exposition Sylvie Lécallier. Lorsqu’on prend le train pour Cordoue, on entend à travers les fenêtres le tumulte de la fête qui bat son plein dans les petits villages. On a la sensation extraordinaire de passer les portes d’un autre monde, préservé depuis des générations. (…) A Cordoue, point de tableaux de maître, point de musées renfermant des chefs-d’œuvre. Tout se passe dans la rue. »

Cordoba, dont le papier or central reflétant la lumière est comme le trésor d’une crypte de cathédrale, dit la merveille du peuple uni dans une même folie d’amour pour Dieu.

FASHION+EYE+CORDOBA+(10)

© Miles Aldridge

Il y a quelquefois dans cette ville médiévale des embouteillages de sculptures se heurtant au coin des rues, et des pénitents à cagoule étranges et inquiétants.

On pourrait être dans un film de Buñuel, mais c’est encore mieux puisque c’est la réalité.

Chacun sort son téléphone portable pour photographier les incroyables défilés, mais au fond nous sommes toujours dans les années 1950, au début de l’ère du consumérisme mondialisé.

Les trompettes jouent fort, des enfants se bouchent les oreilles, les sens sont aiguisés, sollicités jusqu’à l’épuisement.

170419_10_36-scaled-e1650986652370

© Miles Aldridge

Des hommes beaux comme des soldats de Dieu portent Jésus sur leur épaule.  

La nuit va bientôt tomber, elle sera sublime, ivre, presque orgiaque.

Garcia Lorca, reviens, Miles Aldridge aimerait te saluer.

louis-vuitton--R08921_PM2_Front view

Miles Aldridge, Cordoba, edited by Sylvie Lécallier, editorial director Julien Guerrier, editor Anthony Vessot, collection Fashion Eye, Louis Vuitton, 2022

louis-vuitton-fashion-eye-cordoue-córdoba-par-miles-aldridge-livres-et-écriture--R08921_PM1_Interior view

© Miles Aldridge

Site de Miles Aldridge

2

©Coco Capitan 

Le voyage est superbe aussi à travers les fenêtres du Transsibérien pris par la photographe et artiste espagnole Coco Capitan, née à Séville en 1992 et désormais installée à Majorque.

Des steppes, des tâches de couleur – le cadre de vue est idéal pour rendre compte de la picturalité des scènes -, un monde défilant au rythme d’un empire soviétique n’ayant pas dit son dernier mot.

La taïga, des wagons rouillés, des gares ornées de peintures géantes de rennes conduits par des hommes chevauchant des traîneaux.

9

©Coco Capitan 

Impression de fiction et de monde intérieur très riche – il y a peu, voire pas, de voyageurs.

Transsiberian est une introspection aux couleurs tendres.

Un chien égaré cherche son semblable, dont une affichette annonce la disparition.

Un homme porte sur ses épaules son enfant tenant une petite pelle rouge.

On marche sur la glace, on attend du courrier, les bateaux espèrent le dégel.

14

©Coco Capitan 

Des soldates s’exercent à la marche militaire, tout est givré, et les couchettes plutôt confortables.

Travaillant en coloriste, Coco Capitan, qui est aussi et peut-être essentiellement peintre, organise ses visions, en aplats ou mosaïques de couleurs.

Tiens, voici des familles mongoles, l’orée du désert de Gobi, des semi-nomades, des yourtes et des rires d’enfants.

« J’ai l’impression, confie la photographe, de capturer la dimension mythologique du lieu, et non sa réalité factuelle. Cela dit, une telle réalité n’existe pas vraiment : une intersection, une rue, un passant, et même un sourire peuvent revêtir toutes les significations que l’on veut bien leur donner. Elles s’inscrivent toutefois dans un spectre – une distance entre mythe et réalité. C’est dans les convergences du monde imaginaire et du monde réel que je trouve du réconfort. J’ai pris l’habitude d’étudier les limites de ces deux dimensions. Mon objectif guette des surfaces qui font écho à mes compositions mentales. »

77

©Coco Capitan 

De nature documentaire, Transsiberian est paradoxalement un rêve éveillé.

32842

Coco Capitan, Transsiberian, edited by Damien Poulain, editorial director Julien Guerrier, editor Anthony Vessot, collection Fashion Eye, Louis Vuitton, 2022

Site de Coco Capitan

32842-5

Louis Vuitton – Fashion Eye

43

©Coco Capitan 

logo_light_with_bg

Se procurer Cordoba

Se procurer Transsiberian

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s