KS, pleinement vivants, par les photographes Manu Jougla, Gil Barez, Andy Tierce, Mathieu Van Assche et Simon Vansteenwinckel

k034-copie
© Manu Jougla
k047-copie
© Manu Jougla

Dans Les Soliloques du Pauvre (1897), Gabriel Randon de St-Armand, alias Jehan-Rictus, imagine les paroles d’un clochard anarchiste.

C’est sous la protection de cet auteur au verbe brut et poétique que le photographe Manu Jougla place son ouvrage, K, consacré au beau chamboultou du carnaval des Gueux de Montpellier, dans une édition très arty (Le Mulet himself), liant son livre à celui des compères Gil Barez, Andy Tierce, Mathieu Van Assche et Simon Vansteenwinckel, S, Sauvage, immergés dans le Carnaval Sauvage de Bruxelles.

On peut prendre chaque ouvrage séparément, mais mieux vaut les frotter ensemble, les faire rire ensemble, les faire couiner ensemble.

GilBarez03
© Gil Barez
GilBarez02
© Gil Barez

C’est la nuit, les bourgeois sont couchés, on va pouvoir s’amuser.

Il n’y a plus de père, de mère, et même d’enfant qui tiennent, place à la libre expression des pulsions et au dérèglement de tous les sens.

On peut enfin être laid, être bête, et se mettre la tête à l’envers.

MathieuVanAssche02
© Mathieu Van Assche
MathieuVanAssche03
© Mathieu Van Assche

Les morts sortent de leurs tombes, les ténèbres sont en feu, on applaudit à tout rompre la vie pour la vie.

Il est temps de se débarrasser du vieux monde en soi, de briser les anciennes idoles pour en célébrer de plus profondes, de plus chtoniennes, en faisant couler l’alcool de bouche en bouche.

La musique est dans la rue, en peau de léopard et nez de clown, en masques de zombis et capuches de prêtres défroqués.

AndyTierce02
© Andy Tierce
AndyTierce03
© Andy Tierce

Le carnaval, c’est de la sidération, de la démesure, de la vitesse, l’effacement des repères.

Dans les photographies en noir & blanc de Manu Jougla, les corps ne subsistent parfois plus qu’à l’état de traces, de vestiges, de pures boules d’énergie rémanente.

S, Sauvage invite à son tour à entrer dans la danse, totalement, sans complexe, dans la joie du désordre.

C’est le moment de se défouler, de se dépenser sans compter, de faire peur aux assis.

SimonVansteenwinckel05
© Simon Vansteenwinckel
SimonVansteenwinckel02
© Simon Vansteenwinckel

Sortez la corde des pendus, écrasez les canettes de bière, « nos libertés commencent où l’Etat nous arrête ».

Dionysos porte une combinaison simiesque, et c’est la mêlée de tous les peuples en un même déchaînement de cris, de chants, de gestes incontrôlés.

Les voici en manteau de fausse fourrure, les sieurs Gil Barez, Andy Tierce, Mathieu Van Assche et Simon Vansteenwinckel, bien alignés face au canal, pissant comme des sales mioches sur les reflets de Bruxelles la belle retrouvant enfin sa vraie nature de grande indocile.

015-copie
© Manu Jougla

Pour publier une telle farandole d’images en folie, il fallait bien l’excès de générosité d’un Mulet en rut, et c’est merveilleux.

43358289_700395973661566_6449259940337942528_n

Gil Barez, Andy Tierce, Mathieu Van Assche, Simon Vansteenwinckel, S, Sauvage, éditions Le Mulet, collection Sabbat, 2018 – 100 exemplaires

43180665_466309380557709_3077525435462975488_n

Manu Jougla, K, éditions Le Mulet, 2018 – 100 exemplaires

Découvrir Le Mulet

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s