Voyager, une création, par Marc Desgrandchamps, Keely Beeman et Marcel Dzama, peintres

le

Gotico_18 (1)

Enfin pouvoir repartir en voyage, passer les frontières, aller voir de l’autre côté.

Se rendre d’abord à Barcelone, la sensuelle, avec le peintre Marc Desgranchamps, à qui les éditions Louis Vuitton offrent l’espace d’un Travel Book.

Un buste de femme nous accueille dans l’azur et le vert, seins tendus, c’est une déesse favorable, une protectrice, une muse altière et douce.

Gotico_22 (1)

Voilà une jungle, des pans de murs roses, des enchantements de couleurs.

Nous sommes comme toujours chez le peintre français dans un espace mental ayant les contours du familier.

Découpant son ouvrage selon la géographie des quartiers et lieux de beauté barcelonais (Barri Gotic, El Raval, Villa de Gracia & Park Güell, El Poblenou, Montjuïc…), l’artiste nous offre une promenade calme dans la capitale catalane, dessinant et peignant des touristes, des places ombragées, des chemins de toitures.

Apparition d’une ville structurée par les aplats de couleurs imaginés par l’artiste en ses promenades solitaires.

 

Barcelona est là, indépendante et fastueuse, mais c’est surtout une œuvre de peintre ne craignant ni le non finito, ni les fantômes, ni l’influence des maîtres (Picasso, Miro).

Gracia_06 (1)

Tiens, voici la photographie, collée au bas d’une planche, de George Orwell, dont on n’a pas fini de méditer le récit de son expérience de la guerre d’Espagne (Hommage à la Catalogne).

Harmonie de palmiers et de bancs, d’allées ensoleillées et de lieux de retraite, de fontaines et de jardins, de jolies femmes et de musées.

 

Barcelone la superbe a les cuisses nues et offre aux amoureux un terrain de chance.

La ville est un spectacle conçu par Gaudi, cet homme de joie, modeste et glorieux, comme un saint.

Théorie de formes proclamant la liberté et la force de vivre, s’incarnant pleinement dans la patiente et géniale érection de la Sagrada Familia, où Dieu lui-même semble se sentir debout.

La Méditerranée est un ciel, qui est une mer, qui est une transparence.

Montjuic_15 (1)

La réalité ne se donne pas d’emblée, mais par fragments, directement et de biais, dans la superposition de ses strates temporelles et espaces perçus par l’artiste, qu’il se nomme Marc Desgranchamps ou Michelangelo Antonioni.

La question ici est celle du temps lui-même et de la pensée du Midi, de l’otium et de l’absurde tragique permettant d’envisager un au-delà de l’Histoire immédiate et de son ordre faux.

Le Barcelona du peintre est un éloge du sensualisme comme mode de vie, en ce qu’il permet d’accéder à la plénitude de l’instant.

STP086 (1)

Autre cap maintenant, avec la Russie, et le portrait de Saint-Pétersbourg par Kelly Beeman, née en 1983 à Oklahoma City aux Etats-Unis.

Sa vision de la ville impériale  où vivent de très belles créatures longilignes et androgynes est post-matissienne, dans le motif de la danse, mais aussi ceux des oiseaux, des fleurs, des paradis lointains, de la découpe des silhouettes.

Elégance d’une cité aristocratique habitée par des figures nobles et impassibles.

STP074 (1)

Ce sont des poupées orientales, dont les yeux en fines amandes évoquent le grand Est sibérien.

Des marionnettes ayant acquis une pleine souveraineté, flânant à leur guise le long de la Neva, se rencontrant dans des clubs de jazz ou au musée, en s’accordant parfois le luxe d’être mélancoliques.

Le dessin de Kelly Beeman est d’une grande minutie, l’artiste-metteure en scène plaçant ses personnages dans le vaste décor pétersbourgeois.

Virginie Luc, qui la présente, décrit ainsi son style : « lignes noires serrées, aplats de couleur, perspectives planes, formes simplifiées à l’extrême, avec seulement, ici et là, des détails délicatement ciselés. »

STP155 (1)

Nous sommes en octobre, il fait encore bon se promener, tout respire dans le disponible.

Saint-Pétersbourg, qui a tant vécu déjà, et beaucoup souffert, est une musique douce, nostalgique, mais aussi une romance.

Il pleut en fin d’après-midi, mères et filles marchent sous le même parapluie.

Bientôt l’enfant s’émancipera, en inventant son propre trait, sa propre danse, sa propre façon d’entrer dans le silence.

At the wall of Essaouira-METALFOIL (1)

Mais le voyage continue, c’est un conte, un rêve pailleté d’or.

Nous voici au Maroc avec Marcel Dzama, plasticien vivant aux Etats-Unis, nous livrant sa vision d’un pays découvert sans a priori, loin de toute culture livresque.

Nous sommes à Tanger, à Fès, à Essaouira, à Marrakech, dans le désert d’Agafay,, à Beni Mellal la Berbère, dans les montagnes de Chefchaouen.

Near BeniMellal-02-METALFOIL (1)

Costumes, couleurs, musiques, objets d’artisanat.

Il y a l’omniprésence des chats et des arabesques, des tenues traditionnelles et des visages de toujours, du soleil et des motifs géométriques, des palmiers et des ânes.

Le regard de Marcel Dzama est celui d’un exote, d’un amateur du divers, d’un New-Yorkais fasciné par l’altérité.

Carte postale 02-METALFOIL (1)

Sa vision du Maroc est celle d’un pays riche de son héritage, de ses charmeurs de serpents et de ses danseuses au ventre nu.

Un pays appelé Volubilis, cette fleur épanouie symbolisant la liberté de création, défendue par chacun des auteurs ici présentés.

Bunkers del Carmel_03 (3)

Marc Desgranchamps, Barcelona, graphic design Alizée Cormerais et Frédérique Stietel, texte de Marie Maertens, collection Travel Book, Louis Vuitton, 2020

STP003 (1)

Kelly Beeman, Saint Petersburg, graphic design Alizée Cormerais et Frédérique Stietel, texte de Virginie Luc, collection Travel Book, Louis Vuitton, 2020

Agafay-07 Couv-METALFOIL (3)

Marcel Dzama, Morocco, design Alizée Cormerais et Frédérique Stietel, texte Marie Maertens, collection Travel Book, Louis Vuitton, 2020

Collection Travel Book – Louis Vuitton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s