Le fa presto de Mathurin Méheut, peintre breton

Fut un temps où l’existence d’un monde commun n’était pas une pensée saugrenue. Un monde donné par les métiers, les traditions, les paysages, la présence animale évidente, non par le démon du lucre dévorant chaque fragment de réalité, jusqu’à faire imploser les êtres. Loin de cette logique féroce devenue la substance de nos interactions, il…

Centres dramatiques nationaux, des maisons de l’art, du peuple et de la pensée, par Joëlle Gayot, journaliste de théâtre

« Le théâtre est l’endroit, non pas de la représentation du monde, mais le lieu possible d’autres représentations du monde. C’est ainsi, du moins, que nous le portons et le vivons. » (Manifeste des centres dramatiques nationaux) Les Centres dramatiques nationaux (CDN), dirigés par des artistes et subventionnés par l’argent public, sont l’une des belles…

La grande santé des maladies, par Antonella Moscati, écrivain

« Quand on n’avait pas encore compris ce que nous avions, c’est-à-dire à peine avions-nous un peu de fièvre sans plaques dans la gorge, on nous mettait tout de suite un bon suppositoire, presque toujours du Pyramidon, qui cependant ne servait pas à grand-chose, pour ne pas dire à rien, si ce n’est à faire transpirer…

L’écorce encore vive de l’arbre dépouillé, par Frank Smith, poète

« nous écrivons des obscurités nouvelles » Le corps va plus vite que nous, il ne cesse de se modifier. La première phrase prononcée est déjà bien en retard sur les transformations de qui l’a lancée plus tôt. Vingt-quatre états du corps par seconde, écrivent chez Lanskine Jean-Philippe Cazier et Frank Smith, au moins. Le…

Monts d’Arrée, dans le cœur du cœur, par Juliette Agnel, photographe

« Le chemin vers l’invisible, c’est vraiment un chemin. Là on va monter, après on va descendre pour aller au fond du fond, dans le cœur du cœur, dans le sauvage. » (Yann Gilbert) Juliette Agnel croit aux forces de l’invisible, à la présence d’ordres transcendants, à l’agissement des symboles, aux liens manifestant une atemporalité constitutive de…

Grandeurs et misères de la société publicitaire, par Anja Conrad, photographe

Née en 1971, Anja Conrad est une artiste allemande ayant grandi aux Etats-Unis (Chicago, New York) et vivant le plus souvent à Francfort. Son travail relève de l’éveil, d’une attention portée à ce qui structure l’espace urbain, d’un enchantement né du quotidien observé d’un œil neuf. Dans Everything is always so perfect when you are…

Vedette, Vélin, Vergeures, Vernis mou, Veuve, Vignette, par Eric Dussert et Christian Laucou, lexicographes du livre

C’est un ouvrage très élégamment conçu qui ravira les amateurs de livres, comblera leur besoin d’en savoir davantage sur leur fabrication technique, devancera leur curiosité en lançant de multiples pistes inattendues. Les auteurs Christian Laucou, artisan typographe au plomb ayant été professeur de typographie à l’école Estienne, et Eric Dussert, critique littéraire, essayiste, le présentent…

De l’écosystème de la photographie en France, acquisitions des collections publiques

L’Etat français est puissant, il peut certes davantage, mieux, accorder davantage de places aux artistes en les soutenant de façon accrue financièrement et logistiquement, mais, loin de la plainte sempiternelle, on peut souligner aussi l’importance et l’ambition de nouvelles initiatives qui réjouissent, ainsi la publication au Bec en l’air – avec le soutien du Ministère…

Deviens ce que tu es, ou la photographie de studio en Afrique

Il y a un charme immédiat de la photographie de studio africaine, une noblesse des portraits, comme si chacun, une fois passé devant l’objectif du professionnel, devenait le prince et la reine qu’il était au fond de lui. Images produites par des Africains pour des Africains, ces photographies montrent la jeunesse, la fantaisie, l’humour, l’élégance,…

Thermidor, les villes se barricadent, par Jacques Berthet, photographe

Pour l’instant, tout est calme, tout dort, tout repose dans le silence. La ville a travaillé, secrètement, discrètement, toute la nuit, et la voilà dès l’aube nouvelle métamorphosée. Des plaques de bois ont été posées un peu partout avec minutie, sur les façades des immeubles, banques, et magasins rutilants. Une émeute se prépare, il faut…

Wittgenstein vomit les tièdes, par Roland Jaccard, écrivain

« D’une certaine manière, il vivra avec la conviction que le suicide est la solution la plus convenable, lorsqu’un homme cesse d’être à  la hauteur de ses exigences morales. » Drôle de type que Ludwig Wittgenstein (1889-1951), génial, fascinant, et insupportable. Arrogant, misogyne à l’extrême, volontiers antisémite (judéité niée), l’auteur du fameux Tractatus logico-philosophicus a tout pour…